Ventouses chinoises (cupping therapy) : principe, bienfaits, précautions

by



ventouses chinoises cupping therapy

Sur le dos, sur le ventre ou sur les jambes… Les marques rouges que l’on distingue parfois sur le corps des sportifs suscitent toujours la curiosité. De grands noms du sport, comme Michael Phelps ou Alexander Naddour, ont en effet régulièrement recours à une technique que l’on appelle la cupping therapy (ou cupping). Basée sur l’utilisation de ventouses traditionnelles chinoises, elle promet de décontracter, de drainer et de détoxifier le corps. On fait le point sur ses bienfaits, son fonctionnement et ses contre-indications. 

Qu’est-ce que la cupping therapy ?

Pratiquée depuis des millénaires, la cupping therapy repose sur l’utilisation de ventouses issues de l’arsenal de la médecine traditionnelle chinoise. Autrefois, ces petites cloches étaient faites en corne de vache, en terre ou en bambou. Aujourd’hui, on retrouve des ventouses traditionnelles, en bambou, mais la plupart des ventouses sont fabriquées en verre, en plastique ou en plexiglass.

Concrètement, elles sont disposées sur des zones précises du corps humain – des points d’acupuncture et endroits douloureux – pour agir par effet de succion au niveau de la circulation, et ainsi libérer les tensions, stimuler l’organisme et apaiser de nombreuses pathologies. La pose n’est pas douloureuse et dure au maximum une vingtaine de minutes. Les ventouses peuvent aussi être utilisées en mouvement sur une peau huilée.

Quels sont les bienfaits des ventouses chinoises ?

Soyons bien claires, les ventouses n’ont pas vocation à guérir, mais à soulager des symptômes. Elles sont utilisées en complément d’une approche globale, pour leurs vertus mécaniques ou énergétiques. Selon la médecine traditionnelle chinoise, elles permettent de libérer les « fluides », garants de notre équilibre et de notre énergie vitale. L’afflux de sang sous les ventouses stimule en effet la circulation sanguine, ce qui permet notamment : 

  • de soulager les symptômes de stress, 
  • d’atténuer les troubles du sommeil, 
  • d’améliorer l’aspect de la cellulite, 
  • de calmer les douleurs d’ordre dermatologique, digestif ou gynécologique, 
  • de dénouer des blocages (torticolis) et les problèmes de dos, 
  • d’accélérer la récupération des muscles fatigués, 
  • de lutter contre les maux respiratoires, rhumatismaux, 
  • de soulager les entorses et autres tendinites, 
  • de soigner les douleurs dues à l’arthrose et aux névralgies, 
  • etc. 

Kiné, ostéopahte, médecin… Qui et quand consulter ?

Si la technique vous intrigue et que vous voulez tester, assurez-vous d’être pris.e en charge par un.e professionnel.le formé.e et expérimenté.e. Les ventouses peuvent notamment être posées par des ostéopathes, des kinésithérapeutes, des coachs sportifs. Les médecins et les infirmières peuvent aussi se former à cette technique pour compléter leur offre de soins. L’avantage ? Coupler la pose de ventouses aux différentes spécialités en fonction de ses problématiques. 

Comme indiqué ci-dessus, les ventouses peuvent être utilisées de façon préventive ou curative, mais ne se substituent pas à un traitement en cours. 

Elles peuvent être utilisées quotidiennement en cas de crise douloureuse, avant ou après un effort physique intense (pour préparer le corps et diminuer l’apparition de courbatures), ou une fois par semaine, en prévention.

On préférera des séances matinales pour réveiller le corps. Pendant la journée, elles sont idéales pour se relaxer après un événement stressant ou une contrariété. Et le soir, elles permettent de relâcher mes tensions et d’améliorer la qualité du sommeil. 

Les ventouses chinoises peuvent être utilisées sur des points fixes : on les pose durant plusieurs minutes – de 2 à 20 minutes selon les parties du corps – ou en massage, pour améliorer la circulation sanguine.

Chaque séance commence toujours par un temps d’échange avec le ou la praticien.ne. On dresse un bilan et on définit ensuite la stratégie : quelle technique de ventouse utiliser ? à quelle intensité ? sur quels points ? etc. La cupping therapy  « fixe » peut être pratiquée de différentes façons : 

  • à chaud : on approche une flamme de la cloche afin de la vider de son air grâce à la combustion de l’oxygène et on la pose sur le dos de la personne.  
  • à froid : le praticien utilise une ventouse à pompe manuelle qui, par un effet d’aspiration mécanique, va vider l’air présent dans la cloche. 
  • avec extraction de sang : lorsque la succion de la peau est accompagnée de petites entailles, on parle de cupping therapy humide,ou avec extraction de sang. Cette technique vise en fait à retirer le sang accumulé dans certaines zones précises du corps, grâce aux succions, notamment afin de stimuler le système immunitaire.

Quant à la deuxième option, qui consiste à utiliser les ventouses dans le cadre de massages, on commence par appliquer de l’huile sur la zone concernée, puis on place la ventouse et on exerce une légère pression. Il suffit ensuite de la faire glisser sur la peau, du bas vers le haut, afin de respecter la circulation sanguine et la circulation lymphatique. Cette technique est notamment préconisée pour lutter contre les capitons et l’aspect peau d’orange.

Les zones d’applications sont nombreuses. En règle générale, on privilégie : 

  • Le ventre en cas de troubles digestifs, de stress, de troubles du sommeil, de problèmes de peaux.
  • Le dos, la nuque, les trapèzes, en cas de tensions.
  • Les fesses et les cuisses en cas de sciatique, pour une récupération ou une préparation sportive. 

Cupping therapy : contre-indications et effets secondaires ?

La cupping therapy n’est pas censé être douloureuse, mais l’intervention peut surprendre les premières fois : il est possible de ressentir une sensation de chaleur (mais pas de brûlure, auquel cas prévenez votre praticien.ne). L’effet de succion crée un appel de sang au niveau de la ventouse. Les hématomes seront visibles pendant 2 à 4 jours et apparaîtront de moins en moins au cours des séances. 

À part ces traces de succion, si toues les précautions ont été prises en amont, il n’existe pas de risque particulier. Prenez bien garde à choisir un.e professionnel.le expérimenté.e, car la cupping thérapie peut provoquer une ulcération de la peau si elle est mal pratiquée à plusieurs reprises.

L’utilisation de ventouses est contre-indiquée dans les cas suivants :

  • grossesse,
  • petite enfance (moins de 5 ans),
  • pathologies cardiaques, 
  • suspicion d’hématome musculaire,
  • brûlures, coups de soleil et plaies récentes,
  • hémophilie ou prise d’un traitement anti-coagulant,
  • varices. 

La pose des ventouses doit être réalisée dans des conditions d’hygiène irréprochables, notamment en cas de cupping therapy humide. 

Combien ça coûte ? Cette technique est-elle prise en charge ?

Le prix d’une séance de cupping diffère selon la qualité et le nombre de ventouses utilisées, selon l’expertise et la notoriété du, ou de la, professionnel.le, mais aussi selon son lieu d’exercice. Il n’est pas pris en charge par la Sécurité Sociale.

Il est aussi possible d’acheter un kit de ventouses chinoises en ligne. Les cloches sont, en effet, vendues par packs de dix ventouses, ou plus, de diamètres différents, qui peuvent être utilisées sur toutes les zones du corps. En tant que novice, il faut toutefois faire bien attention aux précautions d’usage et suivre ses ressentis. 



Source link

Related Posts

Leave a Comment