Traitement de la sinusite : quels gestes adopter ? quels médicaments prendre ?

by



sinusite traitement efficace

La sinusite désigne une inflammation des sinus, les cavités remplies d’air situées dans les os de la face et reliées aux fosses nasales par de petits canaux. Lorsque ces sinus s’enflamment, ils peuvent se remplir de liquide, ce qui engendre des douleurs et une pression au niveau du visage.

Les causes les plus courantes de sinusite sont les infections virales ou bactériennes, les allergies, les changements de pression atmosphérique (comme ceux qui se produisent lors d’un vol en avion) et les irritants environnementaux tels que la fumée de cigarette ou la pollution de l’air.

Il est parfois possible de les soulager sans médicaments. Mais dans certains cas, ces derniers s’avèrent indispensables. Éclairages du Dr Laurent Gaillardin, médecin spécialisé en oto-rhino-laryngologie (ORL) et chirurgie cervicofaciale.

Est-ce qu’une sinusite maxillaire, frontale, sphénoïdale ou ethmoïdale peut guérir seule ?

La plupart des sinusites sont d’origine virale. Elles peuvent toucher plusieurs sinus : les sinus maxillaires, les sinus frontaux, les sinus ethmoïdaux et / ou les sinus sphénoïdaux. C’est pourquoi on distingue : les sinusites maxillaires, les sinusites frontales, les sinusites ethmoïdales et les sinusites sphénoïdales. Elles peuvent être responsables de symptômes spécifiques mais ont aussi de nombreux symptômes en commun :

  • une obstruction nasale unilatérale ou bilatérale (nez bouché) ;
  • des douleurs faciales plus ou moins intenses et majorées par la position penchée en avant ;
  • une sensation de pression au niveau du visage ;
  • une rhinorrhée (nez qui coule), purulente ou non ;
  • une diminution de l’odorat (hyposmie), voire une impression de sentir de mauvaises odeurs (cacosmie) ;
  • des éternuements ;
  • une toux grasse, en particulier la nuit ;
  • et parfois une fièvre et des frissons (surtout quand une infection est présente et étendue).

La plupart du temps, les sinusites d’origine virale guérissent spontanément en quelques jours, indique le Dr Gaillardin. Mais elles nécessitent tout de même des médicaments pour soulager les symptômes handicapants !

Les sinusites bactériennes, elles, nécessitent non seulement un traitement symptomatique, mais aussi la prise d’antibiotiques.

Sinusite aiguë, subaiguë, chronique ou récidivante… Quand consulter ?

Pour rappel, une sinusite aiguë ne dure pas plus de quatre semaines. Lorsqu’elle dure entre quatre et douze semaines on parle de sinusite subaiguë. Au-delà de douze semaines, la sinusite est dite chronique. Et elle peut être récidivante, quand elle se manifeste plus de quatre fois par an.

« En cas de sinusite aiguë, ce sont principalement les douleurs qui alertent, prévient le Dr Gaillardin. Lorsque les patients souffrent de sinusite chronique, c’est plutôt l’obstruction nasale, les troubles de l’odorat et les répercussions sur le quotidien qui motivent la consultation. »

L’Assurance maladie conseille de consulter un médecin dans les jours qui viennent si :

  • votre fièvre est inférieure à 38,5 °C ;
  • vos douleurs aux sinus sont modérées mais persistantes (plus de trois jours) ;
  • vos douleurs sont symétriques, sous les deux yeux ;
  • votre rhume dure depuis plus d’une semaine

Consultez un médecin le plus tôt possible si :

  • vos symptômes s’intensifient après deux à trois jours de traitement ;
  • vos douleurs se manifestent d’un seul côté et proche de la racine de vos dents ;
  • vos écoulements nasaux deviennent purulents et / ou ne se font que par une seule narine ;
  • la douleur augmente lorsque vous penchez la tête en avant, en fin de journée ou pendant la nuit.

Contactez le service d’aide médicale d’urgence (15 ou 112) ou rendez-vous aux urgences si vous présentez une fièvre supérieure à 38,5 °C et que :

  • vous présentez une enflure au niveau du visage et particulièrement d’un œil ;
  • vous ressentez des douleurs au niveau d’un œil ;
  • votre vue se trouble ou vos yeux vous apparaissent différents (l’un devient plus saillant) ;
  • vous êtes en proie à des maux de tête intenses, des nausées et / ou une gêne à la lumière.

Prenez également des mesures d’urgence si votre enfant présente une fièvre importante (plus de 39 °C), une grande fatigue, un écoulement nasal purulent et un gonflement du visage autour d’un œil.

Quels examens pour diagnostiquer une sinusite ?

« Le diagnostic de la sinusite repose principalement sur l’examen clinique« , indique le Dr Gaillardin. Le médecin examine la cavité buccale et la cavité nasale des patient(e) s avec un rhinoscope. « On cherche à déterminer l’origine des sécrétions et le type de sinusite en fonction des symptômes décrits par les patients », ajoute l’expert.

Des examens complémentaires, comme un scanner sinusien ou un frottis nasal, peuvent parfois s’avérer utiles en complément. Ils permettent d’affiner le diagnostic et d’adapter le traitement. Si le médecin suspecte un problème d’origine dentaire pendant l’examen (une carie, un abcès, etc.), il peut rediriger le patient vers un chirurgien-dentiste pour un bilan.

Remèdes de grand-mère et gestes salvateurs : comment déboucher naturellement ses sinus et guérir rapidement ?

Plusieurs astuces naturelles permettent de soulager les symptômes d’une sinusite :

  • appliquer des linges chauds et humides au niveau des sinus concernés ;
  • boire beaucoup d’eau tout au long de la journée ;
  • éviter les changements de température importants ;
  • utiliser un humidificateur d’air dans vos pièces de vie principales ;
  • éviter de mettre la tête sous l’eau (pas de bain, de piscine ou de plongée sous-marine) et de voyager en avion ;
  • ne penchez pas votre tête vers le bas.

Déboucher et laver son nez

En premier lieu, il est essentiel de déboucher et de laver son nez. Pour cela, on réalise des lavages de nez à base d’eau de mer, de sérum physiologique ou d’eau thermale.

Cela permet de fluidifier les sécrétions pour faciliter leur évacuation, mais aussi d’éliminer les virus et autres microbes présents dans la cavité nasale. Pour plus d’efficacité, certains produits associent d’ailleurs l’eau de mer à des actifs hydratants et / ou antiviraux.

Comment faire son inhalation ?

L’autre solution phare contre la sinusite, c’est l’inhalation (dans un bol, un inhalateur, lors d’une douche ou d’un bain d’eau chaude). La vapeur d’eau permet également de fluidifier les sécrétions et à chasser les microbes. Elle entraîne aussi une vasodilatation qui permet aux actifs de mieux pénétrer dans les muqueuses.

Le mode d’emploi est des plus simples : faites chauffer une casserole d’eau, puis ajoutez quelques gouttes d’huiles essentielles, comme l’huile essentielle d’eucalyptus radié (décongestionnante, antibactérienne, immunostimulante et légèrement anti-inflammatoire). Placez ensuite votre visage au-dessus du récipient puis inspirer la vapeur par le nez pendant une dizaine de minutes. Vous pouvez répéter l’opération deux à trois fois par jour, à condition ne pas être enceinte !

Comment réaliser un massage du nez efficace

Il est aussi possible de faire appel à la digitopuncture pour désobstruer les sinus. Concrètement, on exerce des pressions localisées avec ses doigts sur des points d’acupuncture spécifiques. On peut notamment stimuler le point « GI 20 », situé de chaque côté du nez, à la base des ailes du nez.

Concrètement, on applique une pression modérée et continue sur ce point avec le pouce et l’index (ou les deux index). Le tout pendant deux petites minutes, en essayant de respirer lentement et profondément. Et pour libérer davantage les sinus, on peut appuyer deux autres minutes sur le point « DM 24 », situé sur la ligne médiane du crâne, à 0,5 cm du front, juste derrière la ligne d’implantation des cheveux. Ce type de massage peut être renouvelé autant de fois que nécessaire.

L’aromathérapie et la phytothérapie au secours de nos sinus

En complément d’un traitement adapté, l’aromathérapie et la phytothérapie peuvent être efficaces.

Comme indiqué ci-dessus, on peut inhaler un mélange d’huile essentielle de lavande, de thym et de camphre (20 gouttes dans un bol d’eau chaude, une fois par jour). Et quand la couleur des sécrétions nasales vire au jaune ou au vert, on peut déposer deux gouttes d’une huile essentielle antibactérienne (thym à linalol ou arbre à thé) sur un comprimé neutre, un demi-morceau de sucre ou dans une cuillerée à café de miel, trois à quatre fois par jour chez l’adulte, excepté la femme enceinte.

Côté plantes, on peut miser sur l’échinacée et le cyprès, deux plantes à l’action antivirale et anti-infectieuse. Elles participent au renforcement des défenses immunitaires pour mieux court-circuiter l’infection et limiter les symptômes.

Nos conseils pour prévenir l’apparition d’une sinusite

Le premier conseil à retenir est de toujours bien soigner un rhume et de ne jamais le laisser s’aggraver. Pour éviter la sinusite, veillez également à :

  • conserver une température intérieure​​ entre 18 °C et 20 °C pour éviter les atmosphères trop chaudes et sèches ;
  • aérer souvent votre logement (au moins 10 minutes, matin et soir) ;
  • éviter les irritants comme la fumée de tabac ;
  • vous moucher aussi souvent que nécessaire ;
  • boire beaucoup d’eau (1,5 à 2 l d’eau) ou de boissons chaudes par jour pour fluidifier les sécrétions nasales ;
  • éviter les bains en piscine ou la plongée jusqu’à la guérison ;
  • privilégier une alimentation équilibrée qui permettra de ne pas aggraver l’inflammation

Comment se débarrasser d’une sinusite à l’aide de médicaments (avec ou sans antibiotiques) ?

Traiter une sinusite maxillaire

La sinusite aiguë maxillaire est généralement d’origine virale. Elle guérit donc en quelques jours à l’aide d’un traitement symptomatique à base d’antalgiques et d’antipyrétiques (paracétamol), en association avec un mouchage, des lavages de nez réguliers et des inhalations. Des gouttes nasales ou des comprimés à base de vasoconstricteurs, qui décongestionnent la muqueuse, peuvent également être utiles pour soulager les symptômes. Leur utilisation est toutefois strictement réglementée car elle souffre de nombreuses contre-indications.

Le médecin peut aussi prescrire de l’amoxicilline par voie orale (un antibiotique) s’il suspecte une origine bactérienne. Si l’infection n’est pas guérie au bout de quelques jours de traitement par amoxicilline, ou lorsqu’une infection dentaire est à l’origine de la sinusite, l’association amoxicilline-acide clavulanique est parfois utilisée, souligne l’Assurance maladie. Plusieurs alternatives existent, en cas d’allergie à l’amoxicilline, note-t-elle.

Et si la douleur est très importante, le médecin peut prescrire des corticoïdes par voie orale sur une courte durée, en plus des antibiotiques.

Pour rappel, quel que soit le type d’antibiotique prescrit :

  • respectez le dosage et la posologie à la lettre pour éviter l’antibiorésistance ;
  • n’interrompez pas un traitement antibiotique avant l’heure, même si vous vous sentez mieux ;
  • ne décidez jamais seul de prendre ou d’administrer un antibiotique sans avis médical ;
  • si vous avez un doute sur l’ordonnance ou sur le mode d’administration, demandez conseil à votre pharmacien.

Traiter les sinusites frontales, ethmoïdales ou sphénoïdales

Les sinusites frontales, ethmoïdales ou sphénoïdales nécessitent d’emblée un traitement antibiotique adapté car elles sont d’origine bactériennes et présentent un risque plus important de complications.

L’antibiothérapie recommandée en première intention pour une sinusite frontale, en l’absence de complication, est l’amoxicilline chez l’enfant et l’association amoxicilline/acide clavulanique chez l’adulte.

Pour les sinusites ethmoïdale ou sphénoïdale, on utilise l’association amoxicilline/acide clavulanique. Et des fluoroquinolones (lévofloxacine ou moxifloxacine) peuvent aussi également être utilisés.

Même si cela peut paraître exagéré, l’hospitalisation est parfois indispensable en cas de complications (méningite, infection osseuse, etc.). Dans certains cas, il peut être nécessaire d’effectuer un drainage chirurgical ou encore d’administrer les antibiotiques par perfusion.

Quand la chirurgie est-elle vraiment utile ?

Le recours à la chirurgie est plutôt rare. Il est parfois nécessaire quand une sinusite chronique est liée à une déviation de la cloison nasale, ou à la présence de polypes, voire quand les sinus sont simplement trop bouchés et que le traitement antibiotique ne fonctionne pas. Concrètement, on passe par les voies naturelles pour ouvrir les sinus et réaliser une ‘toilette sinusienne’« , explique le Dr Gaillardin. Et d’ajouter : « c’est une intervention simple, réalisée en ambulatoire sous courte anesthésie générale ».



Source link

Related Posts

Leave a Comment