Post-chirurgie : l’aromathérapie permettrait de réduire de moitié l’usage d’opioïdes

par



istock 546775666

Anxiété, dépression, peur de mourir et douleurs sont quelques-uns des symptômes post-opératoires qui amènent à la prescription de médicaments de la famille des opioïdes pour soulager et apaiser les patients. Hélas, on le sait, ils ont leur lot d’effets indésirables et peuvent être addictifs.

Il pourrait cependant exister un moyen efficace d’en réduire l’usage, si l’on en croit les résultats préliminaires d’une nouvelle étude scientifique, présentée lors du congrès annuel de la Société européenne d’anesthésiologie et de soins intensifs (ESAIC), à Milan (Italie) du 4 au 6 juin 2022.

Menée par une équipe de l’Université de Pittsburgh (États-Unis), cette étude porte sur l’aromathérapie, autrement dit l’usage d’huiles essentielles, pour réduire la prescription d’opioïdes en post-chirurgie.

60 patients ayant subi une arthroplastie totale de la hanche sont en cours de recrutement et répartis au hasard dans deux groupes : le groupe “actif”, recevant de l’aromathérapie sous forme de patch adhésif libérant des huiles essentielles de lavande et de menthe poivrée, et le groupe placebo. Les patchs sont à porter au moins une heure avant l’opération, et à coller à même la peau ou sur un vêtement. Ils sont changés toutes les 12 heures, et gardés 72 heures après la chirurgie. Quant aux patients du groupe placebo, ils portent un patch imprégné d’huile d’amande douce, une huile non reconnue pour ses qualités anxiolytiques. Les niveaux d’anxiété, de dépression, de catastrophisme (peu de mourir durant l’opération), de douleur, ainsi que la consommation d’opioïdes sont annotés tout au long de l’expérience.

Bien moins d’anxiété et d’opioïdes que dans le groupe placebo

Les données préliminaires recueillies auprès de 25 participants (âge moyen 60,6 ans, 13 hommes et 12 femmes) sont très encourageantes. Car si le score d’anxiété était similaire dans les deux groupes en préopératoire, 48 heures après la chirurgie, il était de 13,5 dans le groupe aromathérapie, contre 16,2 dans le groupe placebo. Une baisse significative qui s’accompagne d’une réduction de moitié de l’utilisation d’opioïdes dans ces mêmes 48 heures (12 OME pour “oral morphine equivalent” dans le groupe aromathérapie, contre 24,75 OME dans le groupe placebo).

Notons que les données sur les niveaux de douleur, de dépression et de catastrophisme doivent encore être analysées.

Pour les chercheurs, ces premiers résultats “suggèrent qu’en contrôlant l’anxiété, l’aromathérapie peut aider à contrôler la douleur et à réduire la consommation d’opioïdes”, ce qui est un atout au vu de leurs propriétés addictives

“Les preuves appuient l’idée selon laquelle les opérations de routine peuvent être une porte d’entrée vers l’utilisation à long terme d’opioïdes et la dépendance, et il est donc important d’envisager des techniques qui peuvent réduire l’utilisation péri-opératoire d’opioïdes et donc le développement de troubles liés à l’utilisation d’opioïdes après une intervention chirurgicale”, a commenté le Pr Chelly, co-auteur de l’étude. Et celui-ci d’ajouter que “l’aromathérapie est une technique simple et rentable qui peut minimiser l’impact de l’anxiété sur la douleur post-opératoire et la consommation d’opioïdes”. L’équipe espère avoir bientôt de nouveaux résultats probants et encore plus robustes quant aux vertus des huiles essentielles en post-chirurgie. 



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire