Cet ingrédient connu pour son action anti-âge serait aussi parfait pour traiter les boutons

by



4 92

On vous l’avait assuré au collège, l’âge ingrat ne dure pas. Pourtant, bien qu’aujourd’hui adulte, vous vous bagarrez toujours avec les mêmes problèmes de peau qu’à l’époque. Pour certaines, l’aspect de ces boutons d’acné a même empiré avec le temps.

Quand les boutons d’acné ne nous lâchent pas

L’acné sévère serait d’ailleurs plus présente sur les épidermes plus matures. Les résultats d’une enquête CSA menée en 2013 montrent en effet que la prévalence de l’acné au cours d’une vie est de 60 % pour les 15-69 ans et de 73 % pour les 15-34 ans. Parce que nos hormones ont la fâcheuse tendance à nous jouer des tours, les femmes sont plus touchées que les hommes (61 % versus 39 %).

Lorsque les boutons deviennent douloureux et qu’ils nous mangent le minois, voire le haut du corps, c’est souvent le remède médicamenteux qui est proposé par les dermatologues. Le plus radical d’entre eux, le fameux Curacné (ex-Roaccutane), est copieusement conspué pour ses effets secondaires. Parmi ceux-là, il y a, entre autres, le risque de dépression.

Le rétinol, un actif star à intégrer à sa routine

Cet antiacnéique appartient à la famille des rétinoïdes (dérivés de la vitamine A acide). Il agit notamment en réduisant l’activité des glandes sébacées. Le rétinol, sa forme moins agressive, est lui adapté à une utilisation cosmétique sans prescription.

Attendez-vous à un petit miracle. En plus d’être indiqué pour estomper les rides et ridules, le rétinol agit également sur l’acné et les taches pigmentaires. Ainsi, il stimule la production de collagène et le renouvellement cellulaire de l’épiderme. Résultat, le grain de peau est lissé, boutons et points noirs disparaissent peu à peu et les cicatrices tendent à s’effacer.

À lire également :

Quelques précautions à prendre

Ceci dit, les spécialistes nous mettent en garde contre cet antibactérien puissant. D’abord, il faudra être patient pour constater les premiers résultats, deux ou trois mois au plus. Mais le défaut principal de ces sérums est qu’ils rendent la peau davantage sensible aux rayons UV. De plus, le rétinol peut provoquer des inflammations lors des premières semaines.

Comme il élimine les couches supérieures de la peau afin de la rajeunir et la rendre lumineuse, il est primordial d’associer votre traitement au rétinol à un bon sérum hydratant à appliquer avant et après utilisation de notre actif star. Les anglo-saxons appellent cela le « buffering », « faire tampon » en français. Du reste, évitez de trop exfolier votre peau le premier mois. Quand cette dernière se sera habituée à votre nouvelle routine, vous pourrez alors réintroduire votre soin chouchou ou essayer un exfoliant chimique à l’acide glycolique, une combinaison gagnante avec le rétinol. Enfin, hors de question de mettre le nez dehors sans vous être au préalable tartiné le visage de protection solaire.



Source link

Related Posts

Leave a Comment