Covid-19 : Plus de la moitié des jeunes français ont eu des pensées suicidaires depuis Septembre 2021

par



covid 19 plus de la moitie des jeunes francais ont eu des pensees suicidaires depuis septembre 2021

Alors que le nombre de cas Covid repart à la hausse, les spécialistes commencent à constater les conséquences de l’épidémie sur la santé mentale de la population. Parue ce jeudi 7 juillet, une enquête menée par l’IFOP pour la Fondation Jean Jaurès fait des révélations inquiétantes sur l’état psychique des français et des européens. (source 1)

Sur le plan émotionnel, ce sont les jeunes qui ont payé le prix fort de la pandémie. En effet, 62% des 18-24 ans déclarent avoir déjà eu des pensées suicidaires depuis septembre 2021, contre 34% du reste de la population.

A noter qu’avant la pandémie, les jeunes femmes présentaient le taux d’idéation suicidaire le plus important. Tout a changé pendant le confinement : 35% des hommes de moins trente-cinq ans ont déclaré avoir eu d’idées noires contre 20% des femmes du même âge.

Selon Michel Debout, psychiatre et membre fondateur de la Fondation Jean-Jaurès, cette forte proportion de pensées suicidaires « jusque-là inégalée » chez les hommes serait due à « la précarité sociale, la pauvreté vécue à cet âge et l’isolement forcé ».

La France en tête de l’Europe pour le risque de passage à l’acte

Cette enquête compare la situation de la France avec celle de cinq autres pays européens : Allemagne, Espagne, Pologne, Irlande et Suède. Elle indique qu’un Français sur cinq aurait déjà envisagé sérieusement de se suicider, un taux plutôt bas par rapport aux autres nations. Toutefois, notre pays est №1 quand il s’agit du nombre de passages à l’acte, qui a augmenté de 22% en 2016 à 30% en 2022.

« La France est en tête des pays européens pour le risque de passage à l’acte suicidaire. Les autres Européens pensent donc peut-être davantage au suicide, mais les Français sont plus à même de passer à l’acte », résume Michel Debout. 

Par ailleurs, l’étude montre que 40% des Français se sentent plus déprimés depuis l’arrivée de la Covid-19.

« C’est la marque d’une situation grave et de la nécessité d’apporter une meilleure réponse à tous ceux qui présentent, à la suite de cette période de Covid-19 et même antérieurement, une involution dépressive du ressenti et l’apparition de réelles pensées suicidaires », conclut le psychiatre. 



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire