Orgasme : comment le retarder grâce à la respiration ?

par



couple au lit faisant lamour

Maintenir une érection, faire durer le plaisir, retarder l’éjaculation ou doper ses sensations pendant la jouissance… Tout cela est possible uniquement grâce à la gestion de sa respiration ! La respiration a une influence sur tout ! C’est elle qui permet à l’oxygène de circuler et donc à nous de vivre. La maîtriser et, en l’occurrence, la ralentir et l’amplifier, pourrait avoir des effets formidables sur l’orgasme. Parce que bien respirer améliore nettement la vie et l’expérience sexuelle, on vous explique pourquoi et comment. 

Pourquoi la respiration a un impact sur l’orgasme ?

La façon de respirer va impacter l’orgasme pour plusieurs raisons :   

  • Physiologiques : la respiration agit le flux sanguin, donc l’érection (pénis et clitoris), l’orgasme, etc. Par ailleurs, elle joue aussi sur les hormones : « une respiration lente va par exemple booster la sécrétion de sérotonine, dite hormone du bonheur. », explique Céline Plard Dugas, gynécologue.   
  • Psychologiques : de fait, la façon dont nous respirons aura aussi une résonance mentale.    

Pourquoi respirer amplement dope l’orgasme ?

On le sait, une bonne respiration a de nombreux bienfaits sur le corps et l’esprit. D’où la méditation et le yoga, qui travaillent tous deux avec le souffle. Côté sexe, cela va aider aussi ! Une respiration profonde va notamment :    

  • Améliorer la qualité des érections et sensations : la respiration oxygène et l’oxygénation favorise l’afflux sanguin, notamment dans les parties génitales. Cela va donc améliorer la turgescence et la sensibilité de ces dernières.   
  • Libérer les tensions : une respiration profonde va inhiber les hormones de la nervosité et du stress, tels que le cortisol ou l’adrénaline, et ainsi provoquer la détente.   
  • Provoquer un sentiment de bonheur : corrélativement, elle va stimuler les hormones du bien-être telles que la sérotonine, la dopamine ou l’endorphine.   
  • Rendre l’orgasme plus fort : « des respirations profondes et lentes rendent les contractions orgasmiques plus intenses et plus nombreuses », affirme Jessica O’Reilly, sexologue et fondatrice de The Webinaires Sexual Pro Series (source 1).  

Nota bene : on peut aussi érotiser sa respiration !  

Pourquoi l’orgasme coupe-t-il le souffle ?

Nous l’avons compris : plus on respirera, meilleure sera la jouissance. Pourtant, ainsi que le note la sexologue Jessica O’Reilly dans une interview, on aurait plutôt tendance à avoir le reflexe inverse, c’est-à-dire à bloquer sa respiration à l’approche de l’orgasme : « Respirer très fort avant d’avoir un orgasme ne semble pas du tout naturel ».  Il y a plusieurs explications à cela :    

  • Physiologiques : lorsque nous sommes excités, le rythme cardiaque s’accélère et la respiration s’emballe avec. On respire alors avec les poumons, c’est une respiration dite thoracique et qui va provoquer un essoufflement rapide, voire amener à ce que l’on retienne complètement notre respiration ;
  • Psychologiques : selon la sexologue, des facteurs liés au mental peuvent aussi entrer en jeu : « peur de lâcher prise, tentative d’étouffer vos sons pour ne pas déranger les enfants. Vous pouvez être tellement concentré sur la tâche que vous oubliez de respirer », poursuit Jessica O’Reilly.   

Voici un exercice simple, à pratiquer en solo idéalement (en tout cas les premiers temps), pour ne pas gêner votre partenaire avec vos expérimentations, et inversement !  

Commencez par vous masturber normalement et « essayez d’inspirer un peu plus longtemps pour voir comment cela change les sensations », recommande la sexologue. Puis, quand vous sentez que la jouissance arrive, amplifiez encore vos inspirations et expirations. Comme nous l’avons évoqué, cela n’est pas naturel mais cela peut largement augmenter le plaisir. « Il n’y a pas de temps ciblé à viser » précise l’experte, l’objectif est simplement de favoriser l’oxygénation en respirant très amplement et complètement (c’est-à-dire avec le bas ventre, la région sous-costale et les poumons, plutôt qu’avec les poumons uniquement). « S’entraîner à respirer profondément et naturellement peut améliorer votre expérience sexuelle », conclut l’experte.    

Mais attention : d’abord, il n’y a là aucune injonction, car comme le souligne le sexologue Ian Kerner, auteur de She Comes First, il n’y a pas de raisons de changer quand tout va bien : « Si les gens ont des orgasmes, je déteste leur dire de faire quelque chose de différent ». « J’ai eu des clients qui trouvent que retenir leur respiration pendant une courte période déclenche l’orgasme », reconnaît quant à elle Jessica O’Reilly. L’essentiel est donc de comprendre que le souffle à une incidence sur l’orgasme et d’expérimenter différentes techniques pour trouver celle.s qui fonctionnent le mieux pour vous.  

Et si vous décidez d’essayer, restez toujours à l’écoute de votre corps. En effet, une respiration très ample peut créer une légère hyper oxygénation, qui peut quant à elle engendrer une sensation de tachycardie, des troubles de la vision, etc.   

En bref : comme chez les sportifs, la respiration est un outil formidable sur lequel on peut s’appuyer pour doper ses « performances » (même si en matière de sexualité on parlera plutôt d’épanouissement et de satisfaction sexuelle).  

Bien à vous et à votre respiration orgasmique,



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire