Sur le dos, sur le côté : la façon dont on dort influerait sur le risque de sclérose en plaques

par



istock 186303839

S’il y a encore beaucoup à faire dans la recherche sur la sclérose en plaques, notamment au niveau thérapeutique, les chercheurs avancent dans la compréhension de cette maladie neurodégénérative et handicapante.

Dans un article publié le 27 mai 2022 sur le site The Conversation (Source 1), David Wright, professeur d’imagerie médicale à l’Université Monash (Melbourne, Australie), détaille les liens découverts entre le système d’élimination des déchets dans le cerveau et la sclérose en plaques. Or, le nettoyage des déchets serait en partie influencé par le sommeil (qualité, quantité, position etc).

Le chercheur et son équipe ont notamment examiné comment le système glymphatique, qui élimine les déchets du cerveau, pourrait prévenir la sclérose en plaques. “L’accumulation de déchets protéiques commence tôt dans le processus de la maladie neurodégénérative – bien avant l’apparition des symptômes”, écrit le chercheur. “En tant que chercheurs, nous voulions voir si l’élimination ou le ralentissement de la propagation de ces déchets protéiques […] pouvait arrêter ou ralentir la progression de la maladie”, ajoute-t-il.

Un nettoyage cérébral actif lorsque l’on dort

Le système glymphatique élimine les déchets, y compris les protéines toxiques, du cerveau, explique encore le spécialiste. Ce réseau cérébral est principalement éteint lorsque nous sommes éveillés, mais se met en route lorsque l’on dort, pour débarrasser le cerveau des déchets. Des recherches ont montré que le sommeil à ondes cérébrales lentes est la phase où le système glymphatique est le plus actif. Les thérapies du sommeil améliorant cette phase pourraient s’avérer bénéfiques pour prévenir la survenue de maladies telles que la sclérose en plaques.

D’autres travaux, menés sur des rongeurs, laissent entendre que le système glymphatique de “nettoyage cérébral” serait plus efficace en position latérale, autrement dit couché sur le côté), qu’en position couchée sur le dos ou le ventre. Un phénomène qui serait lié à la gravité, à la compression ou à l’étirement des tissus cérébraux lorsque l’on dort.

Si le système glymphatique pourrait être une cible thérapeutique potentielle dans le traitement de la sclérose en plaques, l’amélioration du sommeil semble également être une piste prometteuse, de par les liens étroits entre sommeil et nettoyage cérébral.



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire