il peine à se souvenir de leurs prénoms

by



1 9

Quand on aime, on ne compte pas. D’ailleurs, certains en sont parfois même plus capables ! Généralement, une famille est dite nombreuse à partir du troisième enfant. Cependant, quand vient le moment d’agrandir la fratrie, quelques foyers ont visiblement la folie des grandeurs ! Direction l’Ouganda pour découvrir l’histoire de ce père de (grande) famille dont la descendance se compte par dizaines.

102, c’est le nombre d’enfants que Musa Hasahya Kesera, 68 ans, a engendré en un demi-siècle. Préparez-vous, les chiffres n’ont pas fini de vous donner les tournis ! Et pour cause, ce géniteur très actif a épousé pas moins de 12 femmes, les mères de cette marmaille où 40 années séparent l’aîné du benjamin. Par la suite, ce sont 578 petits-enfants qui se sont greffés à cette famille au sens (très) large.

102 enfants pour un homme

Néanmoins, cette décision de procréer à l’excès, il n’est pas sûr que cet homme la réitérait. « J’ai appris de mon attitude irresponsable d’avoir eu autant d’enfants dont je ne peux pas m’occuper », a confié le patriarche qui déclare peiner à subvenir aux besoins de sa famille.

En effet, pas facile de faire cohabiter tout ce beau monde dans une maison délabrée au toit de tôle rouillée et une vingtaine de huttes en terre. « Avec ma santé défaillante et moins d’un hectare de terre pour une si grande famille, deux de mes femmes sont parties car je ne pouvais plus subvenir à l’essentiel, comme la nourriture, l’éducation ou l’habillement », a ajouté le chef de famille, aujourd’hui sans emploi.

Les douze épouses de Musa

Pour rappel, en Ouganda, la polygamie est autorisée. Afin d’éviter que la famille ne s’agrandisse encore, les épouses du sexagénaire prennent des moyens de contraception. En revanche, celui-ci ne s’est pas imposé le même régime !

Devant une situation aussi insolite, une question se pose : Comment cet homme a pu en arriver là ? « Comme on n’était que deux enfants (dans sa famille), mon frère, mes parents et mes amis m’ont conseillé d’épouser plusieurs femmes pour avoir beaucoup d’enfants et agrandir notre patrimoine familial », a-t-il simplement expliqué.

À lire également :

Des centaines de noms à retenir

Anecdote comique (ou non), il arrive à l’homme, et on peut l’entendre, d’avoir la mémoire qui flanche. « Je ne me rappelle que des noms du premier et du dernier-né, je ne me souviens pas de la plupart des autres », a-t-il admis. Avent de préciser : « Ce sont leurs mères qui m’aident à les identifier ». En outre, Musa Hasahya Kesera avoue avoir également du mal à se souvenir du nom de certaines d’entre elles !



Source link

Related Posts

Leave a Comment