des agents immobiliers inventent un nouveau concept à Paris

by


Trouver un logement à Paris peut être une tâche difficile en raison de la demande élevée et des loyers exorbitants. Les petites surfaces, telles que les studios et les micro-appartements, sont particulièrement coûteuses. Leurs loyers sont souvent supérieurs à ceux d’appartements plus grands dans d’autres villes. Pour justifier les prix, certains agents immobiliers ont des arguments pour le moins surprenants.

La situation immobilière tendue à Paris

La situation immobilière tendue à Paris est due à divers facteurs, tels que la croissance démographique et la popularité de la ville. Selon l’Insee, la surface moyenne d’un studio y est d’environ 20 à 30 mètres carrés. Cependant, il est courant que les appartements soient encore plus petits, en raison de la demande élevée pour les logements. Les propriétaires peuvent donc tirer parti de la situation en louant des espaces minuscules à des prix élevés.

Une agence immobilière a récemment soulevé des réactions sur les réseaux sociaux. En cause ? La vente d’un studio situé dans le 9ᵉ arrondissement pour 168 000 euros. Le bien comprend un séjour, une kitchenette, une douche, des WC séparés et une chambre en mezzanine dans les combles. Il se situe au sixième étage.

Un nouveau concept de « mètres carrés ressentis »

 « En plein cœur du célèbre quartier Saint-Georges, proche de l’Opéra de Paris et des galeries Lafayette, le Groupe HB immobilier est fier de vous présenter à la vente ce studio avec mezzanine calme et lumineux », peut-on lire sur l’annonce. Jusque-là, rien d’inhabituel.

Mais ce qui a fait réagir les internautes, c’est la façon dont l’agence immobilière exagère la surface du logement. Elle a même inventé un nouveau concept ! En effet, d’après elle, le studio mesure « 23,55 m² au sol et 11,53 m² loi carrez — 16 m 2 ressentis ». 

À lire également :

La surface « ressentie »

La mention de la surface « ressentie » de 16 mètres carrés a suscité de nombreux commentaires. « Bientôt 26 m² selon les propriétaires, 6 m² selon les précédents locataires », ironise un internaute. « Réponds que tu es prête à payer un loyer de 100 euros — 1000 euros ressentis », suggère un autre. Certains osent même une explication rationnelle : « C’est un 12 m² loi carrez, mais on a mis des miroirs sur TOUS les murs donc en vrai niveau ressenti quand vous vous asseyez au milieu on est sur du 70-75 m² vous inquiétez pas ».

Il est important de noter que seule la surface de loi Carrez est considérée lors d’un achat immobilier dans une copropriété. Cette loi a été adoptée en 1996. Elle oblige les vendeurs de biens immobiliers en copropriété à communiquer la surface habitable de leur bien. Celle-ci est définie comme la surface plancher d’une pièce fermée et couverte d’un toit, à l’exclusion des murs, des plafonds et des planchers. L’objectif de cette loi est de fournir une information claire et transparente aux acheteurs potentiels sur la surface réelle d’un bien immobilier.





Source link

Related Posts

Leave a Comment