Une petite ville anglaise s’engage pour devenir végane

par



une petite ville anglaise sengage pour devenir vegan

Canicules à répétition, fonte des glaces, montée des océans… Le réchauffement n’a jamais été aussi inquiétant. Afin de lutter contre ce phénomène, une ville du sud de l’Angleterre a décidé de passer à un mode de vie plus écologique, comme le raconte le journal The Independant ce samedi 13 août. (source 1)

À première vue, Haywards Heath est une commune comme les autres. Ses 35 000 habitants sont en grande partie des retraités, qui apprécient le calme de la ville et sa proximité avec Londres. 

Et pourtant, Haywards Heath est entrée dans l’histoire en devenant la première ville en Europe à signer le Plant Based Treaty. Cette campagne internationale vise à réduire les émissions provenant de l’élevage et à lutter contre la déforestation. 

Pour ce faire, lesorganisateursespèrent « persuader les dirigeants du monde entier à encourager la société à modifier progressivement son régime alimentaire pour l’en débarrasser des produits d’origine animale », et donc à adopter un régime végétalien ou végan.  

Ils ont établi une liste de 38 recommandations, qui va de l’attribution de subventions à des éleveurs de bétail pour qu’ils puissent passer à la production végétale, à des projets internationaux de reboisement. (source 2)

« La première étape d’un long voyage »

Pour Haywards Heath, ce défi commencera par des prix environnementaux attribués aux écoles et entreprises qui encourageront l’alimentation végétalienne et réduiront leurs déchets alimentaires. 

Richard Nicholson est conseiller municipal du parti des Verts. C’est lui qui a convaincu le conseil d’approuver cette mesure. Bien qu’il soit ravi de la signature de ce traité, il admet qu’elle ne permettra pas de déjouer immédiatement le réchauffement climatique.

« C’est la première étape d’un long voyage. Mais nous la prenons comme une pierre angulaire de la politique future », a-t-il déclaré.

D’après The Independent, les habitants d’Haywards Heath sont partagés par la question. Certains affirment qu’ils « aiment trop la viande » pour entreprendre un tel changement, alors que beaucoup disent qu’ils sont déjà plus ou moins végétariens ou végétaliens. Mais tous semblent conscients de la situation climatique très préoccupante.

L’industrie animale a des effets délétères sur l’environnement : destruction de la biodiversité, déforestation, pollution… Selon Greenpeace, « l’élevage représente 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre, soit autant que le secteur du transport ». (source 3)



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire