Poux, lentes : quel traitement pour s’en débarrasser ?

by



traitement

Les poux affectionnent particulièrement les cheveux des enfants. À la crèche, à l’école, ou en colonie de vacances, leur transmission d’une tête à l’autre se fait très facilement. Alors, comment repérer les poux de tête ? Comment les traiter ? Quels traitements utiliser pour s’en débarrasser ?

Lentes, poux : d’où viennent-ils ? À quoi ressemblent-ils ?

Les poux sont des parasites exclusifs de l’homme, se nourrissent de sang et leur morsure provoque la plupart du temps un besoin irrépressible de grattage. Ils ne sont pas dangereux et ne transmettent pas de maladie. Par ailleurs, on les classe tout de même dans les maladies parasitaires.

« Le pou a un corps allongé et aplati, 3 paires de pattes courtes et deux antennes. Il mesure 2 à 4 mm. Il est de couleur grise à noire voire rouille après son repas sanguin », décrit la Société française de dermatologie (source 1).

Avoir des poux n’est pas le signe d’une mauvaise hygiène. La vie en collectivité (garderie, crèche, école, colonie de vacances, centre de loisirs) multiplie les contacts entre les enfants, donc la dissémination des poux.

Les têtes à poux ne sont pas des têtes sales, mais souvent des têtes qui transpirent plus. Ou bien des têtes d’enfant particulièrement sociables, qui multiplient les contacts avec les autres enfants, précise le Dr Manuel, médecin généraliste.

Les poux passent volontiers d’un individu à l’autre, par un contact direct, ou indirect (via un vêtement, un coussin ou le linge de maison). Leur durée de vie est d’un mois, mais ils pondent des œufs (les lentes), arrimées sur le cheveu dans son premier centimètre, qui éclosent en 8 à 12 jours.

Comment savoir si on a des poux sur la tête ?

L’infestation n’est jamais très importante, moins de vingt poux par tête, qui restent sur le cuir chevelu et à la base des cheveux. Ils ne sautent pas et stationnent volontiers derrière les oreilles et sur la nuque.

Il faut savoir que lorsqu’on a des poux de tête, cela ne gratte pas toujours. « Quand il y a prurit, il prédomine derrière les oreilles, au niveau des tempes et de la nuque. On les découvre parfois à cause d’ une éruption de la nuque, d’ une infection du cuir chevelu. On constate parfois une réaction aiguë à type d’ eczéma généralisé, provoquée par une autosensibilisation aux poux », explique la Société française de dermatologie.

« Pour faire le diagnostic, on observe les poux et les lentes, mais plus souvent les lentes car le pou bouge vite et se cache de la lumière », précise cette dernière. « Chez les enfants, les lentes peuvent se fixer aux cils ou aux sourcils et elles provoquent alors une inflammation de la paupière à cause du grattage ».

Comment traiter et enlever les poux des cheveux ?

Dans les années 50, le remède était radical avec un rasage complet des cheveux. Heureusement, aujourd’hui d’autres solutions existent !

Première étape : repérer les poux. Pour ce faire, utilisez un peigne fin, en opérant mèche par mèche, pour effectuer le repérage des poux (cela ne permet pas leur disparition complète). Si vous le souhaitez, des peignes électriques qui grillent les poux et les lentes en émettant de petites décharges, sont disponibles dans le commerce.

Laver les cheveux n’est jamais suffisant. Le mieux est d’employer des moyens mécaniques de retrait, précise le Dr Manuel, médecin généraliste.

Les traitements mécaniques sont désormais les seuls à être recommandés comme les anti-poux asphyxiants qui agissent en étouffant le pou.

Les produits actuels sont efficaces sur le pou, ne créent pas de résistance et ne sont pas toxiques pour les autres êtres vivants. Mieux vaut privilégier les présentations en lotion ou en crème aux poudres et sprays pouvant être inhalées pendant l’application et être responsables d’asthme. 

À noter : les traitements chimiques : certains traitements insecticides contre les poux comme le malathion et la pyréthrine ne sont plus commercialisés notamment en raison de leurs effets toxiques.

Pourquoi les produits à base d’huiles essentielles sont à éviter pour traiter les poux ?

Quant aux produits à base d’huiles essentielles, leur usage est déconseillé. L’utilisation de produits qui contiennent des huiles essentielles est une mauvaise idée, notamment en raison de leurs effets toxiques, selon une étude de l’association 60 millions de consommateurs (source 2). L’association cite des exemples préoccupants de poussée mammaire anormale lors de l’application d’huiles essentielles d’arbre à thé ou de lavande.

Les chercheurs expliquent que des cosmétiques formulés avec des huiles essentielles de lavande et d’arbre à thé sont responsables de poussées mammaires chez trois garçons âgés de 4, 7 et 10 ans. Un phénomène qui s’explique par le fait que ces huiles essentielles « imitent » les hormones sexuelles féminines mais inhibent l’action des hormones masculines. « Ce déséquilibre entraîne ainsi une féminisation qui se manifeste par l’apparition de seins », expliquait alors le quotidien 20 Minutes qui relayait l’étude.

« Il est fréquent de lire l’ intérêt de l’ utilisation d’ HE de lavande. Aucune étude n’ en a apporté la preuve et cette HE a une propriété de perturbateur endocrinien. Elles ne sont aucunement recommandées dans la prise en charge des pédiculoses », confirme la Société de dermatologie.

Il est rappelé que l’ utilisation d’ huile essentielle (HE) est contre-indiquée chez l’ enfant et la femme enceinte.



Source link

Related Posts

Leave a Comment