Morsure de baliste : les bons réflexes à adopter

par



morsure baliste plage que faire

Un petit poisson, qui peut faire de gros dégâts. Le baliste commun, un poisson carnassier originaire des côtes nord-américaines a déjà beaucoup fait parler de lui cet été. Rien que dans le Sud-Ouest, près d’une quarantaine de baigneurs ont été attaqués par ce poisson aux dents acérées, qui peut mesurer jusqu’à 60 cm. Du fait de la solidité de ses 22 dents (14 dents en haut, 8 dents en bas), ses morsures peuvent être douloureuses et provoquer des saignements impressionnants. 

Un poisson territorial et agressif

D’après le Dr Pascal Romans, responsable du service mutualisé d’aquariologie de l’Observatoire Océanologique de Banyuls, interrogé par Sciences et Avenir (source 1), la présence du baliste sur les côtes atlantiques et méditerranéennes s’explique notamment par le dérèglement climatique :

La température de l’eau a augmenté un peu, ce qui peut exacerber le métabolisme de ces poissons : le comportement de chasse devient plus présent. 

Mais ces poissons peuvent aussi être entrés en phase de reproduction : « ils construisent alors un nid et chassent tous les étrangers, devenant particulièrement territoriaux et agressifs. Ils peuvent l’être également avant, lorsqu’ils organisent leur site de reproduction. »

Enfin, d’après l’expert, ils peuvent simplement avoir faim…  « Alors ils goûtent à tout y compris aux humains, dont il n’a pas peur ! ». 

La meilleure solution face à un baliste ? La fuite !

Il n’existe pas vraiment de solution miracle pour éviter les morsures de baliste. La meilleure option est d’éviter de le croiser, au risque de se faire mordre, parfois plusieurs fois d’affilée. 

« Le baliste commun est vraiment caractériel et plus vous le repoussez plus il va revenir, car vous rentrez en concurrence. La meilleure solution est de sortir de l’eau et d’attendre que l’animal s’éloigne », indique le Dr Pascal Romans.

Que faire après une morsure de baliste ?

En cas de morsure, sortez de l’eau pour éviter les récidives, et désinfectez rapidement la plaie, « car leur cavité buccale contient des restes en voie de décomposition de leurs précédents repas », insiste le médecin.

En cas de douleur, évitez l’aspirine et les anti-inflammatoires, qui font saigner. Privilégiez le paracétamol. 

La plupart des blessures sont sans gravité, mais il existe un risque de surinfection. Surveillez donc bien leur évolution : si la lésion s’étend et devient chaude et rouge, voire purulente, quelques heures ou jours après, consultez un médecin. 



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire