Que faire en cas de déshydratation chez un bébé ?

par



istock 660897334 tankist276

Définition : qu’est-ce que la déshydratation ?

La déshydratation correspond à une perte conséquente d’eau et de sels minéraux de l’organisme. Celle-ci est souvent consécutive à un épisode de diarrhée aiguë au cours d’une infection gastro-intestinale d’origine virale. « Il faut savoir que la déshydratation peut avoir des conséquences graves et mettre en jeu le pronostic vital surtout chez les bébés de moins de six mois, alerte le Dr Jean-Louis Chabernaud. D’ailleurs, elle est à l’origine d’une cinquantaine de décès chaque année en France et un motif fréquent de passage aux urgences et d’hospitalisation. »

Déshydratation : quelles sont les causes ?

La première cause de déshydratation du nourrisson est la diarrhée aiguë. Cependant, celle-ci peut également être due à une fièvre importante, une insuffisance d’apports en liquide ou à une intoxication alimentaire. « On voit aussi des cas de déshydratation lors d’une contamination par la bactérie Escherichia coli qui entraîne unediarrhée associée à des vomissements importants et répétés », confirme le Dr Jean-Louis Chabernaud.

Enfin, les fortes chaleurs peuvent également être à l’origine d’une perte d’eau de l’organisme. Aussi, lors des épisodes de canicule, il est important de bien hydrater son enfant.

Déshydration et gastro-entérite : quels sont les symptômes ?

Chez le tout-petit, la déshydratation est souvent consécutive à un épisode de diarrhée aiguë. « L’infection virale va entraîner une hypersécrétion d’eau et d’électrolytes par les cellules de l’intestin (les entérocytes), explique le Dr Chabernaud. Cette hypersécrétion va engendrer une perturbation profonde de l’absorption de l’eau : c’est la diarrhée aiguë. »

Chez le jeune enfant, une gastro-entérite se manifeste par :

– des nausées ou des vomissements,

– une asthénie (fatigue) et une perte d’appétit,

– de la fièvre mais ce n’est pas systématique.

Chez le nourrisson et le jeune enfant, la déshydratation se caractérise par :

– un comportement inhabituel, une léthargie,

– une apathie, l’enfant n’est plus dans l’échange avec les autres,

– une fontanelle déprimée qui forme un creux,

– des cernes sous les yeux,

– une tachycardie c’est-à-dire une augmentation de la fréquence cardiaque,

– des marbrures sur la peau,

– un pli cutané persistant,

– une raréfaction des urines : l’enfant ne mouille plus sa couche,

– une sécheresse des muqueuses : bouche sèche,

« La perte de poids est un des premiers signes à surveiller, insiste le Dr Jean-Louis Chabernaud. Il faut savoir que la quantité d’eau dans l’organisme d’un jeune enfant est de 70 % à 75 % contre 50 à 60 % chez l’adulte. On considère qu’un bébé est déshydraté à partir d’une perte de 5 % de son poids. Lorsqu’elle atteint 10 % cela peut être grave. C’est pourquoi, on pèse toujours les enfants afin d’estimer leur perte en eau. »

Quand s’inquiéter ? Quels sont les risques ?

L’eau et les sels minéraux sont essentiels à notre organisme. Ces derniers participent aux réactions biochimiques, à la bonne marche de nos organes, à la régulation de la température, etc. En cas de déshydratation sévère – c’est-à-dire si la perte de poids est supérieure à 10 % – le bon fonctionnement des organes vitaux (cœur, vaisseaux, foie, cerveau, etc.) peut être compromis. « Dans le cadre, par exemple, d’une infection par le rotavirus, il est possible que la déshydratation survienne en quelques heures. Il est donc important de consulter son médecin traitant et de surveiller son enfant. La déshydratation peut entraîner une tachycardie – c’est-à-dire une accélération des battements du cœur – puis une chute de la tension artérielle, et au pire des troubles de la conscience voire un coma. »

Quand consulter ?

Il est important de consulter son médecin traitant ou son pédiatre lorsque le bébé ou le jeune enfant vomit, souffre d’une diarrhée importante, a de la fièvre, refuse de boire, urine rarement ou si son état général se dégrade. « Chez les nourrissons, une déshydratation sévère c’est-à-dire atteignant plus de 10 % du poids est vite arrivée lors d’une infection par le rotavirus, rappelle le pédiatre réanimateur. Aussi, il est nécessaire de bien surveiller son enfant et si besoin d’appeler le médecin régulateur du 15 afin d’avoir un avis médical. »

En cas de déshydratation, il est essentiel d’évaluer la gravité des symptômes. Lorsque celle-ci est modérée (c’est-à-dire inférieure à 5 % du poids), en première intention on réhydratera l’enfant avec des solutés de réhydratation orale (SRO). Au contraire, si la déshydratation semble grave et si l’état du bébé se dégrade, il faut consulter rapidement son médecin ou appeler le 15.

Toutes les autres boissons ou préparations (eau pure ou sucrée, sodas dont le Coca, soupe de carottes, eau de riz, etc.) sont inadaptées à cet âge pour prévenir la déshydratation, rappelle le spécialiste.

En cas de déshydratation modérée

Le premier geste est de compenser la perte en eau et en sels minéraux en donnant à boire à l’enfant une solution de réhydratation orale (SRO). « Ces boissons sucrées salées, dont la composition est riche en sodium, sont facilement acceptées par les nourrissons jusqu’à deux ans. En revanche, les enfants un peu plus grands apprécient moins leur goût », précise le site Améli.

En parallèle, il est important de :

peser son enfant pour surveiller son poids,

noter le nombre de vomissements et de selles dans le cadre d’une gastro-entérite,

compter le nombre de biberons bus et le volume de liquide absorbé,

surveiller étroitement le comportement du bébé : si son état se dégrade, consultez sans attendre.

« Parfois, en parallèle du soluté de réhydratation orale, le médecin peut prescrire du racécadotril (Tiorfan®), un antidiarrhéique qui va diminuer l’hypersécrétion intestinale et limiter la perte d’eau, précise le Dr Jean-Louis Chabernaud. Mais, le plus important reste la réhydratation par les SRO. »

En cas de déshydratation sévère

Une déshydratation importante (10 % du poids de l’enfant) nécessite d’hospitaliser en urgence l’enfant afin de le réhydrater par voie intraveineuse (perfusion).

Comment utiliser un soluté de réhydratation orale ?

Les solutés de réhydratation orale se présentent sous forme de sachets en poudre à diluer dans de l’eau. Lorsqu’ils sont prescrits par le médecin, ils sont pris en charge par l’Assurance Maladie pour les nourrissons et les enfants de moins de 5 ans atteints de diarrhée aiguë. Sachez qu’en cas d’urgence, vous pouvez également vous en procurer à la pharmacie sans ordonnance.

Diluez le sachet dans de l’eau puis donnez à boire du soluté de réhydratation à votre enfant plusieurs fois par heure, en petites quantités, en augmentant progressivement les doses.

Si votre bébé boit du lait maternisé (lait en poudre), remplacez le biberon de lait par le soluté de réhydratation. Puis, réintroduisez le lait habituel et alternez avec le SRO tant que le risque de déshydratation persiste.

Et si bébé est allaité ?

Si vous allaitez, il est conseillé de poursuivre l’allaitement comme d’habitude et de donner le soluté de réhydratation orale à votre bébé entre les tétées.

Quels sont les bons gestes à adopter ?

Le Dr Jean-Louis Chabernaud rappelle qu’un vaccin contre le rotavirus, un des virus à l’origine de la gastro-entérite, existe. « Chez les tout-petits, la déshydratation est principalement causée par la diarrhée et les vomissements. Or, le vaccin contre le rotavirus est efficace, bien toléré et permet de diminuer les cas de gastro-entérite. »

Parmi les bons réflexes à adopter d’emblée, le pédiatre réanimateur conseille d’avoir toujours dans sa trousse à pharmacie un soluté de réhydratation afin de pouvoir l’administrer rapidement si nécessaire. « Et surtout, n’oubliez pas de vous laver fréquemment les mains avec du savon, conclut le Dr Jean-Louis Chabernaud. Le rotavirus est extrêmement contagieux et on peut être porteur sain. D’où l’importance de bien respecter les gestes barrière ! ».



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire