Éjaculation rétrograde : causes, risques, que faire ?

by



ejaculationretrograde

L’éjaculation rétrograde correspond à une éjaculation interne du sperme dans la vessie. Ce trouble de l’éjaculation mal connu est pourtant fréquent.

Rappelons qu’au moment de l’orgasme, les vésicules séminales, les testicules et la prostate envoient leurs parties respectives de l’éjaculat final vers la base de l’urètre. En temps normal, lors d’une éjaculation, les muscles du périnée (situés entre le scrotum et l’anus) se contractent et le sperme est expulsé vers l’extérieur.

Une éjaculation interne dans la vessie

« En cas d’éjaculation rétrograde, la partie de la vessie qui se referme normalement au moment de l’éjaculation (le col vésical) reste ouverte, entraînant le sperme en direction rétrograde, dans la vessie » explique le docteur Antoine Faix, urologue. Le résultat est qu’après un orgasme, l’homme retrouve souvent la présence de sperme dans ses urines au moment de la miction. 

Une éjaculation faible et sans sperme (aspermie)

Autre conséquence de l’éjaculation rétrograde : il y a souvent peu voire pas de sperme au moment de l’éjaculation. On distingue : 

  • L’éjaculation rétrograde partielle : une petite partie du sperme sort tout de même par l’urètre. Il y a donc un peu de sperme au moment des rapports sexuels. Dans ce cas, on observe le plus souvent une éjaculation faible (qui manque de pression). 
  • L’éjaculation rétrograde totale :  il y a bien une éjaculation mais il n’y a pas sperme. L’éjaculation rétrograde est une forme d’aspermie (volume de sperme éjaculé inférieur à 0,5 ml). 

L’éjaculation rétrograde est un trouble bénin, mais peut être unecause de stérilité.

Un orgasme et une érection préservés (« orgasme sec »)

En cas d’éjaculation rétrograde, l’érection puis l’orgasme sont préservés. Nous parlons d' »orgasme sec » ou d' »éjaculation sèche ». Néanmoins, il peut y avoir un trouble de l’orgasme associé. 

Attention, l’éjaculation sans sperme ne traduit pas forcément une éjaculation rétrograde. Elle peut également être causée par d’autres anomalies comme l’ablation de la prostate ou une absence de production de sperme.

L’éjaculation rétrograde peut être une source d’anxiété surtout dans le contexte d’un projet de parentalité. « Cela peut aussi représenter un complexe pour beaucoup d’hommes qui n’ont pas d’expulsion de sperme au moment des rapports sexuels avec leur partenaire », souligne le praticien. 

Quelles sont les causes de l’éjaculation rétrograde ?

L’éjaculation rétrograde s’explique par un blocage de l’urètre et/ou un dysfonctionnement du sphincter. Ces situations peuvent être la conséquence de : 

  • Une intervention chirurgicale
  • La prise de certains médicaments contre l’hypertrophie bénigne de la prostate(comme la tamsulosine, la térazosine, le finastéride et le dutastéride, entre autres). Les médicaments psychiatriques et certains traitements contre l’hypertension peuvent aussi être en cause.
  • Une radiothérapie de la région pelvienne
  • Troubles neurologiques (par exemple dans le cadre de complications liées audiabète, à la sclérose en plaques ou à des lésions de la moelle épinière).

Quelles chirurgies peuvent causer une éjaculation rétrograde ?

Certaines interventions peuvent entraîner une éjaculation rétrograde : 

  • Les chirurgies rétropéritonéales comme un curage lombo-aortique ou une cure chirurgicale d’un anévrisme de l’aorte abdominale
  • Le traitement chirurgical d’un adénome prostatique (hyperplasie bénigne de la prostate) : « dans la grande majorité des cas, l’éjaculation rétrograde est la conséquence de cette chirurgie parfois pratiquée pour enlever l’adénome », souligne le docteur Antoine Faix.
  • Le curage ganglionnaire (ablation des ganglions) lors d’un cancer du testicule ; 
  • Une chirurgie abdominale, pelvienne ou du bas du dos majeure

Précisons que l’éjaculation rétrograde peut être temporaire après ce type d’intervention et s’améliorer avec le temps. Il faut parfois un délai de récupération compris entre 1 et 2 ans. 

Avant toute opération chirurgicale à risque, l’autoconservation du sperme doit systématiquement être proposée. 

Comment effectuer le diagnostic ?

Afin de ne pas confondre une éjaculation rétrograde avec une absence de production de sperme, le médecin doit rechercher la présence de sperme dans les urines du patient. Il faut donc prescrire des analyses d’urines. L’homme les récolte peu après l’orgasme. Si un nombre élevé de spermatozoïdes y est présent, alors on peut déduire que le patient souffre bien d’éjaculation rétrograde.

Ejaculation rétrograde : quelles solutions ?

« L’éjaculation rétrograde n’entraîne pas de problème de santé notable. En outre, ce problème est incurable. Aucun traitement n’est donc proposé sauf en cas de projet de parentalité », d’après le spécialiste. 

En effet, en cas d’éjaculation rétrograde les chances de concevoir sont souvent réduites à néant (tellement les quantités de sperme sont faibles et bien que le sperme conserve toute sa qualité). C’est une cause importante d’infertilité chez l’homme.  » L’éjaculation rétrograde peut parfois toucher l’homme jeune qui a le souhait de concevoir. C’est le cas par exemple lorsque l’éjaculation rétrograde est la conséquence d’une neuropathie chez un patient diabétique depuis l’enfance », souligne le docteur Antoine Faix. 

Des médicaments uniquement en cas de désir de parentalité

Il est possible de prescrire des médicaments (tels que la pseudo-éphédrine ou l’imipramine). Néanmoins, le médecin qui prescrit ces médicaments doit être vigilant et contrôler régulièrement une éventuelle augmentation de la fréquence cardiaque ou de la tension artérielle chez son patient.  » En outre, ces médicaments qui ferment le col vésical ne sont pas très efficaces et ne permettent pas toujours un retour à des éjaculations normales. La solution la plus judicieuse est encore la PMA en cas désir de parentalité », selon le docteur Antoine Faix. 

La PMA, une autre solution contre l’infertilité masculine

Si ces médicaments sont contre-indiqués ou inefficaces, il reste le recueil de sperme dans les urines en vue d’unePMA (procréation médicalement assistée) avec insémination artificielle (les spermatozoïdes sont déposés directement dans l’utérus) ou avec FIV ou fécondation in vitro (la fécondation a lieu en laboratoire). 



Source link

Related Posts

Leave a Comment