voici combien vous allez payer EN PLUS à partir d’aujourd’hui

by


En France, l’inflation est galopante et aucun domaine ne semble épargné par la hausse fulgurante des prix. Force est de constater que le secteur de l’énergie se voit tout particulièrement impacté par la crise. Et la situation ne semble pas près de s’arranger…

En effet, une nouvelle augmentation des tarifs de l’électricité a eu lieu le mercredi 1er février 2023. Cette dernière reste limitée, grâce à l’instauration du bouclier tarifaire, mais s’élève tout de même à 15 %. Pour autant, la hausse aurait pu être bien plus importante !

Prix de l’électricité : une hausse de 15 % pour plus de 20 millions de foyers

Selon le barème dévoilé par la CRE, les tarifs de l’électricité auraient effectivement dû augmenter de 99,22 % TTC, si le dispositif gouvernemental n’avait pas été mis en place. Depuis plusieurs mois, les Français bénéficient de divers coups de pouce visant à soutenir autant que possible leur pouvoir d‘achat.

Comme le rapporte L’Indépendant, au total, “20,54 millions de foyers et 1,45 million de petits professionnels de l’Hexagone, de la Corse et de l’Outremer sont concernés”. Mais ce n’est pas tout, “environ 100 000 logements du parc social, chauffés collectivement à l’électricité, sont aussi indirectement concernés”.

À lire également :

Une augmentation de 20 euros mensuels

Mais alors, combien les principaux intéressés vont-ils payer en plus exactement ? “Les nouveaux prix seront répercutés sur la facture chaque mois”, précise EDF à l’AFP. La revalorisation devrait ainsi représenter une augmentation de 20 euros sur la facture de ceux qui “se chauffent à l’électricité avec un contrat au tarif réglementé”.

Ce montant peut cependant varier en fonction de l’option choisie, rappelle L’Indépendant. En ce qui concerne les clients qui ne souhaitent pas modifier leurs mensualités, une régularisation sera appliquée en fin d’année.

Pour rappel, les tarifs de l’électricité en France étaient gelés depuis le 1er février 2022. Au total, depuis 2021, ils ont augmenté de 19,6 %. Ce sont les ménages aux revenus les plus modestes qui subissent le plus fortement cette hausse, comme le souligne l’INSEE.





Source link

Related Posts

Leave a Comment