Les femmes qui utilisent des antibiotiques pendant au moins deux mois à la cinquantaine courent risquent davantage de souffrir de la maladie d’Alzheimer

par



medicaments

Une nouvelle étude encourage à se méfier des antibiotiques. En effet, ces travaux dévoilent qu’une utilisation d’antibiotiques à l’âge de 50 ans ou plus pourrait augmenter le risque de développer la maladie d’Alzheimer chez une femme.

D’après cette étude, menée des chercheurs des universités de Cambridge et de Rush (Chicago), les femmes qui ont pris des antibiotiques pendant au moins deux mois consécutifs à cette période de leur vie ont obtenu systématiquement de moins bons résultats aux tests cognitifs. Dans le détail, ces tests concernant le fonctionnement du cerveau, la mémoire, l’attention, etc.

Selon les chercheurs, le cerveau de ces femmes aurait d’ailleurs vieilli de trois à quatre ans de plus que les autres. Pour parvenir à cette constatation, ils ont observé les données de plus de 14 000 femmes. Ces conclusions ont été publiées dans la revue PLOS. Pour cette recherche, les femmes ont indiqué leur consommation d’antibiotiques et ont réalisé différents tests.

Le microbiote de l’intestin en question ?

« Des recherches supplémentaires sont nécessaires, mais les nôtres suggèrent que si nous pouvons prévenir les infections et minimiser le traitement antibiotique chez les personnes atteintes de maladie mentale, nous pourrons peut-être prévenir l’apparition d’épisodes maniaques« , souligne le Dr Robert Yolken, chercheur au Baltimore, Maryland (Etats-Unis). Pour le moment, les scientifiques n’ont pas identifié précisément le lien entre les antibiotiques et ces résultats mais ils pensent que cela pourrait être lié à la manière dont le microbiome intestinal et les bactéries qu’il contient sont affectés par les substances médicamenteuses.



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire