Marianne James : « Je m’affamais pour être comme ça »

par



marianne james

Si Marianne James est aujourd’hui bien dans son corps, ça n’a pas toujours été le cas. Mardi 30 août, l’émission de France 2 « Ça commence aujourd’hui » était consacrée au thème du « Bodypositive : Et si on s’aimait ? ». Invitée sur le plateau de Faustine Bollaert, Marianne James découvre une vidéo retraçant des images d’elle plus jeune. « Vous nous avez confié des photos personnelles, on a remonté le film de votre vie et on va voir que vous êtes passée par toutes les étapes, tous les poids et les phases d’acceptation« , annonce l’animatrice. 

« Les photos où vous êtes plus mince ne sont pas les plus souriantes« , commente Faustine Bollaert à la fin du petit film. « Je m’affamais pour être comme ça. Le contrôle que j’avais de mon corps était si intense, si exclusif et si journalier, que ce sont deux ans où je n’ai pris personne dans mes bras et que personne l’a fait. C’est un corps qui était si dur à obtenir qu’il n’était même pas devenu…« , souligne la chanteuse. « Sacré ? « , s’interroge Faustine Bollaert. « Oui voilà, sacré. C’était difficile. Après y’a eu des régimes pour rester toujours dans la norme mais ils n’ont plus marché au bout d’un moment ».

Victime de grossophobie

En mai dernier, l’ancienne jurée de la « Nouvelle Star » a été victime de grossophobie alors qu’elle faisait ses courses dans un supermarché. « Je fais mes courses tranquillement dans le 2e arrondissement de Paris, dans une supérette. Je me penche pour attraper quatre yaourts et à ce moment-là, il y a un garçon, assez jeune, plutôt beau, qui se penche aussi avec moi « , a raconté la chanteuse sur les réseaux sociaux. Mais ce jeune homme lui fait alors une remarque complètement déplacée: « À mon oreille, il me fait : ‘Les 0 %, c’est par là’ ».

Si dans un premier temps, Marianne James reste impassible, elle retrouve rapidement le jeune homme aux caisses. « On arrive aux caisses et il y a deux caisses. Donc moi je prends la première caisse, je passe tous mes produits et ça va très vite, je suis la seule. Et lui, il se retrouve à une caisse où il est coincé. Une fois que j’ai payé et que j’allais partir, je reviens vers lui et je lui fais : ’La caisse des cons, c’est celle-là’ « .



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire