Humeur, anxiété, estime de soi : l’effet méconnu du petit-déjeuner pour les enfants

by



istock 1356820208

Faute de temps, nombre d’enfants ne prennent pas toujours un bon petit-déjeuner le matin avant d’aller à l’école. Hélas, cette mauvaise habitude n’aurait pas que des répercussions sur leur équilibre alimentaire de la journée.

Selon une nouvelle étude scientifique parue dans la revue Frontiers in Nutrition (Source 1), les enfants et jeunes adolescents prenant bien un petit-déjeuner sain à leur domicile seraient en meilleure santé psychosociale et auraient moins de problèmes comportementaux. 

L’équipe de recherche espagnole a ici analysé des données de l’Enquête nationale espagnole sur la santé de 2017. Celle-ci comprenait des questionnaires sur les habitudes relatives au petit-déjeuner ainsi que sur la santé psychosociale des enfants, à savoir leurs niveaux d’estime de soi, d’anxiété et leurs humeurs. Ces questionnaires ont été remplis par les parents ou tuteurs légaux des quelque 3 772 enfants espagnols âgés de 4 à 14 ans.

Verdict : les enfants ne prenant pas leur petit-déjeuner chez eux avaient davantage de problèmes psychosociaux (une moins bonne estime de soi, davantage d’anxiété…) que les autres. Et étrangement, le fait de prendre son petit-déjeuner à l’extérieur du domicile s’est révélé presque aussi préjudiciable que le fait de sauter complètement ce repas. Un résultat qui pourrait découler du fait que les repas pris à l’extérieur sont souvent moins nutritifs que ceux pris au domicile, selon les chercheurs.

L’étude a également montré que le café, le lait, le thé, le chocolat, le cacao, le yaourt, le pain, les toasts, les céréales et les pâtisseries étaient tous associés à des risques plus faibles de problèmes de comportement. Étonnamment, les œufs, le fromage et le jambon étaient associés à des risques plus élevés de tels problèmes. La consommation de céréales (si possibles complètes) serait en effet préférable car elle permettrait de diminuer le stress, de mieux réguler l’humeur, le sommeil et d’autres fonctions physiologiques jouant un rôle sur le comportement.

“Nos résultats suggèrent qu’il est non seulement important de prendre le petit-déjeuner, mais aussi que l’endroit où les jeunes prennent leur petit-déjeuner et ce qu’ils mangent [compte aussi]”, a déclaré le Dr José Francisco López-Gil de l’Université de Castilla-La Mancha à Cuenca (Espagne), premier auteur de l’étude, dans un communiqué (Source 2). 

Cela étant, les auteurs admettent qu’il y a fort à parier que d’autres facteurs entrent en jeu, tels que le soutien social et familial reçu lorsque le petit-déjeuner est pris à la maison. Le petit-déjeuner avec les parents peut en effet faire l’objet de soutien, de discussions à propos de l’école ou de la vie scolaire et sociale… Bref, un moment d’échange et de partage en famille avant de se séparer pour la journée.



Source link

Related Posts

Leave a Comment