Santé mentale : pourquoi il est bon de jouer avec des copains avant même d’aller à l’école

par



istock 1341701197

Jouer avec ses copains avant même d’être en âge d’aller à l’école serait bon pour la santé mentale par la suite. Telle est du moins la conclusion d’une nouvelle étude parue le 14 juin 2022 dans la revue Child Psychiatry & Human Development (Source 1). Ses résultats indiquent en effet que la “capacité à jouer avec ses pairs » a un effet protecteur sur la santé mentale.

Des chercheurs de l’Université de Cambridge ont  analysé les données de 1 676 enfants, recueillies lorsqu’ils avaient 3 et 7 ans. Celles et ceux qui avaient une meilleure capacité de jeux entre jeunes enfants à l’âge de 3 ans ont systématiquement montré moins de signes de mauvaise santé mentale quatre ans plus tard. Concrètement, ces enfants ayant joué tôt avaient une tendance à l’hyperactivité moins importante, moins de problèmes comportementaux et émotionnels, et moins susceptibles de se disputer ou de se battre avec d’autres enfants.

Fait important, soulignent les chercheurs, cette corrélation est restée valable même chez des groupes d’enfants particulièrement à risque de problèmes de santé mentale, ou en considérant d’autres facteurs de risque de maladies mentales, tels que les niveaux de pauvreté, et les enfants dont la mère avait vécu une détresse psychologique grave pendant ou juste après la grossesse.

Des jeux entre enfants qui favorisent la maîtrise de soi

Nous pensons que ce lien existe car en jouant avec les autres, les enfants acquièrent les outils nécessaires pour nouer des amitiés solides à mesure qu’ils vieillissent et commencent l’école. Même s’ils sont à risque de mauvaise santé mentale, ces réseaux amicaux leur permettront souvent de s’en sortir”, a commenté le Dr Jenny Gibson, du Centre Play in Education, Development and Learning (PEDAL) de la Faculté d’éducation de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni), co-auteure de l’étude.

Et la première auteure de l’étude, Vicky Yiran Zhao d’ajouter que “ce qui compte, c’est la qualité, plutôt que la quantité, du jeu entre pairs. Les jeux entre pairs qui encouragent les enfants à collaborer, par exemple, ou les activités qui favorisent le partage, auront des retombées positives”.

Jouer très jeune avec des enfants de son âge favoriserait la maîtrise de soi au niveau émotionnel, et développerait des compétences socio-cognitives, telles que la capacité à comprendre les émotions des autres et à savoir comment y réagir. Des critères fondamentaux pour construire des amitiés stables et réciproques, lesquelles sont bonnes pour la santé mentale. Bref, les tout-petits aussi gagnent à se faire des amis !

Pour les deux auteures de l’étude, ces résultats suggèrent d’encourager le développement d’opportunités et de structures afin que les tout-petits puissent se rencontrer et interagir entre eux : aires de jeux, relais d’assistantes maternelles, crèches, ateliers et activités… Le tout afin d’obtenir des retombées sur leur santé mentale au long terme.



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire