Comment soulager les nausées de grossesse ?

par



istock 1183110783

À quoi sont dues les nausées enceinte ?

Tout aussi pénibles et invalidantes puissent-elles être, les nausées sont tout à fait normales et courantes en début de grossesse.

Barbara Forster, sage-femme : Les nausées et les vomissements font partie des signes « sympathiques » de grossesse, puisqu’elles traduisent une bonne imprégnation hormonale

Elles sont principalement liées à l’hormone HCG qui mime l’effet de l’hormone thyroïdienne (TSH), et qui augmente l’acidité gastrique, mais d’autres causes peuvent être mises en avant :

La génétique : « les femmes nées de mère ayant eu des vomissements sévères sont plus à risque de présenter des vomissements liés à la grossesse, tout comme les femmes qui ont déjà eu ces symptômes lors d’une précédente grossesse indique la sage-femme,

L’augmentation du taux de progestérone lié à la grossesse, qui ralentit le fonctionnement digestif et notamment le travail de l’estomac,

– Un fonctionnement excessif de la glande thyroïde, avec parfois la découverte d’une hyperthyroïdie associée. On est alors face à une situation d’hyperthyroïdie gestationnelle transitoire ou plus rarement, de la découverte d’une hyperthyroïdie qui nécessitera un suivi au-delà de la période de grossesse.

– Les grossesses multiples,

– Et toute une composante psychique : « le stress, les troubles du comportement alimentaire, des problèmes relationnels avec le conjoint – allant jusqu’aux situations de violences conjugales -, ou encore les femmes souffrant de l’éloignement géographique avec leurs familles » précise la sage-femme,

– Enfin, les nausées de grossesse sont souvent liées à un dégoût des odeurs, les femmes enceintes ayant une sensibilité accrue aux odeurs appelée hyperosmie.

Les nausées de grossesse peuvent être augmentées par la prise de certains traitements, en particulier de les compléments alimentaires en Fer dont les besoins sont augmentés pendant la grossesse. Il peut alors être judicieux de réévaluerle traitement.

Bien que ces nausées soient normales et physiologiques, leur impact sur le quotidien des femmes et sur le vécu de la grossesse ne doit pas être sous-estimé. « Lorsque ces symptômes sont très intenses, voire accompagnés de vomissements et qu’ils deviennent invalidants pour la future maman, ils justifient un accompagnement médical et un soutien émotionnel » insiste la sage-femme.

Dans de très rares cas : ces nausées – qui sont alors généralement associées à des vomissements – sont liées à une évolution anormale de la grossesse dans le cas des grossesses môlaires. « L’œuf possède alors des anomalies génétiques. La grossesse n’évolue pas normalement et nécessite un suivi médical particulier » indique la sage-femme.

Il existe enfin une forme beaucoup plus sévère et heureusement beaucoup plus rare appelée l’hyperemesis gravidarum ou hyperémèse gravidique, qui concernerait environ 1 % des femmes enceintes. Les causes de cette pathologie sont encore mal connues, mais elle pourrait être liée à un taux anormalement élevé de l’hormone bêta-HCG.

À partir de quand les nausées de grossesse apparaissent ?

Classiquement, les nausées de grossesse se révèlent vers la 6ème SA (semaines d’aménorrhée) et présentent généralement un pic vers 9 SA. Pour autant, elles ne sont pas systématiques, et leur absence ne doit pas être inquiétante pour les femmes qui n’en souffrent pas ! 

Quand disparaissent-elles généralement ?

Que les futures mamans touchées se rassurent : « Dans la grande majorité des cas, les symptômes disparaissent aux alentours de 12 semaines d’aménorrhée » assure Barbara Forster. Leur persistance est ainsi très rare au-delà des 20 SA.
Cependant, certaines mamans ont à nouveau des nausées en fin de grossesse : elles peuvent alors parfois être annonciatrices d’une naissance proche ! 

Pourquoi se manifestent-elles essentiellement le matin au lever ?

Si certaines femmes enceintes peuvent se sentir nauséeuses à n’importe quel moment de la journée, dans la majorité des cas les nausées de grossesse se font essentiellement sentir le matin au réveil. Elles seraient en effet aggravées lorsque l’estomac est vide, et que le taux de glycémie sanguine est faible. « C’est probablement aussi le moment où l’organisme se met en route et le métabolisme s’active » ajoute la sage-femme. 

Est-ce normal d’avoir des nausées toute la journée ?

Une chose est sûre : il n’y a pas de règles en matière de symptômes de grossesse, et donc de nausées. « Les nausées sont rarement continues : elles surviennent pour de nombreuses femmes le matin au réveil avec souvent un dégoût des odeurs, mais elles peuvent également se déclarer avant les repas. Le fait de manger un peu soulage généralement les symptômes » indique Barbara Forster.
Chez certaines personnes enfin, les nausées vont préférentiellement survenir en fin d’après-midi, sans qu’il soit possible d’en expliquer les raisons. 

Que manger lorsqu’on souffre de nausées ?

Si les règles ne sont pas les mêmes pour tout le monde, et que chaque femme aura sa propre sensibilité à des aliments « déclencheurs » ou « calmants », il existe néanmoins quelques grands principes à suivre pour limiter les nausées de grossesse :

Fractionner les repas : manger souvent en petites quantités permet d’une part de limiter les hypoglycémies et d’autre part d’éviter les gros repas, lourds à digérer.

– Privilégier les aliments faciles à digérer, donc ni trop gras, ni trop sucrés. « Les femmes qui en souffrent beaucoup s’orientent souvent vers des aliments neutres en goût, tels que les pâtes, le pain, le riz. Mais attention, il est quand même souhaitable de veiller à avoir des apports alimentaires variés avec légumes et fruits » insiste Barbara Forster.

– Se fier à ses envies, qui généralement sont de bonnes indicatrices de ce que l’on va tolérer. 

Acupuncture

Très appréciée des femmes enceintes, dénuée de risque et d’effets secondaires, l’acupuncture serait assez efficace pour soulager les nausées de grossesse.

Elle agit en rétablissant les méridiens entre le foie et la vésicule biliaire ainsi qu’entre l’estomac et la rate. Généralement, 2 séances par semaine pendant 2 à 3 semaines suffisent pour obtenir de bons résultats.

Plusieurs études (1 et 2) ont ainsi confirmé l’efficacité de l’acupuncture sur les nausées de grossesse.

Gingembre

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) admet l’usage du gingembre dans le traitement des nausées liées à la grossesse. La dose préconisée est de 250 mg de rhizome séché ou 10 g de gingembre frais, en infusion quatre fois par jour. 

Bracelet

Basés sur les mêmes principes que l’acupuncture, les bracelets d’acupression agissent en stimulant le point P6 aussi connu sous le nom de Nei-Kuan. Considéré comme un point clé dans la gestion de la nausée, des haut-le-cœur, des vertiges et des vomissements, il agit aussi comme régulateur des dystonies digestives et de la pression sanguine grâce à son action antivagale. 

Tisanes

Plusieurs plantes sont connues pour leur capacité à soulager le système digestif. Consommées sous forme de tisane à base d’extraits secs concentrés, elles sont particulièrement recommandées pour les désagréments digestifs de la femme enceinte. C’est notamment le cas de la verveine, du basilic, du fenouil, de la mélisse et du carvi, reconnus pour leurs actions sur les nausées.

Homéopathie : Ipeca 9ch, sepia officinalis, tabacum

L’homéopathie peut aussi être une solution pour soulager les nausées, bien que son efficacité soit inconstante et souvent remise en question par la médecine traditionnelle.
« La variété de traitements homéopathiques permet de s’adapter au terrain de la femme et de se concentrer sur la description de la survenue de ses symptômes » explique Barbara Forster.

Barbara Forster : Les nausées matinales avec dégoût des odeurs répondent mieux à sepia officinalis, Ipeca peut soulager les nausées ou vomissements avec hypersalivation, alors que tabacum peut être indiqué dans les vomissements avec sensation de malaise.

Traitement médicamenteux

Réservés aux nausées associées à des vomissements, ces traitements médicamenteux sont nécessairement prescrits par un professionnel de santé. Il s’agit généralement de la dompéridone – connu sous le nom de Motilium -, de la vitamine B6 seule, ou associée à de la doxylamine.
« Dans les formes sévères, il peut être nécessaire d’hospitaliser la maman pour éviter les risques de déshydratation et/ou les troubles métaboliques sévères » précise Barbara Forster.
Quoiqu’il arrive, l’auto-médication est fortement contre-indiquée, plus encore pendant la grossesse : il est donc essentiel de demander conseil à sa sage-femme, à son médecin ou à un pharmacien. 



Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire