Corset minceur pour femme : bonne ou mauvaise idée pour perdre du ventre ?

par



corset minceur bonne ou mauvaise idee

La tendance est aux corps en forme de sablier : une poitrine généreuse, une taille de guêpe et un postérieur rebondi. Pour se conformer à ce standard de beauté, certaines n’hésitent pas à négliger leur bien être. Après tout… il faut souffrir pour être belle ? Actrices, stars de la télé-réalité et autres influenceuses font la promotion de divers produits minceur. En tête ? Le corset minceur, auquel on prête désormais des vertus amincissantes. Une tendance plus dangereuse que bénéfique, de l’avis de nombreux experts.

Qu’est-ce qu’un corset ?

Ce sous-vêtement était à l’origine porté par les femmes, dès le XVIème siècle et jusqu’au début du XXème siècle. Il était constitué d’une armature rigide, qu’on laçait dans le dos, et comprimait la taille pour sculpter artificiellement une silhouette des plus fines. Au fil des décennies, il a perdu en popularité, notamment à cause de l’inconfort qu’il occasionnait. Aujourd’hui, il revient sur le devant de la scène pour ses soit-disant vertus minceur. 

« De nos jours, on pense plutôt aux corsets médicaux, réalisés sur mesure pour traiter des causes orthopédiques, autrement dit, pour stabiliser et rectifier les déformations de la colonne vertébrale, après une opération, ou dans le cadre de pathologies comme les scolioses. Ce sont un peu les appareils dentaires des colonnes vertébrales », explique Antoine Gervais kinésithérapeute. Or usage médical, les corsets sont toutefois plébiscités pour perdre du poids. 

Plus discrets que des corsets orthopédiques, ils s’attachent au niveau du ventre avec des agrafes, et se portent pendant plusieurs heures par jour (jusqu’à 8h selon certaines influenceuses). Leur objectif ? Faire disparaître les kilos en trop et donner une forme harmonieuse à notre corps. Deux principales hypothèses expliqueraient ce phénomène : en écrasant l’estomac, ce qui couperait la faim et reproduirait l’effet d’un by-pass (lourde opération de chirurgie bariatrique), et en augmentant l’activité thermique, ainsi que la sudation. Problème, aucune de ces affirmation n’est correcte, et pire, elles pourraient être contre-productives et avoir de lourdes conséquences sur la santé des jeunes femmes qui s’y risquent

« Régime Corset » : un corset pour perdre du ventre, ça fonctionne ?

Certains témoignages mentionnent bel et bien la réussite de cet objet de torture, sorti tout droit de la cour de Louis XIV. Alors, faut-il les croire ? Florence Foucault, diététicienne nutritionniste et membre de l’Association française des Diététiciens Nutritionnistes (AFDN) est catégorique : le corset permet de redessiner la silhouette de façon mécanique, mais ne fait pas mincir. 

Si réduction du tour de taille il y a, ce n’est certainement pas grâce au corset, mais plutôt à cause de la déshydratation (on élimine de l’eau) et de l’amyotrophie des muscles (fonte musculaire). Le corset, à lui seul, ne permet pas d’éradiquer la masse graisseuse.

Et de rappeler que le corset n’a qu’une action mécanique : il remodèle la taille en compressant l’abdomen et le bas de la cage thoracique : « Dès que l’on ôte le corset et que l’on se remet à boire normalement, on retrouve vite les kilos ‘perdus’ sur la balance. ». 

Une solution esthétique ponctuelle

Le seul bénéfice du corset est esthétique : « il peut être utile lorsqu’il est utilisé de temps en temps, dans le cadre d’une soirée, pour aplatir le ventre et gommer les bourrelets sous des vêtements moulants », concède Antoine Gervais. Son utilisation doit rester ponctuelle, pour harmoniser sa silhouette si l’on en ressent le besoin. 

Porter un corset peut s’avérer contre-productif

Ironie quand tu nous tiens… Le corset minceur pourrait nous faire prendre du poids, souligne la diététicienne-nutritionniste. « Pour perdre de la massa grasse au niveau du ventre, il faut développer sa masse maigre (les muscles), donc faire travailler ses abdominaux. Or le fait de les contraindre régulièrement dans un corset ne les fait pas du tout travailler, puisqu’il sont soutenus mécaniquement toute la journée ». Contre-productif, pour le moins. 

Par ailleurs, le port du corset peut avoir un impact psychologique pervers : le fait de rectifier artificiellement notre silhouette nous donne l’impression que l’on peut manger à sa guise, puisque les « défauts » sont gommés par ledit corset. Conséquences : un risque d’excès et de fringales. Par ailleurs, les vaisseaux sont tellement comprimés que le flux sanguin est réduit, ce qui entraîne un légère prise de masse grasse. 

Quant à comparer le port d’un corset à une opération bariatrique… C’est le jour et la nuit. Le by-pass consiste effectivement à réduire le volume de l’estomac pour limiter la sensation de faim, mais il s’agit d’un acte chirurgical, encadré par des professionnels de divers spécialités. Le corset, lui, écrase l’estomac, ce qui réduit un peu la sensation de faim, mais peut occasionne surtout de graves dégâts !

Corset minceur : quels sont les risques ?

« Le corps humain n’est pas fait pour être contraint et compressé, insiste Philippe Sterlingot, président du Syndicat Français Des Ostéopathes (SFDO). À partit du moment où l’on exerce une contrainte physique qui oppresse, limite les mouvements et gêne la circulation sanguine, on génère potentiellement des effets indésirables ». 

Au mieux, le corset est inutile, au pire, il est dangereux, estime Antoine Gervais.  

Un avis partagé par Florence Foucault, diététicienne : « si on l’utilise ponctuellement, dans un but esthétique, il y a peu de risques, mais dans le cas des ‘régimes corset’ par exemple, certains recommandent de le porter huit heure par jour, entre une et deux semaines d’affilée, voire plus ! » Et les conséquences ne sont pas négligeables : l’utilisation d’un corset peut abîmer la peau, et surtout blesser nos organes internes. En effet, puisqu’ils sont comprimés, l’estomac et les intestins se fraient un espace et ont tendance à remonter, ce qui peut abîmer le foie, la rate et les reins.

Par ailleurs, le diaphragme manque de place et finit par gêner les poumons et le cœur, ce qui rend la respiration difficile, explique le kinésithérapeute. Sans compter les problèmes de reflux gastriques et de constipation. « On a également observé des des déminéralisations osseuses de la colonne vertébrale chez certaines femmes qui portaient des corsets très contraignants », ajoute Philippe Sterlingot. Enfin, cela peut occasionner des problèmes dorsaux et musculaires, car le corset vient se substituer aux muscles qui travaillent de moins en moins et ne sont plus capables d’assurer un maintien suffisant. 

TCA et dysmorphie, le revers de la médaille

Dans certains cas, le corset fait bien plus que contraindre le corps, il peut aussi contraindre l’esprit. « Le risque, c’est que les jeunes femmes développent une dysmorphie (trouble de l’image de soi) qui les mène tout droit vers des troubles du comportement alimentaire comme l’anorexie ou la boulimie », selon le même principe que les filtres sur les réseaux sociaux », alerte Antoine Gervais. Dès qu’elles ôtent leur corset, les jeunes femmes se trouvent trop grosses, pas assez désirables… elles mettent donc tout en œuvre pour atteindre leur objectif esthétique, quitte à s’affamer. 

Pour perdre du poids et affiner son ventre, il n’existe pas de recette miracle, indiquent les experts. Avec le corser, si résultats il y a, ils seront de très courte durée. « Et en cas de surpoids, la seule solution pour retrouver un poids de forme est d’adopter une alimentation équilibrée et diversifiée, associée à une activité physique régulière, adaptée à nos envies », rappelle Florence Foucault. Envisagez éventuellement un bilan hormonal, et n’hésitez pas à vous faire accompagner par un.e professionnel.le.



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire