Épilation maillot brésilien : à quoi ça ressemble, quelle technique ?

par



epilation maillot bresilien femme

Avec l’apparition des bikinis tanga et des strings, dans les années 1980, les techniques d’épilation du maillot ont évolué. C’est ainsi qu’est née l’épilation dite « brésilienne ». En quoi consiste-t-elle ? Pour quelle technique d’épilation opter ? Et quelles précautions prendre pour limiter les démangeaisons et autres désagréments ? Éclairage de Mélanie Villain, esthéticienne et responsable de l’Institut by Mélanie (Paris). 

Qu’est-ce que l’épilation du maillot brésilien ?

L’épilation du maillot, façon brésilienne diffère légèrement de celle du maillot intégral. « Dans le cadre d’un maillot brésilien, on enlève généralement les poils pubiens au niveau des lèvres, mais aussi au niveau du sillon inter-fessier, et on laisse une zone triangulaire très échancrée au niveau du pubis, pour ne laisser aucun poil dépasser », explique l’esthéticienne. À noter, cette bande peut être de forme rectangulaire, on parlera alors de ticket de métro. 

Pourquoi choisir le maillot brésilien ?

En matière d’épilation, il y a les grands standards, mais il n’y a pas de norme. Certain.e.s font la chasse aux poils depuis l’adolescence et d’autres préfèrent laisser leur pilosité s’épanouir librement. Ce choix ne regarde que le ou la principale intéressé.e et ne doit en aucun cas être moqué ou contraint. Il peut être motivé par plusieurs raisons, comme le confort personnel ou la peur du regard des autres (poils qui dépassent de la culotte ou du maillot, petits points rouges au niveau des plis du pubis, etc), l‘hygiène et l’habitude (sachant qu’en réalité, ce ne sont pas tant les poils qui importent, mais plutôt le respect de la flore vaginale), la vie sexuelle, etc. 

Quelles techniques utiliser pour ce type d’épilation ?

Plusieurs techniques permettent de réaliser un maillot brésilien : 

  • La meilleure option ? La cire chaude (orientale ou classique). « Cette technique consiste à arracher les poils à la racine, ce qui permet une repousse lente, en deux à trois semaines en fonction de la pilosité de chacun.e », indique Mélanie Villain. L’inconvénient ? Cette technique peut être douloureuse, suivant les sensibilités, prévient l’experte. Généralement, un passage à la pince à épiler est aussi nécessaire pour enlever les poils récalcitrants. 
  • Il est aussi possible d’opter pour une épilation mécanique à l’aide d’un rasoir et d’une mousse de rasage hydratante. Mais, avec cette technique, les poils repoussent entre un ou deux jours : on les coupe nets, en leur milieu, au ras de la peau et non à la racine. Ils réapparaissent donc plus vite et repoussent plus épais, plus foncé et plus dru. Sans compter qu’elle augmente le risque de coupures. 
  • Enfin, « l’épilation au laser ou à la lumière pulsée peut être intéressante : elle affine progressivement le poil, mais le résultat ne se voit qu’au bout de quelques séances ». Elle doit être réalisée par un médecin dermatologue équipé d’un laser, ou dans un institut spécialisé, moyennant un budget non-négligeable. Le résultat définitif nécessite toutefois quelques séances d’entretien. 

À noter : les crèmes dépilatoires sont à proscrire au niveau du pubis, des lèvres et du SIF ! En effet, elles peuvent être très irritantes pour les muqueuses. Par ailleurs, l’épilateur électrique est réservé aux guerrières : l’appareil arrache le poil, mais sans dilater les pores au préalable (contrairement à la cire). Une méthode peu adaptée à cette zone sensible, que l’esthéticienne déconseille fortement.

L’épilation brésilienne à la maison

Vous souhaitez vous lancer en solo à la maison ? Commencez par bien nettoyer la zone à épiler avec une lotion sans alcool. Si vous optez pour le rasoir, ne lésinez pas sur la mousse à raser. Si vous optez pour la cire, testez-la au niveau de votre avant-bras, pour éviter les brûlures. Et veillez à arracher les poils toujours dans le même sens : du haut vers le bas. À noter : on privilégie une cire chaude et jetable, plutôt qu’une cire froide, à bandes, que l’on utilise plutôt pour les jambes ou les aisselles. Gardez bien en tête qu’il faut attendre que le poil atteigne une certaine longueur pour qu’il puisse être attrapé par la cire, rappelle l’esthéticienne. 

Avant chaque épilation, je conseille de faire un gommage pour limiter l’apparition de poils incarnés ou de petits boutons. On pense aussi à bien hydrater sa peau après, précise Mélanie Villain.

L’épilation brésilienne en institut

Cette zone est loin d’être la plus simple à épiler. Et pour peu que l’on soit douillet.te… Il est parfois préférable de franchir la porte d’un institut de beauté. L’esthéticienne vous demandera alors d’ôter vos vêtements en dessous de la ceinture, et de vous allonger sur un fauteuil prévu à cet effet. Vous devrez ensuite adopter différentes positions pour retirer tous les poils nécessaires. Jambes, genoux ou même chevilles en l’air : toutes les positions sont envisageables pour atteindre les zones les plus intimes. La séance peut durer jusqu’à 40 minutes, et il faut réitérer l’opération toutes les 3 à 5 semaines, en fonction de la repousse. Assurez-vous donc d’être parfaitement en confiance avec votre esthéticienne avant de prendre rendez-vous, et n‘hésitez pas à lui signaler tout inconfort. 

Quels risques ? Quelles contre-indications ?

Techniquement, il n’y a aucun risque si l’épilation est réalisée dans les règles de l’art… Et surtout d’hygiène. Mais le rasage et l’épilation répétés au niveau du pubis peuvent provoquer :

  • des micro-coupures,
  • une inflammation des follicules pileux,
  • voire une irritation au niveau des lèvres.

Autant d’éléments qui favorisent la prolifération de bactéries et les risques d’infections, d’autant qu’ils surviennent dans un environnement chaud et humide, particulièrement propice au développement de micro-organismes.

Même si cela peut paraître contre-intuitif, les poils permettent de faire barrière contre les bactéries, rappelle Mélanie Villain. 

Après une épilation à la cire, la peau est très sensible. Certaines précautions permettent de limiter tout risque de désagrément : 

On évite donc tout ce qui peut l’irriter davantage (frottements, eau chaude, parfums, rapports sexuels…), et peut entraîner des rougeurs et des poils incarnés.

  • Désinfecter ses mains et sa peau avec un produit non alcoolisé avant et après l’épilation ; 
  • Pour éviter les poils incarnés et les petits boutons rouges à la surface de la peau, pensez à effectuer des gommages réguliers. Cette technique permettra d’affiner votre peau et limitera l’apparition de poils sous-cutanés ; 
  • Utiliser toujours un rasoir neuf, ou des bandes de cire neuves (pour éviter les infections) ;
  • Se raser, ou arracher la cire dans le sens de la pousse ; 
  • Privilégier des vêtements en coton, non-irritants, dans les jours qui suivent l’épilation intégrale des sous-vêtements ; 
  • Évitez les sources de chaleur juste après une épilation (bains chauds, saunas, piscines, plages) ; 
  • Enfin, prudence lors des rapports sexuels : après une épilation du maillot, toute friction irrite la peau, déjà sensibilisée.



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire