Fuites urinaires : comment les gérer pendant l’amour ?

par



couple probleme fuites urinaire amour

Les fuites urinaires surviennent-elles souvent pendant les rapports sexuels ?

Élisa Ung : ces fuites coïtales concernent un quart des femmes incontinentes, soit environ 3 millions de femmes en France, mais aussi 7,6 à 20 % de femmes ne souffrant pas de fuites urinaires par ailleurs (Association française d’urologie) . Ces fuites urinaires peuvent survenir aussi bien pendant les caresses de la région vulvaire, que lorsque l’excitation monte, ou pendant l’orgasme. Mais dans deux tiers des cas, elles se produisent durant la pénétration et les mouvements de va-et-vient. 

Dr Sylvain Mimoun : oui mais encore faut-il s’en rendre compte. À l’extrême, les femmes “fontaine” expulsent, la plupart du temps, de l’urine lors de l’orgasme, une sorte d’éjaculation féminine.

« Pourquoi j’urine pendant les rapports ? » : quelles sont les causes chez une femme pendant l’amour ?

Élisa Ung : la cause majeure est l’incontinence urinaire lors d’un effort, parce que le sphincter, le muscle circulaire autour du conduit qui évacue l’urine, n’est plus assez tonique ou n’est pas assez soutenu, par exemple lorsqu’on soulève un poids, que l’on tousse ou éternue. Cela peut survenir après un accouchement ou lorsqu’on pratique des sports intensifs. 

Dr Mimoun : lors du rapport, en augmentant la pression au niveau du bas-ventre, on ouvre le passage de la vessie qui laisse alors passer de l’urine. Le contexte hormonal peut être aussi mis en cause, notamment à la ménopause, en rendant les sphincters moins forts. Le surpoids peut être aussi une cause, car la graisse de l’abdomen va peser sur les organes internes dont la vessie. 

Élisa Ung : la plupart du temps, elles passent inaperçues ! En effet, pendant le rapport, il y a partage de nombreux fluides corporels, la salive, la lubrification vaginale, la transpiration… Mais tout ceci se traite très bien. Il faut donc en parler à son médecin ou à son gynéco.

Dr Mimoun : si au moment où il y a une petite fuite, on pense “urine” et on se sent mal, cela risque de tout bloquer. Vouloir le cacher va gâcher le plaisir sexuel. Sans compter que plus la femme sera contractée, plus elle aura de fuites. Si elle n’y fait pas attention, l’homme pourra penser que c’est de la lubrification, et cela participera à leur jouissance. 

Faut-il en parler à son ou sa partenaire après le rapport ?

Élisa Ung : en parler à son partenaire peut aider à se décomplexer mais certaines femmes préfèrent ne pas en parler, surtout le temps du traitement. En attendant, on peut avoir des rapports sexuels sous la douche, dans le bain, mettre des protections sous les draps, bien vider sa vessie avant l’acte sexuel…

Dr Mimoun : il vaut mieux ne pas en parler à l’autre, sauf dans le cas des femmes “fontaine” : cela excite certains hommes qu’elles puissent se lâcher autant, s’ils ne sont pas dégoûtés par l’urine ! 

Quels sont les traitements ?

Élisa Ung : le premier traitement contre les fuites urinaires est la rééducation périnéale. On a en général de très bons résultats en 10 à 20 séances, remboursées par la Sécurité sociale et la mutuelle. On donne aussi des exercices à faire chez soi : des contractions/ relaxations périnéales, des massages périnéaux, du travail avec sondes connectées, du Pilates ou du yoga, l’usage de perles intimes de rééducation, de cônes ou d’œufs de Yoni, en fonction de la musculation intime de départ. Mais le meilleur remède chez soi reste la sexualité, car pendant l’acte sexuel, le périnée travaille, avec des contractions automatiques. Il ne faut donc pas arrêter la sexualité. Si cela ne suffit pas, on invite la femme à voir un urologue, et dans les cas plus avancés, un chirurgien pour la pose de bandelettes qui vont soutenir le système urinaire.

Dr Mimoun : le vrai traitement est la kinésithérapie pour rééducation périnéale. Mais il ne faut pas que la patiente soit laissée à elle-même pendant les séances. Il faut aider la patiente à renforcer les muscles autour de la vessie pour qu’il n’y ait pas de descente d’organes. 

Doit-on préférer certaines positions en cas de fuites urinaires lors d’un orgasme ?

Élisa Ung : il faut privilégier les positions où la femme est sur le dos ou sur le côté, ne pas se replier sur soi, faire des mouvements assez lents et souples, ne pas bloquer sa respiration. Cela permet de réduire énormément les pertes urinaires pendant les relations.

Dr Mimoun : il est en effet judicieux d’éviter les positions qui créent trop de pression sur la vessie comme les positions assises. Il vaut mieux rester allongée, dans une position relaxante. La femme peut prétendre être plus excitée par une position sans dire que c’est ainsi qu’elle a le moins de fuites. 

Les hommes sont-il aussi concernés par les fuites urinaires durant les rapports sexuels ?

Les hommes peuvent aussi être concernés mais c’est plus rare car la vessie masculine repose sur davantage de muscles, et avec l’âge, la prostate grossit et a plutôt tendance à bloquer le passage ! Les fuites surviennent donc souvent après une ablation de la prostate en cas de cancer par exemple. Pour autant, lors de l’orgasme, s’il n’y a plus éjaculation de sperme, il n’y aura pas non plus d’éjection d’urine. Pour éviter des fuites pendant le reste du rapport, une rééducation périnéale est possible pour les patients afin d’apprendre à contracter le périnée et le verrouiller lors les changements de position. Il est conseillé de consulter un urologue si cela persiste.



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire