« Goblin Mode » : en quoi consiste la « tendance lutin » ?

par



tendance lutin goblin mode

Le « goblin mode » (« tendance lutin », en français) fait le bonheur des plus casaniers et solitaires d’entre nous. Ce mode de vie, se rapproche du quotidien des gobelins, ces petites créatures mythologiques qui vivent recluses dans des grottes et agissent de manière primitive, sans honte aucune.

De plus en plus partagé sur les réseaux sociaux, la « tendance lutin » prône donc le lâcher prise et la régression, loin de toute culpabilité par rapport aux injonctions sociales. Mais peut aussi être perçu comme un signal de détresse physique ou psychologique.  

« Goblin mode » : en quoi consiste cette tendance ?

Le succès de ce mode de vie est en grande partie lié à la pandémie de Covid-19 et aux confinements qu’elle a engendré à travers le monde. Sur les réseaux sociaux, nombreux sont ceux qui ont affiché leurs changements d’hygiène de vie ou leur flemmardise :  

« Si vous dévorez des poignées de fromage râpé à 16 heures en guise de premier repas de la journée, si vous avez physiquement fusionné avec votre robe de chambre, ou si vous soupirez bruyamment lorsqu’un rayon de soleil ou – Dieu vous en préserve – de l’air frais pénètre dans votre chambre, vous êtes peut-être passé en mode gobelin », alerte le tabloïd Metro (source 1). 

Autant d’habitudes entretenues sur un fond de lassitude généralisée par rapport au monde extérieur, aux autres et à l’actualité. 

La « tendance lutin », une pratique risquée ?

Tout le monde ne voit pas cette pratique d’un très bon œil. En effet, l’isolement social et le manque d’entrain et d’hygiène peuvent être la conséquence d’un problème de santé mentale. Ils risquent aussi d’évoluer vers une forme d’anxiété sociale ou même conduire à la dépression.

Comme l’explique la journaliste américaine Hannah Turner, dans une tribune publiée sur Refinery 29 (source 2), cette façon de vivre est également subie par les personnes porteuses d’un handicap : « Les personnes porteuses de handicap emploient souvent le mode gobelin, car elles n’ont pas le choix […] C’est une situation que j’ai vécue pendant cinq ans, en tant que personne porteuse d’un handicap », insiste-t-elle. Et d’ajouter : 

Je ne peux pas « éteindre et allumer » mon mode gobelin quand je le souhaite. Ce n’est pas une tendance pour moi, mais un moyen de m’en sortir.

Le « mode gobelin » est donc un concept à prendre avec des pincettes. Il est parfois subi et peut cacher un profond mal-être. L’effet de mode risque d’invisibiliser la souffrance des personnes qui souffrent de cet isolement forcé.



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire