Le saviez-vous ? Le mot orchidée vient du latin « orchis » qui signifie… « testicule » !

by



1biba 11

L’orchidée est devenue une plante ornementale très appréciée. On en retrouve de nombreuses variétés chez les fleuristes et en jardinerie. Leurs formes variées et leurs couleurs éclatantes séduisent un large public. Ces plantes évoquent les tropiques et le soleil. Il s’agit en effet d’espèces cultivées à partir de souches tropicales. Beaucoup moins de personnes savent qu’on peut également trouver des orchidées sauvages en France métropolitaine. Pour cela, il n’est même pas toujours nécessaire de rechercher très loin.

Les espèces tropicales, souvent épiphytes (qui poussent sur d’autres plantes), sont évidemment les plus nombreuses. La plus célèbre d’entre elle, sans même que les gens sachent généralement qu’il s’agit d’une orchidée, est la vanille. Cependant, il suffit parfois de visiter certaines pelouses, même en zones urbanisées (parcs, friches urbaines) sur le territoire de France métropolitaine, pour observer d’autres orchidées, terrestres cette fois-ci. Elles font toutes partie de la même grande famille, les Orchidiacées. Les Grecs de l’antiquité les connaissaient déjà. 

Une orchidée a des attributs notables ! 

Le mot « orchidée » tire son origine dans le latin “orchis”, lui-même issu de l’ancien grec “orchidion”, qui signifie testicule ! Même si les espèces du continent européen n’ont pas l’exubérance de certaines de leurs cousines tropicales, aucune ne semble toutefois évoquer l’anatomie masculine, ou alors dans un piteux état ! C’est sous terre qu’il faut chercher la solution. Une orchidée terrestre présente en effet des racines bulbeuses remarquables. Les Grecs de l’antiquité, des hommes évidemment, y ont tout de suite vu une similitude avec quelque chose qu’ils connaissaient bien : leurs testicules !

Cette rapide comparaison de forme a rapidement conduit à des croyances quant aux prétendues vertus de la plante. Comme le rapport Le Figaro, le philosophe Théophraste, dans ses Recherches sur les plantes, Livre IX, écrivait alors : “L’orchis se nomme ainsi parce qu’il en a une paire, un gros et un petit. On dit que le gros stimule l’instinct sexuel, si on le boit dans du lait de chèvre des montagnes, le plus petit l’affaiblit et le réprime”. Cette doctrine dite “des signatures” était très répandue à l’époque. Elle trouve encore des échos aujourd’hui dans certaines médecines traditionnelles ou approches alternatives. On sait toutefois que la forme d’une plante n’a rien à voir avec son éventuelle capacité à agir sur un quelconque organe de forme similaire. 

Quand la mythologie s’en mêle 

Orchis était aussi un personnage de la mythologie grecque. Celui-ci aurait sans doute rejoint les rangs des mâles s’insurgeant contre le mouvement #metoo s’il avait vécu à notre époque. En effet, son caractère, parfois dissimulé sous le terme “audacieux”, cachait celui d’un véritable harceleur. Il passera d’ailleurs à l’acte lors d’un buffet dédié au Dieu Bacchus, qui n’était pourtant pas le dernier pour les excès. En tentant d’abuser d’une prêtresse, Orchis s’attirera les foudres du Dieu qui le fera, en toute simplicité, démembrer. Le père du coupable demandera cependant une certaine clémence aux divinités qui finiront par lui accorder une réponse en demi-teinte. Son fil sera ressuscité mais sous la forme d’une fleur. L’orchidée était née. 

À lire également : 

Au-delà des mythes, la fascination perdure ! 

Pas besoin de mythologie néanmoins pour être fasciné par les orchidées terrestres. La découverte tardive des mystères de leur croissance a permis de mieux les comprendre. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que la symbiose de leurs racines avec des champignons microscopiques fut observée. Les différentes espèces présentes en France métropolitaine (150 environ) peuvent paraître discrètes. Néanmoins, une observation détaillée permet de s’émerveiller de leur structure florale complexe et très variée

La reproduction d’une orchidée touche à la magie. Elle dépend étroitement de ce que la science nomme une coévolution avec un insecte. C’est donc une seule espèce particulière d’insecte qui sera en mesure de fertiliser une espèce d’orchidée. C’est pour cela que la forme des fleurs imite de façon souvent bluffante la forme d’une abeille ou autre invertébré. Cela donne parfois son nom à l’espèce, comme l’Ophrys mouche ou encore l’Ophrys abeille. Peu importe la manière dont on choisit de l’aborder, l’univers des orchidées est, pour de multiples raisons, fascinant. Il y a de fortes chances pour que vous ne regardiez plus jamais ces fleurs de la même manière ! 



Source link

Related Posts

Leave a Comment