les femmes atteintes plus sujettes aux AVC ?

par



endometriose 1 scaled

Reconnue, depuis peu, comme une maladie, l’endométriose touche à peu près une femme sur dix en âge de procréer. Il s’agit d’une pathologie gynécologique chronique. Selon Top Santé, elle se caractérise par la présence, en dehors de l’utérus, de fragments de muqueuses utérines (endomètre). Les femmes atteintes de cette maladie souffrent d’importantes douleurs pelviennes lors des cycles menstruels ou encore les vomissements pouvant même mener à des problèmes de fertilité. Si son diagnostic reste encore compliqué, les questions autour de cette maladie prennent de plus en plus de place dans les médias. Selon une récente étude, les femmes atteintes d’endométriose seraient plus sujettes aux AVC.

Retrouvez plus d’articles dans notre rubrique santé.

34 % de risque en plus de faire un AVC pour les femmes atteintes d’endométriose

C’est dans une étude américaine publiée le 21 juillet 2022 dans le journal Stroke que des scientifiques ont révélé que les femmes atteintes d’endométriose auraient 34 % de risque en plus de faire un AVC. Pour cette étude, les chercheurs américains, ont analysé, pendant 28 ans, les données de 116 400 femmes, toutes âgés entre 25 et 42 ans. Parmi elles, 5 200 étaient atteintes d’endométrioses. Le résultat de l’enquête a révélé que 893 cas d’AVC avaient été comptabilisés. Du coup, selon eux, les femmes touchées par l’endométriose, seraient plus sujettes au développement des maladies cardiovasculaires comme l’AVC ou encore les infarctus myocarde.

« Nous avons observé que les femmes atteintes d’endométriose avaient 34 % de risques en plus de faire un AVC. Par rapport à celles qui n’étaient pas touchées par la pathologie » affirment-ils.

Comment éviter ça ?

Aussi inquiétants soient ces chiffres, pour les chercheurs, une prise en charge le plus tôt possible est de mise. En effet, l’étude révèle que les femmes ayant eu recours à des traitements pour atténuer les symptômes de la ménopause, une ablation chirurgicale de l’utérus ou des ovaires, expliqueraient ce risque accru d’AVC et de maladies cardiovasculaires.

« C’est important de noter cette prévalence. Mais le risque n’est pas accru, même si les chiffres peuvent faire peur. Nous devrions surveiller la santé de la femme dans son ensemble. Y compris l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie et d’autres nouveaux facteurs de risque d’AVC. Et pas seulement les symptômes spécifiquement associés à l’endométriose » révèle Stacey Missmer, biologiste de la reproduction à l’Université de Michigan aux États-Unis au journal américain Medicinal News Today.

Il est donc important de se faire suivre rapidement pour éviter les risques.





Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire