Comment soulager une otite naturellement ? 

by



soulager une otite naturellement

Difficile de passer à côté d’une otite. Pour cause ? Le principal symptôme de cette inflammation des conduits et cavités de l’oreille est une vive douleur, aussi appelée otalgie. Le plus souvent, ces affections de l’oreille font suite à une infection virale ou bactérienne du nez et / ou de la gorge (rhinite, pharyngite, rhinopharyngite). Concrètement, les microbes remontent de l’arrière de la gorge jusqu’à la trompe d’Eustache, ce qui provoque une otite.

Le traitement repose le plus souvent sur la prise d’antalgiques, d’antipyrétiques (contre la fièvre) ou d’anti-inflammatoires, et d’antibiotiques par voie orale. Des gouttes auriculaires peuvent aussi être prescrites en cas d’otite externe. Pour favoriser la guérison et soulager les symptômes invalidants, mieux vaut se moucher régulièrement, s’hydrater, se laver le nez à l’aide d’une solution saline et pourquoi pas, en complément, miser sur des alternatives naturelles.

Quelles précautions adopter au quotidien pour guérir plus rapidement ?

Si vous ressentez une douleur au niveau de l’oreille, n’utilisez surtout pas de coton-tige, de pince à épiler, de stylo ou même d’aiguille pour essayer de déboucher vos oreilles ! Non seulement c’est inefficace, mais c’est aussi très dangereux… 

Pour favoriser la disparition des symptômes, suivez scrupuleusement ces quelques conseils : 

  • hydratez-vous régulièrement et tout au long de la journée (eau, tisanes, thés, jus, etc) ; 
  • mouchez-vous dès que c’est nécessaire et nettoyez régulièrement vos fosses nasales à l’aide de sérum physiologique ou d’une solution saline ; 
  • et surveillez votre alimentation. « L’idée est d’éviter les surcharges alimentaires : on limite les aliments trop gras ou trop sucrés. Ainsi, l’organisme peut se concentrer sur le système immunitaire plutôt que sur le système digestif », indique Sophie Pihan. Au menu ? Des fruits et légumes crus ou cuits, des protéines et des oméga-3. 

Autre précaution indispensable : consulter un médecin pour déterminer le type d’otite en cause. Il est notamment essentiel de vérifier l’intégrité du tympan. S’il est perforé, le risque d’atteinte de l’oreille moyenne est grand et il faut agir sans attendre pour limiter les complications. De même, si les symptômes s’aggravent au bout de quelques jours, n’hésitez pas à demander un avis médical !

La naturopathie est une approche complémentaire et préventive de la médecine, souligne Sophie Pihan. 

La vitamine D et les produits de la ruche pour soutenir le système immunitaire

« Je conseille souvent une cure de vitamine D à mes patients en hiver, d’autant plus en cas d’infection », indique la naturopathe. En effet, cette vitamine contribue à la bonne santé des os et des dents (elle favorise l’absorption et la fixation du calcium et du phosphore). Mais elle soutient aussi le système immunitaire, mis à l’épreuve en cette période. 

La vitamine D est en grande partie synthétisée par l’organisme, au niveau de la peau, sous l’action des rayons ultraviolets, puis mise en réserve au niveau du foie, des muscles et du tissu adipeux pour être utilisée lors des périodes hivernales. Mais lorsque les stocks sont trop faibles, et que les rayons du soleil se font rares, il est toujours possible de miser sur des aliments riches en vitamine D (huile de foie de morue, sardines, hareng fumé, margarine, jaunes d’œufs, etc) ou sur des compléments alimentaires (gouttes ou ampoules). 

La propolis pour booster son immunité

La propolis est l’un des produits star de la ruche. Elle provient directement des résines d’arbres récoltées par les abeilles pour colmater, enduire et assainir leur ruche. Le secret de son efficacité ? Sa composition : 50 à 55 % de résines, 30 à 40 % de cire, 5 à 10 % d’huiles volatiles ou essentielles et 5 % de pollen, le tout formant une glu jaune pâle. La propolis regorge donc de vitamines, d’oligoéléments et de flavonoïdes (antioxydants) qui renforcent l’immunité. Elle peut être consommée en cure, par voie orale, sous forme de gélules ou de gommes. En cas d’otite, opte plutôt pour les propolis brunes européennes. 

Aromathérapie : les huiles essentielles (HE), un remède efficace

Vous avez sans doute parcouru de nombreux sites recommandant de déposer directement quelques gouttes d’huile essentielle (ou d’huile d’olive) dans l’oreille atteinte. Selon Sophie Pihan, mieux vaut éviter ! « Je déconseille fortement de se verser quoi que ce soit dans l’oreille, surtout si on n’a pas identifié le type d’otite en cause. Cela risque d’entraîner une surinfection », alerte-t-elle. Toutefois, les huiles essentielles peuvent être utilisées en inhalations ou pour une application locale. 

Quelles huiles essentielles choisir ?

Plusieurs huiles essentielles (HE) peuvent être utilisées dans le cadre de massages ou d’inhalations : 

  • l’huile essentielle d’eucalyptus radié (antibactérienne et antivirale) ; 
  • l’huile essentielle d’eucalyptus citronné (anti-inflammatoire et apaisante) ; 
  • l’huile essentielle de ravintsara (antivirale et antibactérienne, elle booste aussi le système immunitaire)
  • l’huile essentielle de lavande vraie (antalgique et anti-inflammatoire) ; 
  • l’huile essentielle camomille romaine (antalgique, elle favorise aussi l’endormissement) ; 
  • l’huile essentielle de tea tree(anti-infectieuse, antivirale et antifongique) ; 
  • l’huile essentielle de thym linalol (anti-infectieuse, antivirale et antibactérienne)
  • et l’huile essentielle de niaouli (antimicrobienne, elle booste l’immunité, tout comme l’HE de ravintsara).

Pour une inhalation ou un massage : comment les utiliser ?

Les huiles essentielles précédemment citées peuvent être utilisées de plusieurs façons :

  1. En inhalation. L’inhalation permet aux voies ORL d’absorber efficacement les molécules actives contenues dans les HE. Le mode d’emploi est le même que pour un rhume : versez quelques gouttes d’huile essentielle dans un grand bol d’eau chaude, couvrez votre tête, placez-vous au-dessus du récipient et inspirez alternativement par le nez ou par la bouche pour diffuser la vapeur dans toutes les voies ORL. 
  2. En diffusion sous la douche ou dans l’air ambiant (il existe différents types de diffuseurs d’huiles essentielles très efficaces). 
  3. En bain de vapeur autour de l’oreille. « Procédez comme pour une inhalation classique, mais au lieu de placer votre nez et votre bouche au-dessus du bol, placez votre oreille », indique Sophie Pihan, qui conseille de ne pas trop s’approcher du bol pour éviter les brûlures, mais aussi l’effet de condensation dans l’oreille. « Gardez la tête penchée pour que les éventuels écoulements puissent être évacués sans encombre », ajoute-t-elle. 
  4. En massage. Le mode d’emploi ? Diluez quelques gouttes d’huile essentielle dans une grande quantité d’huile végétale et utilisez ce mélange pour masser le contour de votre oreille une à deux fois par jour (prenez garde à ne pas en mettre à l’intérieur !). 
  5. Par voie orale. Pour cela, versez une à deux gouttes d’HE dans une cuillère à soupe de miel ou d’huile végétale que vous utilisez en cuisine. Vous pouvez répéter l’opération deux à trois fois par jour.

Quelles plantes pour soulager les symptômes d’une otite ?

Plusieurs plantes peuvent être utilisées pour soulager les symptômes d’une otite. On les consomme tantôt en tisanes, tantôt en eaux florales (une cuillère à soupe à verser dans 1,5 litre d’eau pour l’aromatiser). Misez sur : 

  • le thym (pour soutenir le système immunitaire) ; 
  • l’échinacée (qui stimule également le système immunitaire) ; 
  • la camomille matricaire (aux propriétés antivirales douces) ;
  • la guimauve (capable d’adoucir et de désenflammer les muqueuses). 

La gemmothérapie au secours de nos oreilles !

Le macérat glycériné d’églantier, anti-inflammatoire et immunostimulant, est particulièrement indiqué dans les affections à répétition de la sphère ORL. Consommez 5 à 15 gouttes par jour dans un verre d’eau, 15 minutes avant le repas, pendant deux à trois semaines. Prudence, ce remède est déconseillé aux bébés de moins de 3 ans et aux femmes enceintes.

L’oignon et l’ail, très efficaces pour soulager les douleurs à l’oreille

Le « remède de grand-mère » le plus connu est sans doute l’oignon, fort de ses propriétés anti-infectieuses et antivirales. 

  • Commencez par émincer un oignon en tranches (de préférence bio) ; 
  • Placez les tranches d’oignon chaudes sur une bande de gaze ou enveloppez-le dans un linge propre
  • Assurez-vous que ce ne soit pas trop chaud, puis placez la gaze ou le linge contre votre oreille ; 
  • Puis maintenez-la pendant une vingtaine de minutes en veillant à positionner votre tête vers le bas pour éviter que le jus d’oignon ne se glisse dans votre oreille.

Répétez cela jusqu’à trois fois par jour, si nécessaire. « Ce n’est pas l’alternative la plus sexy, mais c’est sans aucun doute la plus efficace ! », assure Sophie Pihan, qui recommande également de l’utiliser en cataplasme. 

Attention à l’ail, potentiellement irritant

Autre condiment star contre les otites, l’ail. Antifongique, antibactérien et antimicrobien, il est toutefois moins recommandé que l’oignon. « L’ail est potentiellement plus irritant en application cutanée« , souligne la naturopathe. Son conseil ? Glisser un peu d’ail dans son assiette, notamment de l’ail noir fermenté. 

Comment utiliser un cataplasme d’argile verte ?

Les cataplasmes d’argile verte autour de l’oreille (surtout derrière l’oreille, du haut en bas du pavillon), sont également d’excellents remèdes pour soulager les douleurs liées aux otites. Appliquez la mixture, laissez-la sécher et attendez qu’elle tombe d’elle-même – ou rincez-la à l’eau tiède. À nouveau, faites attention à ce que rien ne pénètre dans votre oreille. 

De l’eau chaude dans l’oreille pour atténuer les symptômes ?

L’eau chaude est souvent présentée comme un excellent remède naturel pour soulager les otites. En cause ? Son fort pouvoir analgésique : l’eau chaude (ou plutôt tiède) permet de ramollir le cérumen et d’évacuer la cire encombrante. Deux alternatives : passer sous la douche ou verser deux – trois gouttes d’eau tiède directement dans l’oreille affectée, avant de pencher la tête d’un côté, puis de l’autre, et de sécher son oreille avec une serviette propre. 

Sophie Pihan tire toutefois la sonnette d’alarme : « Ce remède paraît plutôt risqué étant donné qu’on ne connaît pas la qualité exacte de l’eau. Sans compter que les patients sont extrêmement sensibles aux bactéries. Utiliser de l’eau chaude pour accélérer la guérison risque de faire pire que mieux ». 

Pour rappel, ces alternatives naturelles ne peuvent pas se substituer à un avis médical. La plupart des otites nécessitent une prise en charge médicamenteuse à base d’antibiotiques et d’antalgiques.

Les personnes immunodéprimées (sujettes au VIH, à un diabète, à une chimiothérapie, etc) doivent être particulièrement vigilantes pour éviter les complications liées à une otite externe maligne !



Source link

Related Posts

Leave a Comment