Frottis cervico-utérin : déroulement, prix, risques

by



femme examen gyneco

En permettant de déceler des cellules précancéreuses du col de l’utérus ou de rechercher des virus à haut risque de cancer, le frottis de dépistage, dit de Papanicolaou, du nom de son inventeur, peut vous sauver la vie.

Qu’est-ce qu’un frottis vaginal ? À quoi sert-il ?

Le frottis cervico-vaginal (ou plus exactement frottis cervico-utérin) consiste à prélever des cellules superficielles du col de l’utérus au niveau d’une zone spécifique (zone de jonction). Elles sont ensuite analysées par un laboratoire. Selon l’âge de la femme, elles serviront de base à un examen cytologique (observation au microscope des cellules prélevées à la recherche d’anomalies éventuelles) ou à un test HPV (recherche de la présence d’ADN de papillomavirus à haut risque dans les cellules).

Où faire un frottis gynécologique ? Qui peut le faire ?

Le prélèvement peut être réalisé par un gynécologue, par le médecin traitant ou par une sage-femme, dans un cabinet médical, à l’hôpital ou dans un centre de planification ou d’éducation familiale. Si la femme est munie d’une prescription, elle peut se rendre directement dans certains laboratoires de biologie médicale où une personne habilitée effectuera le frottis.

Frottis : quand le faire ? Quelles maladies peut-on détecter ?

Le col de l’utérus est le siège privilégié des infections à certains papillomavirus humains (HPV pour Human papilloma virus) impliqués dans neuf cancers du col sur dix. Ces infections sexuellement transmissibles restent le plus souvent bénignes. Mais, dans certains cas, elles évoluent et peuvent se transformer en cancer du col de l’utérus si elles ne sont pas dépistées et traitées.

Le dépistage de lésions précancéreuses et cancéreuses au niveau du col de l’utérus

Le frottis cervico-vaginal est un moyen simple de dépister des lésions précancéreuses (atypies…) et cancéreuses (carcinome…) situées au niveau du col de l’utérus. Il donne également la possibilité de rechercher les virus HPV à haut risque de cancer du col de l’utérus.

Comment se passe le prélèvement ? Est-ce douloureux ?

Que faut-il faire avant cet examen ?

Généralement, aucune préparation n’est nécessaire. Si la patiente est ménopausée, il peut être demandé d’effectuer auparavant un traitement local (ovules gynécologiques) à base d’œstrogène.

Que fait le médecin, le gynécologue ou la sage-femme ?

La femme est installée en position gynécologique. Le médecin introduit dans le vagin un spéculum, qui permet d’écarter les parois du vagin et de bien visualiser le col de l’utérus. Puis il prélève des cellules grâce à une spatule ou une petite brosse. Il les étale et les plonge dans un flacon contenant un liquide conservateur (frottis en couche mince en milieu liquide). Les cellules ainsi conservées sont envoyées au laboratoire d’analyses.

Cette technique de frottis permet sur le même prélèvement aussi bien de découvrir des anomalies cellulaires que de pratiquer une recherche de l’ADN du papillomavirus. La technique plus ancienne de frottis sur lame permet seulement la réalisation de l’examen cytologique.

Combien de temps ça dure ?

L’examen est très rapide. Le prélèvement en lui-même ne dure quelques secondes. L’installation de la personne et la mise en place du spéculum demandent quelques minutes (5-10 minutes).

Est-ce douloureux ?

Le frottis cervico-vaginal est généralement indolore. Il peut être désagréable.

Frottis : à quel âge ? Quelle fréquence, tous les combien ?

En France, la fréquence du dépistage par frottis vaginal est définie en fonction de l’âge.

Le premier frottis est recommandé par la HAS (Haute Autorité de Santé) à l’âge de 25 ans, suivi d’un second un an plus tard. Il n’est pas utile de commencer avant 20 ans, car il faut compter environ dix ans avant de voir les premières anomalies apparaître.

Si aucune anomalie n’est retrouvée après ces deux frottis normaux réalisés à un an d’intervalle, le rythme préconisé est d’un frottis tous les trois ans.

Après 30 ans, le prélèvement sert de base au test HPV, désormais recommandé en première intention, et non plus à l’examen cytologique.

Le test HPV est réalisé 3 ans après le dernier examen cytologique dont le résultat est normal, puis tous les 5 ans, jusqu’à l’âge de 65 ans, dès lors que le résultat du test est négatif, indique Santé Publique France (source 1).

Le frottis est-il nécessaire si la femme a été vaccinée contre le papillomavirus ?

Le dépistage par frottis concerne toutes les femmes, qu’elles soient ou non vaccinées contre le cancer du col de l’utérus. Les deux vaccins disponibles ne confèrent pas en effet de protection totale contre les virus HPV en cause dans ce cancer. La surveillance par prélèvement cervico-utérin reste donc indispensable chez les femmes vaccinées.

Quels peuvent être les résultats d’un frottis ?

Généralement, les résultats sont obtenus en une semaine. Ils seront communiqués soit au médecin-préleveur uniquement (qui les transmet ensuite à la femme concernée), soit au médecin et à la personne qui a subi l’examen.

En cas de frottis anormal, un test HPV, un examen cytologique ou une colposcopie

En cas de frottis anormal, selon l’anomalie et l’âge de la femme, un test HPV ou un examen cytologique ou une colposcopie (examen du col utérin à l’aide d’un appareil grossissant) doit être pratiqué pour confirmer ou non la présence de cellules suspectes. Selon l’aspect de la muqueuse, un prélèvement de tissu (biopsie) peut être également réalisé.

Y a-t-il des risques et des contre-indications ?

Il n’existe quasiment pas de risque à la réalisation d’un frottis puisqu’il peut même être réalisé pendant la grossesse. Il est possible qu’il y ait de petits saignements peu importants dans la journée suivant le frottis.

Certaines conditions doivent être respectées afin que le frottis soit réalisé dans les meilleures conditions :

  • En dehors de la période des règles ou de saignements ;
  • À distance d’un rapport sexuel (48 heures) ;
  • En dehors de tout traitement local (crème, ovule) et de toute infection.

Si le prélèvement n’a pas été réalisé au niveau de la zone du col dite de jonction (qui n’est malheureusement pas visible à l’œil nu), l’examen doit être recommencé.

Quel est le prix d’un frottis ? Est-ce remboursé ?

Le coût comprend le prix de la consultation et 15,40 euros pour la lecture du frottis. Le prélèvement cervico-utérin est pris en charge à 70 % sur la base du tarif conventionnel par l’Assurance Maladie. Le reste est remboursé par votre complémentaire santé (mutuelle, assurance santé…), indique un document de l’Institut national du cancer (source 2).

Le frottis est gratuit dans le cadre d’un dépistage organisé. Cet examen est pris en charge à 100 % dans le cadre d’un programme national de dépistage organisé (publication de l’arrêté le 4 mai 2018 au Journal officiel).

À noter : le frottis peut être réalisé sans avance de frais dans les centres de santé, centres mutualistes ou de planification familiale. Si vous bénéficiez de la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire), la prise en charge est à 100 %, sans aucune avance de frais.



Source link

Related Posts

Leave a Comment