Névralgie cervico-brachiale : symptômes, causes, que faire ?

by



nevralgicervicobrachialejpg

Parfois sévère, la névralgie cervico-brachiale peut fortement altérer la qualité de vie. La plupart du temps, les antalgiques sont efficaces. Néanmoins, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour un soulagement optimal et éviter les rechutes. 

Définition : qu’est-ce que la névralgie cervico-brachiale ?

La névralgie cervico-brachiale se traduit par une douleur d’intensité variable au niveau de la nuque qui irradie dans le bras.

« Généralement, seul un côté du corps est douloureux.  La maladie est la conséquence d’une compression de la racine nerveuse cervicale. Dans la majorité des cas, elle est due à une hernie discale mais elle peut aussi être secondaire à l’arthrose cervicale. Cette dernière est favorisée par le vieillissement », selon la docteure Caroline Karras Guillibert, rhumatologue. 

La névralgie cervico-brachiale est fréquente, certaines études rapportent que jusqu’à plus de 10% de la population pourrait être concerné (source 1) :  » C’est un motif très courant de consultation en rhumatologie. J’en rencontre moi-même quasiment chaque semaine en cabinet médical », selon la praticienne. 

Quels sont les symptômes de la névralgie cervico-brachiale ?

  • La névralgie cervico-brachiale se reconnaît par une douleur plus ou moins intense qui part de la nuque et irradie dans le bras pour se terminer dans les doigts de la main. « La souffrance peut être très forte chez certains patients, empêchant de bouger. Pour d’autres, les signes sont plus latents », rapporte la docteure Caroline Karras Guilibert. Certaines personnes ne parviennent plus à exécuter des gestes précis  (boutonner un chemisier, écrire…). 
  • La douleur est à type de brûlure, de décharge éléctrique ou de sensation d’étau
  • Il n’existe pas de position antalgique. La douleur peut être aggravée par la position couchée sur le dos. 

La douleur peut donner lieu à d’autres symptômes associés :

  • Des maux de tête
  • Des fourmillements ou engourdissements (paresthésies) ; 
  • des crampes ; 
  • une rétracation des doigts ; 
  • Une perte de sensibilité
  • Une lourdeur dans le dos ou au niveau des omoplates ; 
  • Une paralysie totale du bras dans les cas les plus sévères. 

Les principales complications sont une fonte musculaire (et une perte de force) liée à l’immobilité ainsi qu’un état dépressiflorsque les symptômes sont très invalidants( jusqu’à compromettre la vie socioprofessionnelle). Au travail, des ajustements ergonomiques, des pauses régulières, et des traitements adaptés sont le plus souvent nécessaires. Parfois, un arrêt de travail s’impose lorsque les signes sont sévères. 

Causes : à quoi est due la névralgie cervico-brachiale ?

La névralgie cervico-brachiale traduit la compression ou l’irritation de la racine nerveuse cervicale. La douleur suit d’ailleurs le trajet précis du nerf comprimé. 

Il existe deux principales causes à la maladie (95% des cas) : 

  • Une hernie discalequi comprime une racine nerveuse ; 
  • L’arthrose cervicale (cervicarthrose) qui entraîne une réduction du diamètre du foramen (orifice par lequel le nerf sort du canal rachidien) où le nerf est comprimé. 

Beaucoup plus rarement, cette névralgie peut être secondaire à une fracture, une tumeur ou encore une infection virale. 

Quels sont les facteurs de risque de la névralgie cervico-brachiale ?

Les principaux facteurs de risque de la névralgie cervico bracchiale sont : 

  • Le vieillissement : l’arthrose cervicale et la hernie discale (qui sont des causes de névralgie cervico-brachiale) sont favorisées par l’avancée dans l’âge. 
  • Les traumatismes et les microtraumatismes répétés

Les emplois impliquant une exposition aux vibrations, comme l’utilisation d’un marteau-piqueur, peuvent endommager les nerfs du cou et entraîner une névralgie cervico-brachiale. Docteure Caroline Karras Guilibert, rhumatologue. 

Diagnostic : comment savoir si c’est une névralgie cervico-brachiale ?

Un simple examen clinique (interrogatoire et examen physique) oriente le diagnostic.

Des examens d’imagerie médicale permettent de confirmer le diagnostic : une radiographie standard du rachis cervical, une imagerie par résonance magnétique (IRM), un scanner du rachis cervical. Ce dernier permet de mieux évaluer la sévérité de la cause de la névralgie comme une hernie discale ou l’arthrose. Il permet de savoir si une intervention chirurgicale est nécessaire. 

L’électromyogramme (EMG) est un examen complémentaire pouvant être réalisé par un neurologue.

Traitement : comment guérir de la névralgie cervico-brachiale ?

Des antidouleurs et des anti-inflammatoires

 » Le traitement médicamenteux se compose d’antalgiques, d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, de corticoïdes  et/ou de myorelaxants« , selon la docteure Caroline Karras Guilibert. Néanmoins les effets secondaires potentiels de ces traitements (ainsi que les risques d’accoutumance) limitent leur utilisation à quelques semaines. « Cependant, les risques d’addiction à la codéine ou au tramadol sont rares dans le contexte de cette pathologie, surtout si elle est correctement prise en charge », ajoute l’experte. 

Le port d’un collier cervical

En cas de cervicarthrose, le port d’un collier cervical est efficace (surtout lors de grosses crises). Ce dernier va diminuer la douleur (il décontracte la musculature) et avoir un effet antalgique (effet chauffant). 

Des infiltrations

Des infiltrations rachidiennes de cortisone peuvent aussi être réalisées sous contrôle scanner ou radiographique. « Les infiltrations ne sont pas utilisées à des fins de diagnostic pour cette pathologie », précise l’experte. 

La kinésithérapie

La rééducation par un kinésithérapeute consiste à renforcer et étirer les muscles autour des vertèbres cervicales. Des massages peuvent aussi être efficaces pour limiter la douleur.  

Le traitement chirurgical

En dernier recours, une intervention chirurgicale peut être proposée. Elle vise à lever la compression nerveuse en cas de hernie discale cervicale.  Le remplacement du disque opéré est assuré par une prothèse discale cervicale ou une arthrodèse cervicale.



Source link

Related Posts

Leave a Comment