Le port prolongé du masque exacerbe les méfaits du tabagisme

par



une le port du masque amplifie les mefaits du tabagisme

Depuis le début de la pandémie, le masque chirurgical s’est installé dans notre quotidien. Il permet notamment de prévenir la propagation de la COVID-19. Mais selon une nouvelle étude publiée ce jeudi 7 juillet 2022 dans European Journal of Preventive Cardiology, le masque pourrait amplifier les méfaits déjà connus du tabagisme. (source 1)

L’étude a porté sur 40 fumeurs de cigarettes classiques, 40 utilisateurs de produits heat-not-burn , c’est-à-dire des cigarettes qui chauffent électroniquement le tabac, ainsi que 40 personnes non-fumeuses. En moyenne, les participants étaient âgés de 45 ans et 72% d’entre eux étaient des femmes.  La cigarette électronique n’a pas été prise en compte dans cette étude. 

Pendant un mois, ces chercheurs de l’Université d’Athènes ont analysé les niveaux de monoxyde de carbone expirés par les fumeurs portant un masque durant leurs heures de travail à ceux qu’ils exhalaient pendant leurs jours de repos sans masque. Lemonoxyde de carbone est un gaz toxique qui, une fois inhalé via la fumée de cigarette, passe dans le sang et se fixe aux globules rouges à la place de l’oxygène.

Une plus grande altération de la fonction des vaisseaux sanguins

Chez les fumeurs de cigarettes classiques, le monoxyde de carbone expiré est passé de 8,00 parts par million (ppm) au départ à 12,15 ppm sans masque et à 17,45 ppm avec masque. Quant aux fumeurs de cigarettes dites « non combustibles », leur taux de monoxyde de carbone est passé de 1,15 ppm au départ à 1,43 ppm sans masque et 2,20 ppm avec. Aucune différence n’a été constatée pour les non-fumeurs.

Les scientifiques ont également observé que les marqueurs vasculaires étaient plus élevés pendant le port du masque, et ce peu importe le type de cigarette consommé. Là encore, les marqueurs des non-fumeurs restaient inchangés. 

« L’étude suggère que fumer un produit du tabac, quel qu’il soit, est devenu encoreplus dangereux pendant la pandémie de COVID-19 en raison de la nécessité de porter un masque pendant de longues heures », a déclaré l’auteur de l’étude Ignatios Ikonomidis dans un communiqué de presse. (source 2)

« Ces résultats montrent que fumer n’importe quel produit du tabac en portant un masque peut altérer davantage la fonction des vaisseaux sanguins par rapport aux périodes sans masque, ce qui serait dû en partie par une plus grande ré-inhalation de monoxyde de carbone et/ou de vapeur riche en nicotine. Ces résultats devraient inciter encore davantage tous les fumeurs à se débarrasser de cette habitude« , a conclu le professeur.



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire