Découvrez la durée idéale de sommeil pour maintenir votre cerveau en forme

par



combien de temps dormir

Santé mentale, performances cognitives et sommeil sont étroitement liés. Aussi, une équipe de chercheurs fino-britannique s’est interrogée sur le temps de sommeil idéal pour permettre à notre cerveau d’être le plus en forme possible. Leurs conclusions ont récemment été publiées dans la revue Nature Aging (source 1). 

Pour déterminer le timing optimal, Christelle Langley, du département de psychiatrie de l’Université Cambridge (Royaume-Uni) et ses collègues de l’Université Fudan (Chine) ont examiné les données de près de 500 000 personnes âgées de 38 à 73 ans, provenant de la UK Biobank. Les participants ont été questionnés sur leurs habitudes de sommeil, leur santé mentale et leur bien-être, et ont passé une série de tests cognitifs. 40 000 d’entre eux avaient également renseigné des données d’imagerie cérébrale et des données génétiques, qui ont pu être compilées. 

Respecter une dose de sommeil régulière

D’après leur analyse, passé 40 ans, la durée optimale de sommeil était de 7 heures.

  • Un temps de sommeil plus court était associée à une altération des performances cognitives, telles que la vitesse de traitement de l’information, l’attention visuelle, la mémoire et la capacité à résoudre des problèmes.
  • Un temps de sommeil plus long, était associé à des symptômes d’anxiété et de dépression plus fréquents et à un bien-être diminué.

Cette estimation reste relative : elle implique de pouvoir dormir dans les meilleures conditions pour que le cerveau puisse se reposer. Des nuits de 7 heures ponctuées d’épisodes de réveil n’auront pas l’efficacité optimale décrite par les chercheurs. Autrement dit, trop dormir peut s’avérer contre-productif.

Et ce n’est pas tout : l’étude relève également l’importance de la constance du rythme de sommeil. Il est inutile de dormir neuf heures une nuit et six la suivante. Mieux vaut respecter un rythme de sommeil régulier, aux alentours des 7 heures par nuit. 

Sommeil insuffisant et déclin cognitif : la piste du sommeil profond

Pour les auteurs, l’une des raisons possibles serait une « perturbation du sommeil profond durant lequel se consolide la mémoire et qui favoriserait l’accumulation cérébrale de bêta-amyloïde ».

Selon les auteurs, l’association entre un sommeil insuffisant et le déclin cognitif pourrait s’expliquer par la perturbation du sommeil profond, qui permet à la mémoire de se consolider, mais qui favorise aussi l’accumulation cérébrale de bêta-amyloïde, caractéristiques de certaines formes de démence, comme la maladie d’Alzheimer.

Selon les scientifiques, « 7 heures de sommeil par nuit est la quantité optimale pour conserver de bonnes performances cognitives. Trouver des moyens d’améliorer le sommeil des personnes âgées pourrait donc être crucial pour les aider à maintenir une bonne santé mentale et à éviter le déclin cognitif, en particulier pour les patients souffrant de troubles psychiatriques et de démences ». 



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire