Comment briser l’ultime tabou autour des règles ?

by


Le cycle menstruel est considéré comme l’ensemble des phénomènes physiologiques chez la femme préparant son organisme à une éventuelle fécondation. Il dure en moyenne 28 jours, mais peut être plus long ou plus rapide d’une personne à une autre. Phase folliculaire, phase ovulatoire, phase lutéale, ce dernier se compose de trois périodes, qui, chaque mois, débarque avec son lot d’agitation. Notre cycle a des influences sur tout notre corps : nos émotions, nos humeurs, en passant par la qualité de notre peau, notre transpiration, notre système digestif, lymphatique et immunitaire. Bref, un bon cocktail explosif de changements, qui ne sont pas toujours faciles, pratiques et indolores à vivre.

via GIPHY

Euh, la diarrhée, on en parle ?

Brisons ce tabou ! Non, les femmes ne sont pas des princesses qui pètent pas des paillettes. Il faut savoir que, pour avoir ce que l’on surnomme, en plaisantant, nos ragnagnas, notre organisme libère des prostaglandines, c’est-à-dire des métabolites de l’acide arachidonique, communément connues comme des acides gras. Ce sont ces molécules qui sont à l’origine de la contraction du muscle lisse de l’utérus, qui permettent l’élimination de la muqueuse et entraînent donc l’écoulement des règles. Mais ces substances provoquent également des douleurs abdominales, les fameuses crampes menstruelles. Ce n’est pas tout ! Si ce n’était que ça… Les prostaglandines sont aussi responsables du péristaltisme du muscle lisse du côlon. Oh oh.

Oui, ces dernières sont diffusées dans le sang et interviennent donc directement dans le système digestif et notamment dans l’intestin. Qui dit contraction, dit difficulté de se retenir, donc plus de passages aux toilettes. Pour se repoudrer évidemment. Bah non. Pour se libérer. Malheureusement, ce phénomène de contraction est souvent lié à des selles molles. D’ailleurs, une autre hormone, l’œstrogène peut également avoir un impact, car elle peut faire en sorte que votre intestin absorbe une plus grande quantité d’eau et de sel dans vos selles. Résultat, les premiers jours des saignements, on se retrouve à devoir gérer d’un côté notre endomètre en décomposition et de l’autre, une détestable diarrhée. On ne sait plus où donner de la tête. Parfait.

via GIPHY

Il n’y a pas de réelle solution, malheureusement. Mais, pour éviter ces effets indésirables, vous pouvez, éventuellement, déguster des pommes, du riz, des bananes, des carottes, des poires et autres aliments pour durcir les selles, avant le premier jour des règles. Surtout, n’ingérez pas de médicaments antispasmodiques, vous risquerez le retour du bâton : une violente et douloureuse constipation. Aussi, continuez à pratiquer une activité physique régulière, mais ne vous tuez pas à la tâche. Évitez les sports de haut niveau, de combat ou d’endurance qui accélèrent le transit et préférez des exercices doux, comme le yoga, la marche, la nage, etc. Votre corps vous en remerciera !



Source link

Related Posts

Leave a Comment