Que proposent les candidats à la présidentielle pour sauver l’hôpital public ?

par


Augmentation des moyens

Anne Hidalgo souhaite augmenter massivement les effectifs avec chaque année plus 15 000 nouveaux médecins, 1 250 sages-femmes, 25 000 infirmiers, aides-soignants. Et 5 000 logisticiens, techniciens et agents hospitaliers. Jean Lassalle veut lui ouvrir 20 000 lits et recruter 100 000 soignants. Nicolas Dupont-Aignan veut doubler le nombre de lits en réanimation et arriver à 10 000 en seulement 5 ans. Jean-Luc Mélenchon veut recruter 100 000 soignants et garder un taux de lits vacants de 20 % pour pouvoir gérer sans tension les variations d’activité. Valérie Pécresse souhaite recruter 25000 soignants sur 5 ans, Éric Zemmour 40 000. Fabien Roussel, 100 000. Philippe Poutou parle d’embaucher 200 000 hospitaliers et rouvrir 100 000 lits.

Nicolas Dupont-Aignan veut accroître la prise en compte de la pénibilité du travail du personnel hospitalier avec la création de primes spécifiques. Yannick Jadot souhaite embaucher 100 000 infirmiers.

Quant à lui, Emmanuel Macron propose un plan de recrutement d’infirmiers et aide-soignants, sans en préciser l’ampleur.

Valorisation des salaires et perspectives de carrière.

Nombre de candidats, de droite comme de gauche, souhaitent revaloriser les salaires des soignants. Certains, comme Valérie Pécresse, proposent une valorisation des carrières. Les infirmiers ayant de l’expérience pourront se voir confier de nouvelles tâches et responsabilités, notamment par la validation des acquis de l’expérience. Emmanuel Macron souhaite qu’il y ait moins de charges administratives pour les soignants et plus de responsabilités pour les paramédicaux.

Suppression des ARS agences régionales de santé.

Quatre candidats y sont favorables, Jean Lassalle, Anne Hidalgo, Éric Zemmour et Marine Le Pen. Enfin, toujours pour soulager la pression hospitalière, certains candidats souhaitent une médecine de ville en renfort de l’hôpital. Marine Le Pen imagine des centres de santé qui traiteraient des petites urgences. Emmanuel Macron parle d’hôpital hors les murs avec des médecins de ville qui seraient salariés de l’hôpital.

Valérie Pécresse propose un système d’information partagée entre les hôpitaux privés, les hôpitaux publics et la médecine de ville. Enfin, Philippe Poutou propose des centres de santé gratuits rattachés aux hôpitaux.



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire