Obésité : elle peut favoriser des anomalies telles qu’une maladie neurodégénérative

by



obesite

L’obésité est une maladie, qui entraîne un bouleversement du métabolisme entier, favorisant par ailleurs le développement ou l’apparition du diabète de type 2, ou l’hypertension. Cette maladie peut aussi avoir des conséquences sur la sphère respiratoire, cardiaque ou encore intestinale. Aujourd’hui, les scientifiques ont découvert qu’elle avait également une responsabilité au niveau d’anomalies au cerveau et de cognition. L’étude réalisée par des neurologues de l’Université de McGill (source 1) à Montréal a mis en avant une hypothèse pour expliquer le lien entre obésité et déclin cognitif. La piste de réflexion et de comparaison se base sur l’observation de similitudes avec les dégâts et le déclin provoqués par la maladie d’Alzheimer. Ils ont cartographié quatre groupes de cerveaux, avec quatre groupes de volontaires différents : un groupe de personnes obèses, d’autres ayant un poids moyen, des personnes atteintes d’Alzheimer et un dernier groupe sans aucun problème de cognition. C’est alors que les similitudes sont apparues. 

Comment cette ressemblance se caractérise ?

Tout d’abord, ils ont remarqué un amincissement de la matière grise chez les personnes obèses, présente aussi chez les malades d’Alzheimer. D’autres caractéristiques comme une présence élevée de plaque sénile et d’agrégat de protéine TAU, communes à Alzheimer, n’ont en revanche pas été observées. Les deux maladies conservent leurs particularités, mais la conclusion des chercheurs est que l’obésité est un facteur de risque de développer la maladie d’Alzheimer (source 2). 
 

« Nos résultats mettent en lumière l’importance de diminuer le poids des personnes obèses au milieu de la vie pour diminuer le risque subséquent de neurodégénération et de démence », conclut Filip Morys, chercheur dans le laboratoire neurologique à McGill.



Source link

Related Posts

Leave a Comment