Pourquoi certains fumeurs n’auront jamais de cancer du poumon?

par



mathew macquarrie lzckzlvpyau unsplash

On le sait, fumer des cigarettes est le premier facteur de risque de développer un cancer du poumon. Et les Français en savent quelque chose. En effet, c’est au sein de notre pays que le taux de mortalité suite à un cancer du poumon est le plus élevé et ce, chez les hommes. Sans aucune surprise, c’est la consommation de tabac qui en est la première responsable. Selon le média Science Alert, 90 % des décès des suites d’un cancer du poumon seraient liés au tabac. Dans le même, il a été observé que tous les gros fumeurs ne développaient pas automatiquement de cancer du poumon. Et la raison est purement scientifique : votre ADN vous prédestinerez.

Tous les fumeurs ne sont pas condamnés

Publiée dans la revue Nature Genetics, une récente étude a voulu comprendre pourquoi tant de personnes fumeuses passaient entre les mailles du filet. Pour mener à bien cette étude, des profils génétiques ont été prélevés sur les bronches de 14 non-fumeurs et de 19 fumeurs légers à modérés et lourds. Les recherches montrent que la réponse se trouve tout simplement dans notre ADN, plus précisément du côté des cellules qui tapissent les poumons des fumeurs. Celles-ci seraient moins susceptibles de muter avec le temps.

« Ces cellules pulmonaires survivent pendant des années, voire des décennies, et peuvent donc accumuler des mutations avec l’âge et le tabagisme. De tous les types de cellules pulmonaires, celles-ci sont parmi les plus susceptibles de devenir cancéreuses. » Simon Spivack de l’Albert Einstein College of Medicine, épidémiologiste et pneumologue.

« Les fumeurs les plus lourds n’avaient pas le fardeau de mutation le plus élevé »

Si la quantité de tabac que fume une personne a toujours été associé à une augmentation des taux de mutation cellulaire et ce après environ 23 ans à fumer un paquet par jour, ce risque plafonne. « Nos données suggèrent que ces personnes ont peut-être survécu si longtemps malgré leur forte consommation de tabac parce qu’elles ont réussi à supprimer l’accumulation de mutations supplémentaires. Ce nivellement des mutations pourrait provenir du fait que ces personnes disposent de systèmes très efficaces pour réparer les dommages à l’ADN ou détoxifier la fumée de cigarette. . », explique ainsi Simon Spivack.

Des conclusions qui expliquent pourquoi 80% des gros fumeurs et ce depuis longtemps ne développent jamais de cancer du poumon.

« Nous souhaitons maintenant développer de nouveaux tests capables de mesurer la capacité d’une personne à réparer ou à détoxifier l’ADN, ce qui pourrait offrir une nouvelle façon d’évaluer son risque de cancer du poumon », Jan Vijg, généticien. 

A lire aussi :





Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire