La consommation d’édulcorants est associée à un risque plus élevé de cancer

par



edulcorants risques cancer

Plusieurs millions de personnes consomment quotidiennement des édulcorants. Ces additifs alimentaires permettent de réduire la teneur en sucre ajouté, ainsi que le nombre de calories qui y sont associées, tout en conservant la saveur sucrée des produits. Les plus connus : l’aspartame, la saccharine, l’Acésulfame-K ou encore le sucralose. On les retrouve de plus en plus dans les produits « light » ou « allégés », comme les sodas, mais aussi dans les yaourts, les chips, les bonbons, etc. 

Cependant, leur innocuité est régulièrement remise en doute. Une étude conduite par des chercheurs de l’Inserm, de l’Inrae, du Cnam et de l’université Paris-Sorbonne vient de mettre en évidence le risque de cancer lié aux édulcorants. Leurs travaux ont été publiés dans la revue Plos Medecine, jeudi 24 mars (source 1). 

« Un risque accru de développer un cancer »

De 2009 à 2021, les chercheurs ont analysé les données de santé et la consommation d’édulcorants de 102 865 Français et Françaises, participant à la vaste étude NutriNet-Santé. Les volontaires ont renseigné leurs antécédents médicaux et leur niveau d’activité physique, mais aussi donné des indications sur leur mode de vie et leur état de santé général. Ils ont également entré les noms et marques des produits consommés. Les scientifiques ont ainsi pu mesurer leur exposition aux additifs alimentaires, notamment aux édulcorants.

Ils ont ensuite effectué des analyses statistiques afin d’étudier les associations entre la consommation d’édulcorants et le risque de cancer, en tenant bien compte de nombreux facteurs potentiellement confondants tels que l’âge, le sexe, le niveau d’éducation, l’activité physique, le tabagisme, l’indice de masse corporelle (IMC), la taille, la prise de poids au cours du suivi, le diabète, les antécédents familiaux de cancer, ainsi que les apports en énergie, alcool, sodium, acides gras saturés, fibres, sucre, aliments complets et produits laitiers.

Les résultats de ces analyses statistiques suggèrent une association entre la consommation d’édulcorants et un risque accru de cancer, alerte l’Inserm dans un communiqué (source 2).

« Cette étude prospective à grande échelle suggère, en accord avec plusieurs études expérimentales in vivo et in vitro, que les édulcorants artificiels, utilisés dans de nombreux aliments et boissons en France et dans le monde, pourraient représenter un facteur de risque accru de cancer », confirme Charlotte Debras, doctorante et première auteure de l’étude (source 2). 

« Ces résultats ne soutiennent pas l’utilisation d’édulcorants en tant qu’alternatives sûres au sucre »

Comparés aux personnes qui n’en consommaient pas, les plus gros consommateurs d’édulcorants présentaient un risque plus élevé de 13 % de développer un cancer (tous types de cancers confondus), en particulier les consommateurs d’aspartame et d’acésulfame K. L’Inserm note toutefois des risques plus élevés pour le cancer du sein et les cancers liés à l’obésité. 

Bien qu’il ne soit pas encore possible d’établir une relation de cause à effet directe, « ces résultats ne soutiennent pas l’utilisation d’édulcorants en tant qu’alternatives sûres au sucre et fournissent de nouvelles informations pour répondre aux controverses sur leurs potentiels effets néfastes sur la santé », indique la Dre Mathilde Touvier, directrice de Recherche à l’Inserm et coordinatrice de l’étude (source 2).

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces résultats, mais « ils fournissent déjà des données importantes pour leur réévaluation en cours par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et d’autres agences de santé publique dans le monde », souligne la chercheuse. 

En vidéo : Edulcorants et cancer



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire