Selon une étude, les bébés exposés au Covid-19 pendant la grossesse souffrent de changements neurodéveloppementaux

par



covid grossesse

Le risque semble bien réel. Selon une analyse américaine, les bébés nés de mères contaminées par le Covid-19 pendant la grossesse semblent présenter des différences dans les résultats neurodéveloppementaux à six semaines. Ces conclusions (source 1) ont été présentées pendant le 30e Congrès européen de psychiatrie.

« Tous les bébés nés de mères infectées par le Covid-19 ne présentent pas de différences de développement neurologique, mais nos données montrent que leur risque est accru par rapport à ceux qui ne sont pas exposés au virus dans l’utérus. Nous avons besoin d’une étude plus vaste pour confirmer l’étendue exacte de la différence », souligne le Dr Rosa Ayesa Arriola. Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont comparé les bébés nés de 21 femmes enceintes positives au Covid-19 et de leurs bébés, avec 21 témoins.

Dans le détail, les chercheurs ont découvert que les bébés nés de mères infectées pendant la grossesse avaient davantage de difficultés à se détendre et à adapter leur corps lorsqu’ils sont tenus. Un lien particulièrement avéré quand l’infection se produisait en fin de grossesse. De plus, les nourrissons nés de mères infectées avaient également plus de difficultés à contrôler les mouvements de la tête et des épaules. Ces altérations suggèrent un effet possible du Covid-19 sur la fonction motrice.

Déterminer le rôle de l’infection sur les altérations neurodéveloppementales

Les mères ont subi une série de tests pendant et après la grossesse (des tests mesure des niveaux de cortisol, la réponse immunologique, des tests salivaires, des réponses de mouvement et des questionnaires psychologiques, etc). Dans un premier temps, les chercheurs espagnols présentent les données sur la grossesse et l’évaluation postnatale à 6 semaines après la naissance, mais le projet continuera à voir s’il y a des effets à plus long terme. Le groupe surveillera le langage et le développement moteur du nourrisson entre 18 et 42 mois.

« Bien sûr, chez les bébés si jeunes, il y a plusieurs choses que nous ne pouvons tout simplement pas mesurer, comme les compétences linguistiques ou la cognition. Nous devons également être conscients qu’il s’agit d’un échantillon relativement petit. Nous répétons donc le travail, et nous le suivrons sur une période plus longue.  Nous avons besoin d’un échantillon plus important pour déterminer le rôle de l’infection sur les altérations  neurodéveloppementales de la progéniture et la contribution d’autres facteurs environnementaux. D’où l’importance d’un suivi médical pour faciliter une grossesse en bonne santé, en discutant de tout problème avec votre médecin si nécessaire », conclut la co-chercheuse Nerea San Martín González.



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire