Pourquoi certains enfants prennent plus de risques que les autres

by



pourquoi certains enfants prennent plus de risques

Alors que certains enfants préfèrent jouer la sécurité, d’autres semblent continuellement prendre des risques. Des scientifiques américains ont cherché à comprendre pourquoi dans une étude publiée dans la revue Proceedings of the Royal Society Biological Sciences ce mercredi 28 septembre. (source 1)

Les chercheurs se sont basés sur la théorie de la sensibilité au risque. Développée par des écologistes comportementaux, elle s’appuie sur des observations du comportement d’animaux dans leur habitat naturel. La théorie de la sensibilité au risque stipule que les êtres vivants apprennent à utiliser différentes stratégies en fonction de la disponibilité des ressources et de l’étendue de leurs besoins

Par exemple, un renard bien nourri ne prendra pas le risque de pénétrer un territoire dangereux pour un repas lorsqu’une petite quantité déterminée de nourriture est déjà facilement accessible. Un renard affamé, en revanche, est plus susceptible de prendre des risques.

Plusieurs dizaines d’enfants âgés de 4 à 10 ans ont participé à l’étude. Ils avaient le choix entre accepter un nombre déterminé d’autocollants, ou faire tourner une roue pour avoir une chance d’obtenir encore plus d’autocollants — ou rien du tout.

Au fur et à mesure, les enfants se sont vus proposer des choix plus difficiles, avec un nombre de stickers de plus en plus conséquent.

Pendant ce temps, leurs parents remplissaient des formulaires comprenant des questions sur leurs revenus et niveaux d’éducation.

L’influence des statuts socio-économiques

Les chercheurs ont constaté que les enfants issus de familles au statut socio-économique inférieur étaient plus susceptibles de prendre des risques et de tout miser pour une forte récompense que les enfants issus de familles au statut plus élevé. 

« Les enfants dont le statut socio-économique était plus faible ont suivi le modèle prédit par la théorie », explique Peter Blake, co-auteur de l’étude, dans un communiqué de presse. (source 2)

« Ils ont agi comme le renard affamé. Ils étaient plus enclins à prendre des risques pour obtenir la plus grande récompense. »

D’après le chercheur, ces résultats prouvent que les risques pris par un enfant ne reflètent pas toujours un manque de maîtrise de soi. En réalité, l’enfant choisirait rationnellement le risque compte tenu de son environnement et des circonstances. 



Source link

Related Posts