Phobie des pieds (podophobie) : définition ? d’où vient-elle ? solutions ?

par



phobie des pieds podophobie

Nos pieds peuvent être l’objet de fantasmes : certains les chouchoutent, les massent, les vernissent. Mais ils sont aussi le pire cauchemar de nombreuses personnes pour qui la simple vue d’un gros orteil peut provoquer une crise de panique. On parle alors de phobie des pieds, ou podophobie. La plupart du temps, elle est moquée, mais elle peut aussi mener à des situations d’évitement qui impactent fortement la vie du (ou de la) podophobe. D’où vient cette phobie ? Comment la surpasser ? Le point. 

Podophobie : qu’est-ce que la phobie des pieds ?

La podophobie, ou phobie des pieds, désigne la peur irrationnelle des pieds, les siens et ceux d’autrui. Les personnes qui en souffrent sont prises de dégoût et de répulsion à la vue d’un pied, voire à sa simple évocation – cela, même si le pied en question est propre et soigné. Les réactions les plus courantes :

  • une peur panique lorsqu’ils sont au contact de pieds, ou lorsqu’on touche leurs pieds ;
  • une répulsion en voyant des personnes qui portent des chaussures non fermées (tongues, etc) ; 
  • un dégoût profond à la vue d’une personne en train de se coupler les ongles des pieds. 

Aussi, si vous souffrez de phobie des pieds, vous êtes certainement mal à l’aise : 

  • à la piscine ou à la plage (les gens sont pieds nus) ;
  • lorsque quelqu’un qui se déchausse près de vous
  • lorsque vous devez vous rincer les pieds en public ;
  • lorsque vous participez à un sport de groupe où il faut vous déchausser ;
  • etc. 

Symptômes : quels signes trahissent la phobie des pieds ?

  • une accélération du rythme cardiaque ;
  • une transpiration excessive (hyper-sudation) ;
  • des étourdissements pouvant aller jusqu’à l’évanouissement ;
  • une grande anxiété qui peut causer des tensions ou douleurs musculaires, une indigestion, une diarrhée ou des troubles de l’estomac ;
  • des crises de panique accompagnées le plus souvent de nausées, de douleurs thoraciques et d’une perte de contrôle, même s’il s’agit de jolis pieds manucurés.

Quand la phobie devient trop importante, le podophobe adopte instinctivement des stratégies d’évitement pour éviter les situations à risque, quitte à s’isoler. 

Pour rappel : cette phobie peut concerner aussi bien ses propres pieds ou les pieds de toute autre personne de son entourage (conjoint, enfants, inconnus). 

Causes : pourquoi avoir peur des pieds ?

Comme toutes les phobies, la phobie des pieds peut avoir différentes causes à la fois psychologiques, sociologiques et culturelles :

  • un traumatisme d’enfance (maltraitance physique, notamment au niveau des pieds, par exemple) ;
  • une critique qui n’a pas été digérée plus jeune (moqueries, humiliations, etc)  ;
  • le sentiment que les pieds sont toujours sales et vecteurs de germes ;
  • une comportement ou une crainte transmis par les parents, qui conduit à une imitation de leur comportement phobique.

Quelles conséquences pour les podophobes ?

Cette phobie peut être préjudiciable pour la santé : elle conduit souvent les personnes concernées à négliger leurs pieds, de peur de les toucher. Par ailleurs, elle privilégient toujours le port de chaussettes et de chaussures fermées. Ce qui peut potentiellement provoquer des infections fongiques, du fait des champignons ou des levures qui s’y trouvent. Des cors et des durillons peuvent également apparaître sur le long terme et passer inaperçus. Sans compter les complications en cas de diabète, etc. 

Par ailleurs, la podophobie peut véritablement nuire aux relations sociales du (ou de la) patient(e) : ses proches ont du mal à comprendre ses réactions, qu’il jugent excessives. Pourtant, la phobie des pieds implique une anxiété, du moins une logistique constante. C’est pourquoi les podophobes ont aussi tendance à s’isoler : ils évitent ainsi toutes les situations dans lesquelles ils risquent de croiser des pieds nus (soirées pyjama, bains de soleil sur la plage, massage des pieds, etc).

Si l’anxiété ou les sentiments de détresse prennent trop le pas, l’aide d’un médecin ou d’un thérapeute peut s’avérer utile. Le professionnel commencera par faire un état des lieux : quelles sont vos réactions quand vous êtes en contact avec vos pieds – ou avec ceux des autres ? Depuis quand ce problème existe-t-il ? À quelle fréquence les symptômes de votre phobie des pieds se manifestent-ils ? Combien de temps consacrez-vous à l’anticipation de situations problématiques ?

Comme pour toute phobie, le principal outil thérapeutique relève ensuite de la thérapie cognitive et comportementale (TCC), incluant un protocole d’exposition graduel. L’hypnose peut aussi être un outil efficace pour comprendre l’origine de cette phobie et de trouver des solutions. De même que l’EMDR, un outils de gestion des traumatismes. Dans les cas les plus sévères d’anxiété, un traitement médicamenteux pourra également être utile (antidépresseurs ou anxiolytiques). 

Enfin, il faut veiller à avoir une bonne hygiène de vie : bien dormir, pratiquer régulièrement une activité physique, etc. Cela permettra de limiter la peur. Vous ne deviendrez pas pour autant fétichiste des pieds. Mais vous pourrez limiter les sentiment de dégoût et de peur. 



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire