Ocean therapy : quels sont ses bienfaits et comment la pratiquer ?

par



femme marchant dans l eau

Quels sont les bienfaits de l’ocean therapy ?

L’ocean therapy possède de multiples bienfaits. Sa pratique permet de se détendre et procure une sensation debien-être. Voici les effets bénéfiques de cette thérapie sur notre esprit.

L’océan nous reconnecte à nous même

Avez-vous déjà remarqué comment l’odeur marine réveille des souvenirs ? Les responsables sont les récepteurs olfactifs qui tapissent votre nez et sont reliés à la zone du cerveau qui gère la mémoire et les émotions. Une bouffée d’air marin et vous voilà plongés dans une nostalgie heureuse, celle des vacances et de l’enfance. L’environnement océanique favorise aussi un état de pleine conscience : « C’est ce que l’on appelle une douce fascination », décrit la Dre Michelle Tester-Jones, psychologue environnementale, qui développe : « La lumière qui se reflète sur l’eau, le bruit des vagues, l’odeur des algues… captent l’attention sans pour autant que le cerveau ait à dépenser beaucoup d’énergie ». 

Une idée partagée par Jordy Stefan, psychologue et chercheur à l’école Askoria, qui explique que l’océan, de par « ses formes simples, sa ligne – l’horizon – simple, ses sons épurés, ne surcharge pas le cerveau : la charge cognitive y étant moindre, c’est un environnement ressourçant ». 

Il booste notre humeur

« Les personnes qui souffrent le plus d’anxiété et de dépression passent moins de temps dans la nature. Pourtant, quand nous n’avons pas le moral, elle nous aide à nous sentir mieux, à éloigner les pensées négatives », assure la Dre Michelle Tester-Jones. Jordy Stefan ajoute que cet effet « marche dans les deux sens » : plus on est de bonne humeur, plus on a envie de se promener dans la nature… ce qui nous mettra encore plus de bonne humeur. Pour la Dre Tester-Jones, cet effet est particulièrement marqué dans un environnement marin. « L’eau constitue l’une des caractéristiques prédominantes des paysages dits “réparateurs”, qui provoquent des réactions positives », complète-t-elle. 

Pour les amoureux de l’océan, les conséquences de cette reconnexion à la nature sont « une amélioration significative de l’humeur positive, une baisse de l’humeur négative, et une meilleure mémorisation, car au bord de la mer, notre système attentionnel est mis au repos », atteste Jordy Stefan, reprenant la « théorie de la restauration de l’attention » développée par les chercheurs Rachel et Stephen Kaplan dans les années 80, qui a montré les bienfaits de la nature sur l’homme. 

Il cultive notre humilité et notre émerveillement

La mer est une source d’oxygène, de nourriture, de traitements, de plaisir et de loisirs. « L’immensité des océans constitue une source de beauté et de vie sans égale », écrit Deborah Cracknell dans La Mer, une thérapie nouvelle pour notre santé (éd. Guy Trédaniel). Pour Jordy Stefan, « cet environnement nous capte si bien que l’on se décentre chaque fois qu’on l’observe ». Et cet effet est « universel », insiste le psy : « Autant on peut être fasciné par une œuvre de Picasso quand notre voisin le sera par une fresque de Michel-Ange, autant l’océan capte l’attention de tout le monde. » 

L’écrivain Romain Rolland, lors de ses discussions avec Sigmund Freud, est allé jusqu’à évoquer l’existence d’un « sentiment océanique ». Mieux, l’image de la mer constamment en mouvement, l’immensité des étendues d’eau, l’absence de frontière, de bornes, l’impression d’infini nourrissent selon lui une « sensation d’éternité ». 

Le grand bleu stimule tous les sens

Du bleu dans toutes ses nuances à perte de vue, le bruit doux et régulier des vagues, l’odeur de l’air marin, le goût salé des embruns, la sensation de l’eau sur la peau… « La mer est l’un des rares environnements polysensoriels », pose la Dre Deborah Cracknell, spécialiste des interactions entre l’homme et l’environnement. En bord de mer, nos cinq sens sont aiguisés, mais ce qui en fait cet endroit si particulier, c’est que tous ces stimuli réveillent des émotions positives. Car un milieu qui donne tout à la fois à sentir, voir, goûter, entendre, et toucher fait se sentir vivant, maintient le corps en éveil, réceptif à ces multiples stimulations. 

L’océan permet de s’apaiser et de lâcher prise

La détente ressentie en bord de mer est bien réelle. Elle s’explique notamment par la mise en veille d’une petite zone de notre cerveau, l’amygdale. Le complexe amygdalien a pour fonction de décoder les stimuli menaçants pour l’organisme. Il est très actif dans un environnement urbain, en raison des bruits intempestifs, de l’effervescence qui nous entoure… Les sons de la mer ont l’avantage, eux, d’offrir une grande rythmicité. Les mouvements de la surface de l’eau sont légers et prévisibles. Grâce à cette « sécurité océanique », l’amygdale est au repos, nous sommes moins stressés et avons moins tendance à ruminer. 

Il renforce le lien social

C’est peut-être l’un des effets les plus surprenants des « espaces bleus » : ils renforcent le lien social, facteur majeur d’une bonne santé mentale. « Nous avons longuement étudié les comportements des personnes qui se rendent sur la côte. Tout autour du monde, les visites en bord de mer sont souvent des moments partagés, en famille ou entre amis. Nous avons aussi observé que les gens échangent plus facilement, participent à des activités ensemble, éteignent plus leurs portables et apprécient davantage d’être dans l’instant… », déroule le psychologue environnemental Dr Mathew White. « La nature est un sujet que chacun peut partager. De plus, elle redonne des ressources cognitives, on peut donc plus faire attention aux autres », complète Jordy Stefan. 

Il revitalise

L’étude MENE (Monitor of Engagement with the Natural Environment ou Suivi des interactions avec l’environnement naturel) a analysé les bienfaits sur la santé de différents espaces naturels : espaces verts urbains, espaces verts ruraux et milieux côtiers. Il en est ressorti que les séjours sur la côte sont les plus revitalisants pour l’organisme. Celle-ci a été perçue comme plus « réparatrice » que la rase campagne, autant que les terrains boisés et les hautes terres. 

Notre expert Jordy Stefan, docteur en psychologie, spécialisé dans l’étude de l’influence de l’environnement sur la santé physique et mentale nous éclaire sur le lien entre l’océan et le sentiment de sérénité. 

Les bords de mer font partie des rares espaces où notre champ de vision est infini. Pourquoi observer l’horizon génère-t-il tant de sérénité ?

Cela peut s’expliquer par une théorie évolutionniste évoquée pour la première fois dans les années 1980, la biophilie. L’homme serait de manière innée connecté à la nature, il porterait ce comportement dans ses gènes mêmes.

Un horizon dégagé nous permettrait d’anticiper tous les dangers susceptibles de nous arriver. C’est en quelque sorte un reste archaïque qui persiste dans notre cerveau. La portée de notre vision est exceptionnelle quand nous sommes au bord de l’océan et notre cerveau reptilien n’a aucune information à traiter.

Est-ce le cas quel que soit le contexte ?

La notion de calme associée à l’océan est assez récente. Historiquement, la mer n’était pas du tout considérée comme un environnement relaxant, mais plutôt rude et hostile. Nous profitons aujourd’hui des bienfaits de la nature lorsque celle-ci est domestiquée, humanisée. Les sentiers pour y accéder sont balisés, nous pouvons nous en éloigner dès que nous voulons, nous restons proches de toutes les commodités… Sans ces facteurs, notre expérience d’immersion ne serait pas aussi positive. 

Voici sept rituels bien-être boostés par l’océan pour prendre soin de soi et retrouver des bonheurs simples. Conseils pratiques et routines classiques, dont les vertus peuvent être accentuées par l’environnement marin. 

Méditer au son des vagues

En pratique : asseyez-vous confortablement près de l’eau en tailleur, le dos droit. Fermez les yeux et relâchez tous les muscles de votre corps. Concentrez- vous d’abord sur votre respiration puis portez votre attention sur le bruit régulier de l’eau. Progressivement, votre respiration calera son rythme sur celui des remous. Reprenez doucement contact avec vos autres sens avant de terminer votre méditation. 

On aime pour… réduire le stress et l’anxiété, améliorer la créativité, augmenter le niveau d’énergie. Méditer sur la plage est encore plus efficace car les vagues produisent un bruit blanc, la trame sonore parfaite pour se concentrer.

Les conditions idéales : un moment de la journée peu fréquenté, afin de ne pas être perturbé par des bruits intempestifs. 

Marcher pieds nus dans le sable

En pratique : ôter ses chaussures pour marcher pieds nus dans la nature, cela porte un nom, le « earthing » ! Promenez-vous à votre rythme. Focalisez plutôt votre attention sur la plante de vos pieds, les sensations du sable sec ou mouillé, des cailloux ou des galets… Dès 30 minutes, le « earthing » a déjà des effets positifs.

On aime pour… se reconnecter aux énergies de la terre, diminuer la fatigue, améliorer l’humeur. Le fait de s’enfoncer légèrement dans le sable à chaque pas impose un travail musculaire soutenu au niveau des mollets et active ainsi la circulation sanguine. Bonus : la sensation du sable chaud sous les pieds a des vertus relaxantes et aide à relâcher les tensions.

Les conditions idéales : en dehors des heures les plus chaudes de la journée, car le sable peut devenir brûlant. 

Pratiquer la respiration diaphragmatique

En pratique : allongez-vous sur une serviette, proche de l’eau, sur le dos. Fermez les yeux et posez vos mains sur votre abdomen. Détendez tous les muscles de votre corps et commencez à respirer lentement pas le nez : inspirez en gonflant entièrement d’abord l’abdomen, puis la poitrine ; expirez en vidant l’abdomen puis la poitrine. La bonne durée : entre 2 et 5 minutes.

On aime pour… la respiration consciente qui aide à réguler les émotions, favorise le sommeil, apaise l’esprit. L’air marin, au parfum vivifiant,très riche en oxygène (50 % de l’oxygène produit sur Terre vient de l’océan selon le Giec) est un vrai coup de fouet pour l’organisme.

Les conditions idéales : partout et à tout moment. Veillez à ne pas être dérangé le temps de l’exercice. 

Observer les animaux marins

En pratique : si vous avez la chance de pouvoir prévoir une sortie avec un club de plongée, c’est l’idéal ! Mais la vie sous- marine reste à portée de main avec un simple combo masque + tuba + palmes. Avancez lentement, laissez-vous porter par l’eau, et observez tout ce qui vous entoure. Prenez le temps de vous émerveiller devant le plus petit signe de vie.

On aime pour… la détente immédiate dans laquelle on est plongé, dans une bulle sonore, dans un monde aux couleurs et aux lumières filtrées par l’eau. Cette activité favorise la pleine conscience et ancre dans le moment présent. L’observation de la faune marine est une expérience gratifiante, associée à un sentiment de bonheur.

Les conditions idéales : hors zones à fort courant, peu propices à la plongée. Faire une pause toutes les 30 minutes, afin que le corps ne se refroidisse pas trop dans l’eau. 

Faire la planche

En pratique : relâchez tous vos muscles et laissez la portance de l’eau agir. Vous allez vous mettre à flotter naturellement, jusqu’à vous retrouver allongé sur le dos. Laissez-vous bercer par les ondulations, sans chercher à contrôler le mouvement. Pour une immersion totale, fermez les yeux.

On aime pour… réduire les tensions et lâcher prise. La sollicitation sensorielle est à son apogée : vos oreilles plongées dans l’eau captent des sons atténués, la peau est caressée par la douceur des ondes aquatiques…

Les conditions idéales : certaines eaux sont trop agitées pour tenter de se laisser flotter, mieux vaut les éviter, tout comme les zones soumises à du courant. 

Marcher dans l’eau

En pratique : pour une balade détente, promenez- vous simplement avec de l’eau jusqu’aux mollets. Pour une balade plus sportive, immergez- vous jusqu’à la taille ou le torse : la résistance de l’eau oblige à effectuer des pas lents, ne cherchez pas à accélérer. Marchez en longeant la plage.

On aime pour… les bienfaits de la marche sans impact sur les articulations. Le massage doux de l’eau sur la peau connecte davantage le corps à son environnement. Cette pratique favorise ainsi la pleine conscience et la concentration.

Les conditions idéales : la mer, plus calme, se prête davantage à ce type d’activité. Au bord de l’océan, préférez des zones où les vagues ne sont pas trop fortes. 

S’étirer avec des postures de yoga

En pratique : placez votre tapis de yoga sur une surface plane. Démarrez votre séance debout, à l’avant du tapis, tourné vers la mer. Effectuez des enchaînements qui incluent des salutations au soleil, pendant 5 à 10 minutes. Pour être en phase avec les éléments, pratiquez ces étirements au lever du soleil.

On aime pour… la détente procurée par les étirements de tout le corps, la meilleure oxygénation du cerveau. Les ondes lumineuses du début de la journée favorisent l’éveil et la concentration. Le sable offre aussi une surface légèrement instable, qui stimule le sens de l’équilibre.

Les conditions idéales : un lieu calme et peu fréquenté, au petit jour idéalement.



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire