Qu’est-ce qu’un stridor ? Quand faut-il s’inquiéter ?

par



istock 1187554229 kuppa rock

Le stridor est un bruit inspiratoire – c’est-à-dire qu’on entend à l’inspiration – qui provient du larynx. Il se manifeste dès la naissance ou dans les premières semaines de vie du bébé. « Avant toute chose, il faut savoir que le stridor est un signe clinique, pas une maladie, précise le Pr. Nicolas Leboulanger. Ce bruit, plus ou moins aigu, peut être permanent ou intermittent et avoir plusieurs causes sous-jacentes dont la plus fréquente, chez le jeune enfant, est la laryngomalacie ».

Quels sont les signes de ce bruit inspiratoire ?

Le stridor se manifeste par un bruit à l’inspiration. Celui-ci peut :

– être aigu ou grave et rauque (coassement) notamment dans le cas d’une laryngite,

– apparaître ou s’accroître pendant le sommeil,

– être majoré lors de l’alimentation, lorsque l’enfant pleure, s’agite ou est allongé sur le dos,

– accompagner des troubles de la déglutition.

Quelles sont les causes du stridor ?

On distingue les causes aiguës –généralement d’origine infectieuse comme dans la laryngite striduleuse – des causes chroniques liées à des anomalies congénitales ou acquises.

En dehors des pathologies infectieuses du type laryngite, la cause la plus fréquente de stridor chez le nourrisson est la laryngomalacie.

Plus rarement, ce bruit inspiratoire peut également être engendré par d’autres pathologies comme une paralysie ou une diminution de mobilité des cordes vocales, ou encore un hémangiome, précise le Pr. Nicolas Leboulanger.

La laryngite striduleuse

Inflammation du larynx le plus souvent d’origine virale, la laryngite aiguë affecte particulièrement les enfants âgés de 6 à 36 mois. Elle débute généralement par des symptômes de rhume banal. Puis une fièvrepas très élevée (inférieure à 38,5 °C) apparaît ainsi qu’une voix enrouée et une toux rauque accompagnée d’un stridor à l’inspiration. Un rendez-vous chez le pédiatre ou un médecin généraliste confirmera le diagnostic.

La laryngomalacie

La plupart des cas de stridor chez le nourrisson sont liés à la laryngomalacie. Celle-ci se manifeste typiquement par un stridor aigu, majoré lorsque l’enfant pleure, mange ou qu’il est couché sur le dos.

D’autres symptômes peuvent être associés comme :

– une prise alimentaire lente dans les cas modérés à sévères.

« La laryngomalacie est la cause la plus fréquente de stridor et représente environ 60 à 70 % des anomalies laryngées congénitales, apprend-on dans un article de la Revue médicale Suisse (source 1). Les symptômes sont la plupart du temps légers et disparaissent spontanément avant l’âge de deux ans. Environ 20 % des patients ont des symptômes importantsstridor sévère, difficultés alimentaires et retard de croissance – nécessitant un traitement par chirurgie endoscopique (supraglottoplastie). Son taux de succès est bon avec peu de risques de récidives ou de complications. »

Des propos auxquels font écho ceux du Pr. Leboulanger : « la laryngomalacie ou « larynx mou » est fréquente et de gravité variable. Dans la majorité des cas, elle disparaît avec la croissance de l’enfant et ne nécessite pas d’intervention chirurgicale. En revanche, si elle n’est pas bien tolérée – c’est-à-dire si elle gêne la prise alimentaire et la respiration – on pourra être amené à intervenir chirurgicalement.» 

Une paralysie partielle des cordes vocales

Un stridor peut aussi être observé dans le cadre d’une paralysie totale ou partielle des cordes vocales. « La plupart du temps, celle-ci est congénitale mais elle peut également survenir après une opération du thorax ou du cou. Par exemple, chez les grands prématurés, il arrive lors d’une intervention chirurgicale sur le canal artériel que le nerf récurrent – qui commande une partie du mouvement du larynx et des cordes vocales – soit lésé ce qui entraîne une paralysie partielle des cordes vocales. »

Enfin, devant la survenue d’une toux brutale et incoercible chez le bébé, un stridor peut également être le signe de l’inhalation d’un corps étranger : morceau de nourriture, petit objet, etc. Si l’enfant éprouve des difficultés à respirer, appelez immédiatement le 15.

Est-ce que le stridor est grave ? Quand faut-il demander l’avis d’un ORL ?

Tout bruit à l’inspiration nécessite de consulter son médecin traitant ou son pédiatre. En fonction du diagnostic et de l’étiologie du stridor, celui-ci pourra vous orienter vers un ORL. « Il est important de consulter un spécialiste lorsqu’un enfant présente un stridor, confirme le Pr. Nicolas Leboulanger. Le diagnostic est réalisé en passant un petit fibroscope souple par le nez afin de visualiser le larynx et de repérer tout collapsus des tissus. Dans le même temps, l’examen permet d’exclure d’autres anomalies congénitales comme la paralysie des cordes vocales, certaines sténoses sous-glottiques, etc. »

Tout dépend de la cause du stridor– infectieuse, congénitale, etc. – et de sa tolérance.

Dans le cadre d’une laryngite striduleuse, en absence de signes de gravité – difficultés respiratoires, fièvre élevée, etc. – le traitement s’effectuera à domicile. Le pédiatre ou le médecin traitant prescrira des corticoïdes par voie orale afin de diminuer l’inflammation du larynx. En parallèle, il est recommandé d’humidifier l’air intérieur des pièces. S’il existe des signes de détresse respiratoire, la prise en charge se fera à l’hôpital et le traitement associera des aérosols d’adrénaline ainsi que des corticoïdes.

En cas de stridor lié à une laryngomalacie, les symptômes sont souvent légers et disparaissent spontanément quand l’enfant grandit. En effet, avec l’âge, les tissus mous se raffermissent et leur relâchement ne vient plus obstruer les voies aériennes. « Le stridor peut se résoudre de lui-même dans les premiers mois de vie de l’enfant, confirme le spécialiste. En revanche, si l’état du bébé se dégrade ou s’il éprouve des difficultés pour s’alimenter et que sa courbe de poids ralentit, une intervention chirurgicale sera nécessaire. Celle-ci consiste à supprimer une partie des tissus mous pour qu’ils obstruent moins le larynx. En général, on constate ensuite une amélioration de l’alimentation très rapide. »

Quand disparaît le stridor congénital ?

Dans la grande majorité des cas (80 à 90 %), un stridor lié à une laryngomalaciedisparaît spontanément vers l’âge de 12 à 24 mois. Néanmoins, dans 10 à 20 % des cas, les symptômes sont sévères et les jeunes patients doivent être traités chirurgicalement.



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire