un risque accru de formation de caillots sanguins

par



cdc bkc m0iz4sk unsplash

La liste des symptômes à long terme faisant suite au Covid semble s’allonger à nouveau. Après les suspicions de troubles cognitifs, notamment l’impact du virus sur notre mémoire et notre faculté à se concentrer, les maux de tête à répétition ou encore les problèmes d’essoufflement, il se pourrait bien que contracter le Covid-19 ait d’autres répercussions selon les nouvelles recherches des scientifiques. Cette fois-ci, c’est une étude suédoise qui a levé le voile sur un risque accru, et ce jusqu’à six mois, de voir la formation de caillots sanguins graves.

Publiée ce jeudi dans le British Medical Journal, l’étude a révélé que le Covid-19 pouvait augmenter de façon significative le risque de développer des caillots sanguins. Plus précisément, il y aurait des risques d’hémorragie jusqu’à deux mois après la contraction du virus, un risque de thrombose veineuse profonde jusqu’à trois mois après l’infection et un risque d’embolie pulmonaire jusqu’à six mois après le Covid-19.

Qui est concerné ?

Ce risque de développer ces complications concernent les personnes qui présentent des comorbidités. Pour rappel, les personnes à comorbidités sont celles atteintes de diabète (type 1 et 2), d’obésité, de maladies cardio-vasculaires mais également les personnes qui souffrent d’insuffisance rénale chronique, de troubles psychiatriques, de pathologies neurologiques ou encore de cancer ou hémopathie maligne. Mais ce risque, selon les scientifiques, concerne également les personnes qui ont souffert d’une forme grave du Covid-19.

Les scientifiques ont néanmoins précisé que ce risque avait été plus important lors de la première vague de Covid-19, en mars 2020.

Comment s’en prémunir ?

Pour mener leur étude, les chercheurs ont identifié un million de personnes en Suède qui ont été infectées par le Covid-19 entre le 1er février 2020 et le 25 mai 2021. Ils ont tous été reliés par âge, sexe et lieu de résidence à des personnes qui n’ont pas contracté le Covid. Ensuite, ils ont calculé le taux de thrombose veineuse profonde, d’embolie pulmonaire et de saignements chez les personnes ayant contracté le Covid sur une période de contrôle et ont comparé avec le groupe témoin. Il apparaît que les risques accrus qui ont été observés pendant la première vague par rapport aux deux semaines suivantes peuvent s’expliquer par les améliorations de traitement et la couverture vaccinale chez les patients les plus âgés.

Selon les chercheurs, ces résultats sont la preuve de l’importance de la vaccination mais également de la prise de mesures qui préviennent les risques de formation de caillots dans les vaisseaux sanguins.

A lire aussi :

Covid-19 : les personnes du groupe sanguin O sont-elles vraiment protégées du virus ?

Covid-19 : est-ce dangereux de faire trop de tests PCR et antigénique ?

Covid-19 : voici la cure de vitamines à faire pour réduire ses chances de contamination



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire