Vous êtes plus fatigué.e quand il fait chaud ? C’est un bon signe !

par



femme ne supporte pas chaleur

Alors que la rentrée a bel et bien démarré, les températures estivales ne semblent pas prendre de vacances. Plusieurs vagues de chaleur sont encore attendues, le thermomètre devrait encore dépasser les 30°C dans de nombreuses régions françaises. Et qui dit chaleur, dit aussi baisse d’énergie et perturbations du sommeil. Mais aussi pénible que cela puisse paraître, ces phénomènes indiquent que notre cerveau fonctionne correctement !

Une fatigue bénéfique et protectrice

Une équipe de neurobiologistes américains (Northwestern University, Illinois) vient en effet de mettre en évidence l’existence d’un thermomètre cérébral, qui s’active par temps chaud pour protéger notre organisme. Leurs recherches, publiées dans la revue Current Biology (source 1), indiquent que les neurones chargés de traiter les informations relatives à la chaleur appartiennent à « un système plus large qui régule le sommeil« .

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont étudié le comportement de mouches à fruits. Après plusieurs expériences, ils ont dressé le constat suivant : « lorsque le circuit chaud, qui est parallèle au circuit froid, est actif, les cellules cibles qui favorisent le sommeil de midi restent allumées plus longtemps ».

Une observation qui expliquerait pourquoi nous avons davantage envie de dormir lorsqu’il fait chaud : la fatigue ressentie agirait comme un mécanisme de défense de notre corps pour nous tenir éloigné.e.s de la chaleur et ainsi nous en protéger. 

Les gens peuvent choisir de faire une sieste l’après-midi par une chaude journée, et dans certaines parties du monde, c’est une norme culturelle, mais que choisissez-vous vraiment, et qu’est-ce qui est programmé en vous ? », s’interroge Marco Gallio, co-auteur de l’étude et professeur agrégé de neurobiologie au Weinberg College of Arts and Sciences.

L’équipe de chercheurs n’en est qu’au début de ses travaux et indique qu’elle va continuer à s’intéresser aux effets à long terme de la température sur le comportement et la physiologie, pour mieux comprendre l’impact du réchauffement climatique sur notre organisme



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire