Topiramate pendant la grossesse : l’Anses alerte sur une augmentation du risque d’autisme chez l’enfant

par



topiramate

Le topiramate est dans le viseur des autorités sanitaires. Ce médicament est utilisé dans le traitement de l’épilepsie et de la migraine. Le mercredi 29 juin, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a annoncé qu’une réévaluation des risques liés à l’exposition pendant la grossesse de l’ensemble de la classe des antiépileptiques était actuellement en cours.

Dans un communiqué (source 1), l’Anses rapporte les résultats d’une étude publiée dans le JAMA Neurol et consacrée au topiramate. Cette recherche pointe « une augmentation avec l’utilisation du topiramate du risque de survenue de troubles du spectre autistique multiplié par 2,77 et de déficience intellectuelle multiplié par 3,47 par rapport à une grossesse d’une mère épileptique sans exposition aux antiépileptiques ».

Des évaluations en cours

En conséquence, l’Agence de santé a demandé une réévaluation de ce médicament au niveau européen. L’Anses rappelle que, chez la femme enceinte et en âge d’avoir des enfants et n’utilisant pas de méthode de contraception efficace, le topiramate ne doit pas être utilisé dans l’épilepsie sauf en cas de nécessité absolue. Elle souligne également que ce médicament ne doit pas être utilisé dans la migraine et ne doit pas être utilisé dans toute autre situation hors de l’autorisation de mise sur le marché.

L’ANSM a demandé à son homologue européenne, l’Agence européenne du médicament (EMA), de réévaluer les conditions de prescription du topiramate. « Pourquoi on revient sur ce médicament maintenant ? Ça fait suite à la publication d’une large étude nordique. (…) Ces risques-là sont nouveaux ; ils étaient jusque-là considérés comme non exclus mais pas caractérisés », a expliqué à l’Agence France Presse Philippe Vella, spécialiste des traitements neurologiques à l’ANSM. La décision européenne pourrait intervenir dans les prochains mois.



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire