Vous avez plus souvent envie d’uriner lorsqu’il fait froid ? Selon les médecins, voici pourquoi…

by


Avant de partir de chez vous ce matin, en grande prévoyante que vous êtes, vous avez fait une halte toilettes. Il est l’heure de partir, mais une fois passé le pas de la porte, les degrés tombent, vous êtes frigorifiée. Pire, vous avez à nouveau envie d’uriner. Noooon ! En plus, vous avez opté pour une grande tasse de thé fumante pour bien se réchauffer. Agacée de devoir vous découvrir en ces températures hivernales, vous décidez de ne pas rebrousser chemin. Après tout, ce n’est peut-être que dans votre tête. 

Nous appelons à la barre le détrusor !

Lorsque le thermostat baisse, une envie pressante de faire pipi vous saisit ? Non ce n’est pas qu’une impression, il y a réellement une corrélation entre ces deux facteurs. En 1918, le médecin Alfred Alber tente de prouver le lien entre la température et le besoin d’uriner. Une première théorique est avancée. C’est en instillant de l’eau fraîche dans la vessie qu’il parvient à observer le comportement des tissus du système urinaire. Lors de son expérience, le contact du froid déclenche une contraction du détrusor, la couche de muscle lisse située dans la paroi de la vessie. Relâché, celui-ci permet au dôme de se remplir de liquide et de le stocker. Sous tension, il provoque la miction, c’est-à-dire, la vidange complète de la vessie. Cette expérimentation donne suite à de nombreux travaux sur les chats et les humains. Chacun d’entre eux démontrant une sensibilité vésicale.

Rester bien au chaud 

Il existe dans notre corps, des thermorécepteurs périphériques et centraux, des neurones sensitifs qui permettent de détecter les variations atmosphériques. Lorsque la vague de froid se fait ressentir, notre organisme tente de garder une température constante de 37,3 °C (cette valeur peut varier selon plusieurs facteurs). Nous sommes homéothermes. Dès lors, arrive ce que l’on appelle la vasoconstriction, à savoir, la diminution du diamètre des vaisseaux sanguins. Elle se traduit par une réduction de la circulation aux niveaux des extrémités et irrigue au maximum des organes vitaux. Naturellement, notre anatomie nous protège des dangers extérieurs, en l’occurrence ici, le froid. La pression sanguine augmente. Les reins s’efforcent donc à la faire redescendre. Ils filtrent une plus grande quantité de sang et produisent plus d’urine. Résultat : un besoin pressant qu’il faut soulager rapidement et plus souvent. 

Direction les vacances d’été 

Il n’y a pas de solution miracle à ce phénomène… En hiver, diminuez votre consommation de boissons diurétiques comme le thé, le café et la bière. En revanche, n’oubliez pas de vous hydrater (de 1 à 2L d’eau par jour). Faites des exercices pelviens, le périnée joue un rôle important dans le contrôle des mictions. Évitez les fuites et soulagez vous lorsque vous en avez l’occasion. Mais, la meilleure issue reste de s’acheter un billet d’avion direction le soleil !



Source link

Related Posts

Leave a Comment