Qu’est-ce que “la peau toastée”, ce syndrome qui peut vous toucher en hiver ?

by


L’hiver, lorsqu’il fait froid, toutes les techniques sont bonnes pour se réchauffer. Pour des raisons économiques et environnementales, nous sommes de plus en plus tentés de ne pas trop forcer sur le chauffage. Plaids, couettes épaisses, mais aussi bouillottes… Ce ne sont pas les astuces qui manquent.

Les bouillottes font de plus en plus d’adeptes. Il en existe de toutes les couleurs et de toutes les formes. Ces poches chauffantes sont généralement à remplir d’eau chaude et à placer contre le corps grelottant. Elles sont également conseillées dans le cas de certaines douleurs musculaires ou articulaires, ou pendant des règles douloureuses.

Votre bouillotte n’est pas sans risque : le syndrome de la peau toastée

Attention, les bouillottes sont loin d’être sans danger, surtout lorsqu’elles sont mal utilisées. Elles peuvent être à l’origine d’un problème de santé appelé « syndrome de la peau toastée ». En fait, il s’agit d’un érythème, une lésion dermatologique qui se caractérise par une rougeur de la peau. Elle est causée par une exposition trop longue à la chaleur. Il ne s’agit pas d’une brûlure, mais bien d’une forme d’irritation qui peut entraîner démangeaisons, hyperpigmentation de la peau ou encore sécheresse cutanée.

Selon le Dr Ross Perry, interrogé par Metro UK, cela peut arriver « à cause de l’utilisation trop fréquente de bouillottes, mais aussi de couvertures chauffantes ou de chaufferettes posées à même la peau. » Si vous voyez apparaître une telle lésion sur votre peau, consultez rapidement votre médecin pour obtenir un traitement adapté.

Utilisation d’une bouillotte : quelques précautions à prendre

Avant de vous servir de votre bouillotte, il est important de prendre certaines précautions. Tout d’abord, veillez à utiliser de l’eau chaude, mais pas bouillante, et à ne pas la remplir à ras bord. Votre bouillotte doit être bien fermée hermétiquement pour éviter les fuites d’eau et donc un éventuel risque de brûlure. Enfin, il est primordial de remplacer votre bouillotte tous les 2 à 3 ans car leur caoutchouc peut se détériorer à force d’utilisation.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a ainsi récemment dénoncé « des risques de brûlures liés à la possible déchirure de l’enveloppe, à une résistance insuffisante des soudures ou du corps de la bouillotte ». Pour savoir si la vôtre est en toujours utilisable, il vous suffit de vous référer à la date de fabrication du produit, généralement indiquée sur une petite fleur en relief.

A lire également : 

Protégez votre peau des agressions extérieures

Pour éviter tout risque de brûlure ou d’érythème, l’idéal est de ne pas poser votre bouillotte directement sur votre peau. Il existe des enveloppes de protection en tissu qui permettent de limiter ces risques. Protéger sa peau des agressions extérieures, que ce soit du froid ou du chaud, est très important !





Source link

Related Posts

Leave a Comment