Thrombose veineuse et Covid-19 : un risque accru jusqu’à 6 mois après l’infection

par



coronavirus caillots sanguins

On sait que la Covid-19 augmente le risque de caillots sanguins. Mais pour combien de temps ?

Une étude suédoise, publiée jeudi 7 avril dans le British medical Journal (BMJ), révèle un risque accru de thrombose veineuse profonde (un caillot sanguin qui se forme au niveau de la jambe) jusqu’à trois mois après l’infection au SARS-CoV-2. Le risque d’embolie pulmonaire (un caillot de sang qui se forme dans les poumons) peut monter jusqu’à six mois après et le risque d’événement hémorragique, jusqu’à deux mois après le Covid-19 (source 1). 

Quel que soit le cas de figure, ces risques sont plus élevés chez les patients atteints de comorbidités et ceux atteints d’un Covid-19 sévère. Ils étaient plus marqués pendant la première vague pandémique par rapport aux deuxième et troisième vagues, soulignent aussi les chercheurs.

Pour en arriver à ces conclusions, ils ont identifié plus d’un million de Suédois ayant été infectés par le coronavirus entre le 1er février 2020 et le 25 mai 2021. Ils les ont appariés par âge, sexe et lieu de résidence à plus de quatre millions de Suédois testés négatifs à la Covid-19.

Les chercheurs ont ensuite identifié les taux de thrombose veineuse profonde, d’embolie pulmonaire et de saignement chez les personnes ayant eu la Covid-19 et les ont comparés à ceux du groupe « témoin ». 

Résultats ? « Par rapport à la période témoin, les ratios de taux d’incidence ont été significativement augmentés 70 jours après la Covid-19 pour la thrombose veineuse profonde, 110 jours pour l’embolie pulmonaire et 60 jours pour les saignements« , expliquent-ils. 

Des conclusions qui justifient la prise de mesures visant à prévenir les événements thrombotiques (comme l’administration de traitements qui préviennent la formation d’un caillot dans les vaisseaux sanguins), en particulier pour les patients à haut risque.

« Il reste à établir si l’infection par le SRAS-CoV-2 augmente davantage le risque de thromboembolie veineuse ou d’hémorragie que pour les infections respiratoires, comme la grippe, mais aussi si la période de thromboprophylaxie après la Covid-19 doit être prolongée », concluent-ils, indiquant que de futures recherches cliniques en ce sens seraient bénéfiques. 



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire