Que devriez-vous faire de vos crottes de nez, selon la science ?

by



crottes de nez que faire

Dès que les autres ont le dos tourné, vous n’hésitez pas à vous curer le nez. Cela n’a rien de honteux, pourtant la stigmatisation sociale persiste. Est-ce vraiment une bonne idée de triturer l’intérieur de ses narines ? Et où devons-nous mettre nos crottes de nez ? Deux questions qui ont intrigué Gabriel Filippellis, Michael Gillings et Mark Patrick Taylor, auteurs d’un article paru ce lundi dans The Conversation (source 1).

Le mucus nasal, un filtre biologique nécessaire

On a tendance à les considérer comme des obstacles inesthétiques, mais les crottes de nez ont pourtant un rôle essentiel. « Pendant les quelque 22 000 cycles respiratoires quotidiens, le mucus formant des crottes de nez constitue un filtre biologique essentiel pour capturer la poussière et les allergènes avant qu’ils ne pénètrent dans nos voies respiratoires, où ils peuvent provoquer une inflammation, de l’asthme et d’autres problèmes pulmonaires à long terme », soulignent les chercheurs. Autrement dit, le mucus nasal constitue le système de défense immunitaire de première ligne contre les infections.

La chasse aux crottes de nez comporte des risques

Notre cavité nasale possède son propre microbiome, indiquent les scientifiques. Parfois, à force d’introduire ses doigts dans son nez par exemple, ces populations naturelles peuvent être perturbées, ce qui peut entraîner diverses affections, comme une rhinite. Mais en général, les microbes de notre nez aident à repousser les envahisseurs, en les combattant sur un champ de bataille de mucus.

Si vous reniflez ou mangez des crottes de nez au lieu de les expulser, vous risquez d’amplifier votre exposition à certains éléments toxiques présents dans votre environnement. 

En effet, la poussière, les microbes et les allergènes capturés par les crottes de nez finissent par être absorbés lorsque l’on avale le mucus. « Et si ce n’est généralement pas un problème, cela peut exacerber l’exposition environnementale à certains contaminants, explique l’article. Par exemple, le plomb – une neurotoxine répandue dans la poussière domestique et la terre utilisée dans les jardins – pénètre le plus efficacement dans le corps des enfants par l’ingestion et la digestion ».

Un risque de saignements et des mutilations

Pour certaines personnes, le curage de nez peut devenir compulsif et mener à des mutilations. On parle alors de rhinotillexomanie. Non seulement, les lésions peuvent être douloureuses et saigner, mais elles peuvent aussi devenir le siège de bactéries pathogènes qui migreront progressivement des narines vers le reste du corps. 

Gare au staphylocoque doré et aux pneumonies

Le curage de nez peut être associé au portage nasal du staphylocoque doré(Staphylococcus aureus). « Surmonter l’habitude de se mettre le doigt dans le nez pourrait ainsi faciliter les stratégies de décolonisation du S. aureus« , estiment les auteurs. Sans compte que se curer le nez peut est aussi associé à un risque accru de transmission du staphylocoque doré vers les plaies. 

Le curage de nez peut également être un vecteur de transmission du Streptococcus pneumoniae, une cause fréquente de pneumonie (entre autres infections). Conclusion ? En enfonçant négligemment ses doigts dans son nez, on dissémine aussi davantage les germes dans notre corps, et on risque ensuite de les répandre dans son environnement avec ses mains souillées. 

Alors, que faire de ses crottes de nez ?

Comme indiqué ci-dessus, manger ses crottes de nez revient à avaler tous les germes contenus dans le mucus. On évite donc de les avaler. Pas question non plus de les semer par-ci, par-là pour qu’elles contaminent potentiellement d’autres personnes qui entreraient en contact avec elles. 

La meilleure solution consiste à utiliser un mouchoir en papier pour récupérer le tout, avant de le jeter dans une poubelle ou dans les toilettes. Dans la mesure du possible, on veille à se laver les mains après s’être mouché.e ou vous être fouillé dans son nez.

Votre nez fait des heures supplémentaires pour vous garder en bonne santé, alors ne lui rendez pas la tâche plus difficile en y coinçant vos doigts sales. Ne jouez pas les trouble-fêtes. Soufflez discrètement, jetez le mouchoir en papier de manière réfléchie et lavez-vous les mains tout de suite après, concluent les chercheurs.

En vidéo : Crottes de nez – Que doit-on en faire ?



Source link

Related Posts

Leave a Comment