Les Français ne sont pas forcément les plus sales d’Europe selon un sondage Ifop

par



istock 873873238

Depuis des décennies en Europe voire au-delà, le Français a cette réputation d’être sale, en témoigne le célèbre personnage de Pépé le putois. Mais est-ce toujours le cas ou est-ce un cliché qui perdure à tort ?

Une plateforme érotique a souhaité en savoir plus, et a commandité une étude auprès de l’Institut français d’opinion publique (Ifop) (Source 1). Celle-ci a été menée par questionnaire auto-administré en ligne du 21 au 27 juin 2022, auprès d’un échantillon de 5 039 personnes représentatif de la population majeure de l’Italie, de l’Espagne, de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni.

Premier constat : les Français ne sont pas les européens qui se lavent le moins souvent, puisque seuls 53% des Italien(ne)s procèdent à une toilette complète tous les jours, soit une proportion largement inférieure à celle observée au Royaume-Uni (68%) mais aussi en France (76%), en Allemagne (77%) ou en Espagne (82%). Mais gare aux raccourcis, car il n’est pas exclu que les italiens procèdent tout de même à une toilette du siège, puisqu’ils sont nombreux à avoir encore un bidet dans leur salle de bain, indique l’étude.

Cela dit, les Français se situent en queue de peloton en matière d’hygiène vestimentaire. Ainsi, c’est bien en France que le changement quotidien de sous-vêtements est le moins répandu chez les hommes : 73% en France, contre 82% en Espagne, 77% en Allemagne, 77% en Italie et 75% au Royaume-Uni. Dans le détail, il semble que ce “laisser-aller” vestimentaire dépende des générations, puisque les seniors “apparaissent de loin comme les moins rigoureux en matière de changement de sous-vêtements : 39% des Européens de plus de 70 ans ne changent pas de caleçons tous les jours, soit deux fois plus que le taux mesuré chez les jeunes de moins de 25 ans (20%)”, lit-on dans le sondage. 

En revanche, les Françaises, et notamment les plus jeunes, se distinguent des européennes par un plus grand rejet du port du soutien-gorge, aussi appelé la tendance “no bra” : 6% d’adeptes en France en moyenne, contre une moyenne de 4% en Europe. 13% des jeunes de moins de 25 ans ne portent pas de soutien-gorge en France, contre à peine 3% en Espagne, 2% en Italie et seulement 1% au Royaume-Uni et en Allemagne. Un phénomène qui découlerait en partie d’une plus grande conscience féministe et/ou d’une moins grande sensibilité des Françaises aux pressions religieuses, selon l’Ifop.



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire