Selon une étude japonaise, cet aliment lutterait efficacement contre le déclin cognitif

by



biba5 45

Un aliment bien choisi s’inscrit dans un régime alimentaire équilibré. C’est dans ce contexte qu’il peut exprimer pleinement certaines vertus. En effet, outre l’apport de nutriments nécessaires et déjà bien identifiés, un aliment peut aussi avoir d’autres effets sur notre corps. Certains sont connus, mais les interactions complexes qui se produisent à l’intérieur même de notre organisme sont loin d’avoir révélé tous leurs secrets. C’est aussi pour cela que de nombreuses études se penchent sur les habitudes alimentaires, notamment, de populations visiblement en très bonne santé.

Bien entendu, on sait aussi quand un aliment n’est pas franchement recommandable. La surconsommation de produits ultra-transformés est un fléau qui a, en revanche, des effets négatifs sur notre santé. Là aussi, on est loin d’avoir tout découvert, mais le principe de précaution devrait primer puisqu’il s’agit d’impacts négatifs. Certains produits transformés, issus surtout de pratiques artisanales, font toutefois partie de notre quotidien et savent se montrer intéressants. De manière générale, plus la liste d’ingrédients (et d’additifs aux noms étranges) est longue, plus il faut se méfier. 

Un aliment aux bienfaits insoupçonnés ? 

Il y a dans nos habitudes alimentaires un aliment transformé qui constitue à la fois un élément d’identité culturelle et porteur de plus de vertus qu’on ne l’imagine. Le fromage, dans ce qu’il a de plus artisanal, est un pilier important du patrimoine français. Il reste un incontournable de la gastronomie hexagonale avec une diversité inégalée. Une étude japonaise parue en 2023 pourrait d’ailleurs ouvrir la voie à encore plus de louanges de cet aliment qui peut nous paraître banal. 

Souvent accusé d’être trop calorique, le fromage n’est pourtant pas un aliment à bannir. Les résultats d’une étude publiée dans la revue Nutrients viennent apporter de nouvelles pistes qui ont de quoi ravir les accros au fromage. En croisant divers résultats récoltés sur plus de 1500 adultes âgés de plus de 65 ans, l’équipe de recherche a pu mettre en avant un lien entre une moindre diminution des capacités cognitives et la consommation régulière de fromage. Ce constat s’accompagne aussi d’un constat d’une mobilité moins efficace pour les participant·e·s ne consommant pas ou peu de fromage. 

Des résultats à creuser 

Comme l’étude le révèle dans son analyse, il est toutefois nécessaire de ne pas sauter trop rapidement sur les conclusions. En effet, les résultats obtenus sont issus de méthodes croisées qui font entrer en jeu de nombreux facteurs annexes. La consommation de l’aliment en question, le fromage, ne peut être considérée comme l’unique origine des meilleurs résultats aux tests cognitifs obtenus par une partie de l’échantillon étudié. Ces premiers constats sont prometteurs, mais d’autres études plus spécifiques sont indispensables pour montrer s’il existe ou non un réel lien de cause à effet. 

À lire également : 

Le plaisir avant tout ? 

Pas la peine donc de vous lancer dans un régime 100 % fromage ou d’en faire la nouvelle cure de jouvence sur les réseaux. Il faut encore que la science se penche sur cet aliment pour déceler d’éventuels bienfaits qui seraient passés sous les radars jusqu’alors. Bien entendu, cela n’empêche aucunement de profiter de ceux déjà connus. Le fromage est une excellente source de calcium, de phosphore et de vitamines. Cela contribue à lutter contre l’apparition de certaines maladies. Il faut cependant veiller à bien faire votre choix, tous les fromages n’ont pas les mêmes apports. Certains se révèlent d’ailleurs plus légers que d’autres. 

On ne parle évidemment que des fromages artisanaux ou respectant des procédés et cahier des charges précis. Il existe de nombreuses spécialités fromagères industrielles dont la liste d’ingrédients indique clairement que l’on est plutôt passé du côté obscur de la… surtransformation. Faites confiance à un·e fromager·e affineur·se s’il vous prend l’envie d’explorer la diversité des fromages de l’hexagone (et au-delà). En attendant que la science débusque d’autres bonnes raisons de consommer cet aliment, le plaisir des papilles en est déjà une tout à fait valide. 



Source link

Related Posts

Leave a Comment